Moissac, abbatiale Saint-Pierre (porche)

Moissac (Tarn-et-Garonne, Occitanie)

Édifice : abbatiale Saint-Pierre


Moissac, abbatiale Saint-Pierre (plan dans M. VIDAL, 1959, p. 50)
  • Médium : sculpture.
  • Support : relief.
  • Situation dans l’édifice : clocher-porche, façade sud, mur oriental du porche, registre médian.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbaye bénédictine, affiliée à Cluny depuis 1047.
  • Datation : 1100-1115 (sous l’abbatiat d’Anquestil) ou 1120-1130 (sous l’abbatiat de Roger).
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : porche sud , mur oriental , registre inférieur : Annonciation (ange, restauration moderne), Visitation ; registre médian : Adoration des Mages ; frise supérieure : Présentation au Temple , Songe de Joseph , Fuite en Égypte , Entrée de la sainte famille à Héliopolis et Chute des idoles ; mur septentrional , registre inférieur : figuration de l’Avarice et de l’Orgueil (à gauche) et de la luxure (à droite) ; registre médian : mort du mauvais riche (à droite), châtiment de l’avarice et de la luxure (à gauche) ; frise supérieure : parabole du Mauvais riche et du Pauvre Lazare (à droite), l’âme du Pauvre Lazare dans le sein d’Abraham (à gauche) ; portail central , tympan : Christ en gloire adoré par deux séraphins et les vingt-quatre Vieillards de l’Apocalypse ; linteau : frise de corolles florales ; trumeau : enchevêtrement de léopards (face frontale), Jérémie (face latérale droite), saint Paul (face latérale gauche) ; piédroits : Isaïe (droite) et Pierre (gauche).
  • identifiant Wikidata : Q334208
  • identifiant Mérimée : Pa00095788

Moissac, abbatiale Saint-Pierre, porche sud
(PMRMaeyaert, 2021, 2008, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : L’église abbatiale de Moissac, dont la majorité du bâti date du début du XIII e siècle, conserve cependant son célèbre portail sud du clocher-porche élevé durant le premier quart du XII e siècle. Ce dernier est inséré dans une maçonnerie massive et crénelée, fidèlement restaurée par Eugène Viollet-le-Duc au XIX e siècle (M. Durliat , 1966), dans la profondeur duquel se déploie le décor sculpté.

Le portail en lui-même est surplombé d’un imposant tympan sur linteau reposant sur deux piédroits et un trumeau sculpté. L’ensemble est encadré de trois archivoltes décorées de motifs végétaux retombant sur trois fines colonnes d’ébrasement intercalées de bandeaux d’oves et de palmettes.

Moissac, abbatiale Saint-Pierre, porche sud, mur oriental
(PMRMaeyaert, 2021, 2008, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

La porte est flanquée de deux murs latéraux pourvus de sculptures intégrées dans une architecture factice à double arcature. Le mur oriental (à droite face au portail) décrit un cycle de l’Enfance sur trois registres selon une logique ascendante.

Moissac, abbatiale Saint-Pierre, porche sud, mur oriental, Annonciation
(13okouran (détail), 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Au niveau inférieur, sur la gauche, Gabriel apparaît à Marie au moment de l’ Annonciation (l’architecture, la tête de Gabriel et la portion droite de son corps sont l’œuvre d’une restauration moderne). Sur la droite, Marie rencontre Élisabeth lors de la Visitation. Au registre médian intervient l’ Adoration des Mages surplombée d’arcs trilobés feints derrière les arcs pleins-cintres de l’arcature.

Moissac, abbatiale Saint-Pierre, porche sud, mur oriental, Adoration des Mages
(13okouran (détail), 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

À gauche, les trois Mages, couronnés et vêtus de riches et longs manteaux, présentent leurs offrandes (de petites sphères) dans leurs mains voilées de leurs manteaux. Tous trois se suivent en une procession relativement figée (exception faite du dernier mage présentant la paume de sa main au spectateur) allant de l’intérieur vers l’extérieur du porche. Sous l’arcade de droite, la Vierge à l’Enfant adopte une posture très inhabituelle. Placée de profil pour présenter l’Enfant aux visiteurs, elle ne siège pas sur son trône mais sur le lit de la Nativité . De même, le bœuf et l’âne, que l’on distingue en arrière-plan, confirment la localisation de l’Adoration dans le logis de la Naissance. Derrière le lit se tient Joseph, très diminué par rapport aux autres personnages, accomplissant le geste très singulier de tenir le dos et le coude de Marie comme s’il présentait lui-même la Vierge aux Mages (une partie de son bras droit et sa main gauche posée sur le coude de sa femme restent visibles). Se dessine ainsi une logique généalogique : Joseph transmet à Marie le lignage de David qu’elle-même lègue par la Grâce au Christ, logique confirmée par le motif de l’étoile végétale inscrite dans un disque sur l’arc trilobé surplombant Marie.

Moissac, abbatiale Saint-Pierre, porche sud, Fuite en Égypte, Présentation au Temple
(13okouran (détail), 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

L’histoire de l’Enfance se poursuit sur une frise, au-dessus de l’extrados des deux arcs, posée sur une corniche à modillons fleuris. Dans la partie droite, Syméon présente l’Enfant au-dessus de l’autel du Temple, suivi de Marie et d’une servante portant les tourterelles. Derrière, Joseph, à cheval entre deux épisodes, suit le cortège tout en étant averti en songe de fuir en Égypte. Dans la partie gauche, la sainte famille s’apprête à entrer dans la cité d’Héliopolis alors que les idoles du Temple chutent de leurs socles.

Sur les trois chapiteaux coiffant les colonnes de l’architecture factice, seul celui à palmettes, au plus près de la porte, est original, les deux autres sont des restaurations modernes (l’un d’eux a par ailleurs disparu).

Moissac, abbatiale Saint-Pierre, porche sud, mur occidental
(PMRMaeyaert, 2021, 2008, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Sur le mur du revers occidental se répartit, suivant une composition en tous points identique à celle du mur oriental, une réflexion sur le péché, la damnation et le salut de l’âme, articulée autour de la parabole du Pauvre Lazare, selon un sens de lecture cette fois descendant. Sur la frise supérieure se distribuent le repas du Mauvais Riche (à droite), le pauvre Lazare couvert d’escarres que les chiens viennent apaiser (au centre) et Abraham accueillant en son sein l’âme du pauvre Lazare qu’un arbre paradisiaque fructueux vient surplomber (à gauche). À l’extrême gauche, un prophète désigne de l’index les écritures sur un phylactère. Au registre médian, sous une double arcature que surplombe une corniche, portée par des êtres difformes et monstrueux, apparaît, à droite, la mort du mauvais riche. Ce dernier, allongé sur son lit de mort, est assailli de démons venant arracher son âme alors qu’une femme le pleure, agenouillée à son chevet. Sous l’arc de gauche, l’âme du mauvais riche émerge d’une meute de démons pour demander de l’aide à Lazare. Enfin, au registre inférieur se répartissent les personnifications des vices : la Luxure sous l’arc de droite et l’Avarice sous celui de gauche. Les trois chapiteaux coiffant les colonnes de l’arcature montrent cette fois des âmes tourmentées.

Ainsi, malgré deux sens de lecture en chiasme, il n’existe pas moins d’étonnantes correspondances entre les deux murs. Alors que les scènes inscrites sous la double arcature du mur occidental sont entièrement consacrées à la damnation, celles correspondantes au mur oriental sont dédiées à la maternité virginale. De même, alors que la frise supérieure du mur ouest invite le regard du spectateur à s’extraire du péché pour s’acheminer vers le salut (le sein d’Abraham et le rappel des Écritures), celle du mur nord suit un double sens difficilement compréhensible, invitant cette fois à suivre la sainte famille vers Héliopolis, la fuite en Égypte devenant ici une scène de triomphe.

Au tympan rayonne une vision christique complexe. Le Christ couronné, assis sur un imposant trône faisant office de mandorle est flanqué de deux anges à phylactère (les séraphins d’Is 6, 2-3), encadré par le tétramorphe (Ap 4, 2-11 ; Is 6, 1-5; Éz 1) et adoré, sur trois registres, par les Vieillards de l’Apocalypse, couronnés, munis de coupes et d’instruments de musique (tels qu’ils sont décrits dans Ap 4, 4 et 5, 8). Sur deux niveaux, un motif ondulé renvoie aux nuées (Ap 4, 1-2) ou à la mer de cristal (Ap 4, 6). Le tympan de l’Adoration des Vieillards dépasse ainsi le cadre de l’image simplement apocalyptique pour livrer une synthèse iconographique forte de la gloire du Christ.

Le linteau, pour finir, est un remploi mérovingien retravaillé, sur lequel sont sculptées huit rosaces que vomissent deux animaux insérés dans deux demi-médaillons à chaque extrémité. Ces mêmes rosaces se retrouvent au trumeau, mais cette fois recouvertes d’un entrelac de lions et de lionnes. Deux statues sont intégrées sur les piédroits, celle d’Isaïe à droite et celle de Pierre à gauche, mises en regard avec celles des faces latérales du trumeau, saint Paul à gauche et saint Pierre à droite.

Ainsi, les deux murs latéraux du porche, disposés de part et d’autre d’une vision christique englobante, apocalyptique, mais non deutéroparousiaque ni eschatologique (Y. Christe , 1969 et 1996, N. Mézoughi, 1978 , P. Klein , 1998), interrogent l’âme du fidèle et l’exhortent à fuir le vice. Dans ce programme, l’ Adoration des Mages exemplifie la charité par le don, particulièrement par l’offrande eucharistique évoquée par la Présentation au Temple en surplomb et clairement mise en opposition à l’avarice du mauvais riche.

Concernant la datation du porche, il est désormais accepté que l’ensemble sculpté résulte d’une seule et même campagne de travaux, contrairement à ce que pensait Meyer Schapiro (1931). La datation exacte reste cependant imprécise, à cheval entre les abbatiats d’Anquestil (1085-1105) et de Roger (1115-1141) et oscillant entre 1100-1115 et 1120-1130, cette dernière datation étant majoritairement acceptée pour situer la construction du porche peu après l’achèvement du cloître.

Remarque : Les murs latéraux ont subi d’importants dommages dus à l’humidité, accélérés depuis les années 1970. Une importante campagne d’étanchéisation du porche a eu lieu en 1974 sans empêcher la dégradation importante des parties basses de la structure. Pour le mur oriental, cela concerne particulièrement les reliefs de l’Annonciation et de la Visitation et les chapiteaux des arcatures. Le chapiteau de la colonne centrale est aujourd’hui entièrement rongé et il faut se reporter à des clichés anciens (celui que nous intégrons à cette notice date d’avant 1959) et aux excellents moulages conservés au Musée des monuments historiques, pour une analyse exempte des pertes irrémédiables.


Voir en plein écran

  • AUBERT Marcel, « Moissac », Caf : Toulouse, 97, 1930, p. 495-521.
  • CHRISTE Yves, L’Apocalypse de Jean, Paris, Picard, coll. « Bibliothèque des cahiers archéologiques », 1996, p. 166-170.
  • CHRISTE Yves, Les grands portails romans, Genève, Droz, 1969, p. 25-28, 175-179.
  • DROSTE Thorsten, Die Skulpturen von Moissac. Gestalt und Funktion in der romanischen Kunst, München, Hirmer, 1995, part. p. 98-104.
  • DURLIAT Marcel, « Les crénelages du clocher-porche de Moissac et leur restauration par Viollet-le-Duc », Annales du Midi, 78, 1966, p. 433-447.
  • DURLIAT Marcel, L’abbaye de Moissac, Rennes, Ouest-France, 1996 (1ère éd. 1985).
  • FORSYTH Ilene H., « Moissac : Schapiro’s Legacy », Gesta, 41 (2), 2002, p. 71-93.
  • GRODECKI Louis, « Le problème des sources iconographiques du tympan de Moissac », Annales du Midi, 75, 1963, p.387-394.
  • HOURLIER Jacques, « La spiritualité à Moissac d’après la sculpture », dans Moissac et l’Occident au XIe siècle, Acte du Colloque international de Moissac, 3-5 mai 1963, Annales du Midi , 75 (2), 1963, p. 71-89.
  • JOERGENSEN Bent, « La composition du tympan de Moissac expliquée par une projection panoramique », CCM, 15, 1972, p. 303-308.
  • KIRSCH Anne, Das Verhältnis von Altem und Neuem Testament im Spiegel romanischer Kirchenportale Frankreichs : Das Südportal von Saint-Pierre in Moissac. Das Westportal von Saint-Trophime in Arles. Das Westportal von Sainte-Madelein in Vézelay, Katholisches Biblelwerk GmbH, coll. « Stuttgarter Biblische Beiträge, 56 » , Stuttgart, 2006.
  • KLEIN Peter, « Les sources non hispaniques et la genèse iconographique du Beatus de Saint-Sever », dans Saint-Sever. Millenaire de l’abbaye, J. Cabanot (Éd.), Colloque international, Comite-d’études sur l’histoire et l’art de la Gascogne, 25, 26 et 27 mai 1985, Mont-de-Marsan, CEHAG, 1986, p. 316-333.
  • KLEIN Peter, « Programme eschatologique, fonctions et réceptions historiques des portails du XIIe siècle : Moissac, Beaulieu, Saint-Denis », CCM, 33 (4), 1990, p. 317-345.
  • MÉZOUGHI Noureddine, « Le tympan de Moissac : études d’iconographie », CSMC, 9, 1978, p. 171-200.
  • RUPIN Ernest, L’Abbaye et les cloîtres de Moissac, Paris, Picard, 1897.
  • SCHAPIRO Meyer , « T he romanesque Sculpture of Moissac », A.B., 13 (3), 1931, p. 49-352 et 13 (4), 1931, p. 464-531, publication partielle de la thèse de doctorat, The Romanesque Sculpture of Moissac , Ph.D., Colombia University, 1929, publié dans son édition française : La Sculpture de Moissac , trad. A. Jaccottet, Paris, Flammarion, 1987, p. 77-133.
  • SEIDEL Linda, « Scriptural story in romanesque sculpture : architectural space and narrative time », Kunsthistorisches-Jahrbuch-Graz , Erzählte zeit und Gedächtnis : Narrative strukturen und das problem der sinnstiftung im denkmal, 29-30, 2005, p. 21-28.
  • SEIDEL Linda, « The Moissac Portico and the rhetoric appropriation », dans Studien zur Geschichte der europäischen Skulptur im 12./13. Jahrhundert, H. Beck et K. Hengevoss-Dürkop , Frankfurt, Main Henrich, coll. « Schriften des Liebieghauses », 1994 , vol. 1, p. 287-302.
  • SIRGANT Pierre, FAU Jean-Claude, Moissac : Bible Ouverte, Montauban, Color press, 1996.
  • SKUBISZEWSKI Piotr, « Le trumeau et le linteau de Moissac. Un cas du symbolisme médiéval », C.A., 40, 1992, p. 51-90.
  • VIDAL Marguerite, « Le Portail de Moissac et son rayonnement en Bas-Limousin », Bulletin du Centre International d’Études Romanes, 1970, p. 64-71.
  • VIDAL Marguerite, « Le tympan du portail de Moissac », CSMC, 2,1971, p. 89-97.
  • VIDAL Marguerite, Moissac , Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La carte du ciel, 26 », 1976 (rééd. 1981).
  • VIDAL Marguerite, Quercy roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 10 », 1959 (rééd. 1979), p. 42-135.
  • VOINCHET Bernard, « Le portail de Moissac », Les monuments historiques de la France, 4, 1976, p. 20-25.
  • ZINK Jochen, « Moissac, Beaulieu, Charlieu : zur ikonologischen Kohärenz romanischer Skulpturenprogramme im Südwesten Frankreichs und in Burgund », Aachener Kunstblätter, 56-57, 1988-89 (1989), p. 73-182.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Moissac, abbatiale Saint-Pierre (porche). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogif


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search