Angers, cloître de l’ancienne abbaye Saint-Aubin

Angers (Maine-et-Loire, Pays de la Loire)

Édifice : cloître de l’ancienne abbaye Saint-Aubin (actuelle préfecture)


Angers, abbaye Saint-Aubin, cloître et salle capitulaire (ENGUEHARD, dans É. PALAZZO, 2004, p. 221)
  • Médium : fresque.
  • Support : arc.
  • Situation dans l’édifice : cloître, galerie orientale, entrée de la salle capitulaire, premier arc jumelé sud.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode et Voyage des Mages (arc de droite), Adoration des Mages (arc de gauche).
  • Contexte de l’édifice : ancienne abbaye canoniale.
  • Datation : 1128-1151
  • Intégration dans le programme iconographique : arcade jumelée sud, arc peint (de gauche à droite) : Massacre des Innocents, Adoration des Mages, Mages devant Hérode, Voyage des Mages vers Jérusalem ; tympan : Maiestas Mariae ; archivolte : liturgie angélique.
  • identifiant Wikidata : Q334135
  • identifiant Mérimée : Pa00108861

Angers, cloître de l’ancienne abbaye Saint-Aubin (actuelle préfecture), arcature peinte et sculptée (cliché M. B, 2013, CC BY-SA 4.0)

Description : À l’entrée de la salle capitulaire du cloître de Saint-Aubin d’Angers, le cycle de l’Épiphanie se répartit sur les fresques des arcs jumelés sud. L’ensemble se compose de part et d’autre d’un axe vertical passant par la Vierge en majesté sculptée au registre supérieur et par une maquette de Jérusalem peinte à la jonction des deux arcs.

Voyage des Mages
(cliché M. B, 2013, CC BY-SA 4.0)

Le récit se lit chronologiquement de droite à gauche. Dans la partie inférieure de l’arc de droite, les trois Rois mages à cheval suivent l’étoile, immense, inscrite dans un disque que désigne un ange surgi des nuées. Les trois cavaliers apparaissent superposés au bas de l’arc pour s’adapter au cadre peu pratique qu’offre le support. On remarque le geste énergique du second mage désignant l’étoile.

Dans la partie supérieure, les cavaliers sont arrivés à Jérusalem et rencontrent Hérode. Le souverain de Jérusalem siège sur un large trône et porte un long sceptre trilobé. Derrière lui, trois scribes aux visages disgracieux conseillent leur roi. Les Mages, quant à eux, adoptent une gestuelle singulière : le premier a les mains crispées sur son bâton et penche la tête alors que les deux autres gardent les poings serrés. Cette contrition semble indiquer le trouble dans lequel se trouvent les voyageurs depuis la disparition de l’étoile (celle-ci brille derrière le troisième mage mais renvoie au voyage vers Jérusalem).

Mages devant Hérode
(cliché M. B, 2013, CC BY-SA 4.0)

Sur l’arc de gauche, dans la partie supérieure, les Mages sont en adoration. Tous trois cheminent vers la Jérusalem peinte à la jonction des deux arcs mais le premier élève son offrande vers la Maiestas Mariae du tympan, alors que le second montre l’étoile au troisième. Enfin, dans la partie inférieure, Hérode ordonne le Massacre des Innocents se déroulant devant lui, sur les deux tiers de l’arc.

Adoration des Mages
(cliché M. B, 2013, CC BY-SA 4.0)

La Vierge à l’Enfant en majesté trône au centre du tympan lancéolé encastré entre les sommités des deux arcs. Elle est couronnée et voilée, strictement hiératique et présente l’Enfant sur ses genoux. Elle se distingue par la double mandorle, portée par deux anges, lui servant de trône (elle est assise sur l’anneau inférieur alors que le supérieur fait office de dais). Ce motif ancien est peu courant mais se retrouve dans une Majesté du Christ d’une bible latine, produite dans l’ancien scriptorium de Saint-Aubin, (Angers, B.M. ms. 0004, f. 208, dernier quart du XI e siècle). Pour finir, une cohorte d’anges porteurs d’instruments liturgiques (principalement des coupes et des codex), anime l’ensemble de l’archivolte englobant la partie supérieure des deux arcs.

Maiestas Mariae
(cliché M. B, 2013, CC BY-SA 4.0)

Notons en premier lieu l’opposition entre l’ordre chronologique des épisodes (de droite à gauche) et le sens de lecture inverse que la procession des Mages en adoration semble imprimer à l’ensemble. Cependant, ce désordre narratif prend une cohérence thématique, organisée autour de l’axe central constitué par la Maiestas Mariae et la cité de Jérusalem.

La Cité sainte prend ici une valeur mariale prononcée d’après une exégèse ancienne relative à la virginité de Marie. La Vierge y est assimilée à la porte close du temple d’après le verset d’Ézéchiel (Éz 44, 2-3). Il va de soi que la contiguïté des images de la Vierge en gloire et de Jérusalem participe à une seule conception mariale déclinée sur deux niveaux. La cité à la porte close réfléchit la Vierge en majesté évoluant dans un registre céleste qui, elle, évoque la Jérusalem nouvelle dont les portes, nous dit l’Apocalypse, restent ouvertes nuit et jour pour accueillir les nations.

Jérusalem
(cliché M. B, 2013, CC BY-SA 4.0)

Ainsi comprenons-nous mieux la disposition du cycle de l’Épiphanie de part et d’autre cet axe. À droite, les Mages suivent l’étoile lors du Voyage puis la perdent de vue au moment de leur visite à Hérode. Sur cette portion les Mages sont ainsi aveuglés sur la route stérile du péché. En cela, Hérode est un obstacle entre les voyageurs et Jérusalem. Au contraire, sur l’arc de gauche, les bons Rois se détournent du royaume vicieux d’Hérode en fuyant le Massacre des Innocents et en se dirigeant vers l’entrée dans la cité sainte. Cette dernière forme ainsi une véritable synthèse architecturale de la Jérusalem historique (siège du pouvoir d’Hérode) et de la Jérusalem du Christ, préfiguration du Royaume qu’incarne Marie.

Rappelons que l’ensemble orne l’entrée de la salle capitulaire de l’abbaye. Éric Palazzo (2004) a mis en évidence la relation entre le don des Mages et les donations au monastère qui étaient ratifiées en ce lieu. Le programme peint de l’arcature de Saint-Aubin montre donc une intense réflexion sur la portée du cérémonial terrestre d’offrande, dont la finalité reste céleste, portée que renforce la liturgie angélique ornant l’archivolte.

Remarque : L’association des Mages et de la Vierge en majesté, présentée comme la porte de la Jérusalem future, est une constante que nous retrouvons dans plusieurs œuvres décrites dans ce catalogue. Relevons, par exemple, les multiples chapiteaux métamorphosant de dais du trône marial en horizon architecturé. Un chapiteau espagnol, situé dans le cloître de San Pedro de Gaíllos (San Pedro de Gaíllos, église San Pedro) est, à ce sujet, très proche de la formule utilisée à Saint-Aubin : le même motif de la porte verrouillée est mis en évidence sur l’abaque du chapiteau, décoré d’un bandeau architecturé. Il paraît par ailleurs évident qu’une telle réflexion sur les versets du livre d’Ézéchiel, relatifs à la porte close du Temple, prend une valeur particulière dans le décor d’un cloître.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CONNOLY Sheila Ruth, The Cloister Sculpture of Saint-Aubin in Angers, Ph.D Harvard University, 1979, Ann Arbor, Michigan, UMI, 1981.
  • DAVY Christian, La peinture murale romane dans les Pays de la Loire : l’indicible et le ruban plissé, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, coll. « Mayenne. Supplément, 10 », 1999, (part. p. 156-161).
  • DEYRES Marcel, Anjou roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 9 », 1987 (1 ère éd. 1959), p. 210-235.
  • DUBREUIL Corinne, GUÉRIN Christine et HUNOT Jean-Yves, « La galerie orientale de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers », 303, Arts, recherches et créations, 48, 1996, p. 14-25.
  • GODARD Victor, « Sur des arcades, des colonnes sculptées, et des peintures morales », Bulletin monumental, 3, 1837, p. 208-215.
  • MALLET Jacques, L’art roman de l’ancien Anjou, Paris, Picard, 1984, p. 138-153.
  • MALLET Jacques, WEYGAND Sophie et POIRIER-COUTANSAIS Francoise, Saint Aubin d’Angers du VIe au XXe siècle, Exposition réalisée par J. MALLET, Angers, Association culturelle du département de Maine-et-Loire, 1985, p. 44-51.
  • McNEILL John, PRIGENT Daniel (Éds.), Anjou : Medieval Art, Architecture and Archaeology, Leeds, British Archaeological Association, coll. « British Archaeological Association, 26 », 2003, p. 111-137.
  • PALAZZO Éric, « Exégèse, liturgie et politique dans l’iconographie du cloître de Saint-Aubin d’Angers », dans Der mittelalterliche Kreuzgang : Architektur, Funktion and Programm, P. K. Klein (Éd.), Actes du colloque international, Der mittelalterliche Kreuzgang , 11-13 juin 1999, Tübingen , Regensburg, Schnell-Steiner, 2004, p. 220-240.
  • URSEAU Charles, « Angers », Congrès archéologiques de France : Angers et Saumur, 77 (1), 1910 (1911), p. 215-220.
  • WU Fang-Cheng , « Les arcades du cloître de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers (1128-1151) », Histoire de l’art : revue de recherche et d’information, 3, 1988, p. 37-46.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Angers, cloître de l’ancienne abbaye Saint-Aubin," dans Ces rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 11/12/2019, consulté le 26/10/2020, https://epiphania.hypotheses.org/13.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search