Mimizan, ancien prieuré, église Notre-Dame

Mimizan (Landes, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : église Notre-Dame (de l’ancien prieuré)


  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : portail interne du
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : ancienne abbatiale bénédictine.
  • Datation : 1ères décennies du XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : portail du clocher-porche , tympan : Adoration des Mages ; archivoltes , voussure interne : parabole des Vierges sages et des Vierge folles ; voussure médiane : théorie de prophètes ; voussure externe : calendrier (zodiaque et travaux des mois).
  • identifiant Wikidata : Q2979479
  • identifiant Mérimée : Pa00083973

Mimizan, église Notre-Dame,portail du clocher porche
(Jean-Maurice Poissonnier, 2019, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : L’église abbatiale gothique de Mimizan, construite entre le XII e et le XIII e siècle, a presque entièrement disparue. Ce qui en subsistait a été détruit et reconstruit entre 1898-1899. Il ne reste du bâti médiéval que l’ancien clocher-porche et son étonnant portail, à l’abandon au moment de son étude par Francis Salet (1939) et restauré entre 1981-1986 puis en 2001.

Ce dernier se compose comme il suit. Un tympan en croissant, adapté à la brisure de l’arc de la porte, est encadré d’une archivolte à trois voussures principales en arc brisé entre lesquelles s’intercalent trois cordons moulurés. Les trois voussures sont historiées : sur l’arc interne se répartissent six Vierges sages (dans la partie gauche) et six Vierges folles (dans la partie droite) de part et d’autre du Christ dans la demeure de l’époux sur la clef de l’arc. La porte de la demeure, à droite du Christ, reste ouverte pour accueillir les Vierges sages alors que celle à sa gauche se ferme devant les Vierges folles. Sur la voussure médiane sont placées douze figures prophétiques dont la Sibylle. Seul David est identifiable par sa harpe. La voussure externe, enfin, présente un calendrier dans lequel sont couplés zodiaque et travaux des mois de façon incohérente (ce désordre semble être d’origine).

En surplomb du portail rayonne un Christ en majesté entouré de dix de ses disciples, motif rappelant les « apostolados » des portails espagnols. Par manque de place, les deux apôtres manquants ont été abaissés autour de la porte.

Mimizan, église Notre-Dame, tympan du clocher porche, Adoration des Mages
(Jean-Maurice Poissonnier, 2019, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Le tympan est entièrement consacré à l’Épiphanie et adopte une composition tripartie rare dans le sud-ouest de la France, mais en pleine expansion au même moment en Espagne. Les trois Rois mages sont placés les uns derrière les autres dans la partie gauche de la composition : le premier pose un genou à terre entre deux arbres stylisés, le second se retourne vers le troisième qui lui montre l’étoile alors que, derrière eux, les trois chevaux au repos attachés à un arbre sont logés dans l’écoinçon inférieur (à la fin du XII e siècle et au début de XIII e siècle, le motif est de rigueur sur tous les tympans hispaniques). Sur le pan droit du tympan se succèdent plusieurs figures. En premier lieu, la Vierge, coiffée d’une haute couronne, siège frontalement sur un large trône de pierre et tient l’Enfant de profil. Ce dernier est également couronné et adresse un signe de bénédiction à ses visiteurs. Derrirère eux, Joseph s’est endormi sur sa canne en Tau , motif récurrent en Espagne. En retrait, la sage-femme pénitente présente sa main guérie après son repentir. Le personnage se retrouve dans le même contexte sur la frise du Boulou. Dans l’écoinçon droit, un vase clos, inscrit sous une arcade polylobée, pourrait renvoyer à la vasque du bain de l’Enfant (expliquant ainsi la présence de la sage-femme) et rappeler plus généralement le sacrement baptismal. Enfin, dans la partie supérieure du tympan se déroule un premier ruban de palmettes plates à la clef duquel est intégré l’ Agnus Dei.

Mimizan, église Notre-Dame, clé de l’arc brisé au dessus du tympan, agneau et demeure de l’époux
des Mages
(Jean-Maurice Poissonnier, 2019, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

L’Épiphanie de ce portail bénéficie ainsi d’un double sens de lecture. Nous pouvons en premier lieu percevoir une Adoration des Mages classique avec une mise en scène explicite de la Vierge à l’Enfant et de sa virginité, dont Joseph et Salomé témoignent. De sa maternité virginale naissent les nations chrétiennes que figurent les Mages cheminant vers la vasque close pour recevoir le Baptême. Cependant, un sens eschatologique évident émane de l’ensemble du portail (J. Lacoste , 1974). Les Mages, en venant adorer le Christ, suivent en effet la procession des Vierges sages à qui la porte de la demeure de l’époux reste ouverte (Mt 25, 1-10). L’ apostolodo du registre supérieur, montrant un Christ parousiaque accompagné de son collège apostolique, tiré des versets de Matthieu (Mt 19, 28), confirme cette interprétation. Ainsi, la sémantique de l’adoration, une fois associée à la parabole des Vierges, dérive vers celle du mariage mystique du Christ et de son l’Église : les Mages, en s’inclinant devant le Christ et sa mère, entrent ainsi dans la Jérusalem céleste. Ils traversent les deux arbres plantés en son centre (Ap 22, 1-2), guidés par l’étoile illuminant la cité céleste pouvant ainsi « se passer de l’éclat du soleil et de celui de la lune » (Ap 21, 23-24) et, en ce sens, l’astre est surplombé par l’Agneau « qui tient lieu de flambeau » (Ap 21, 6). L’Épiphanie évangélique prend ainsi valeur de théophanie deutéroparousiaque et l’étoile dressée pour les nations s’assimile au signe glorieux des fins dernières : « je suis le rejeton de la race de David, l’Étoile radieuse du matin » (Ap 22, 16). L ’Adoration des Mages s’introduit ainsi, dans un contexte iconographique évoquant l’entrée des nations dans le Royaume (Ap 21, 22-27) et c’est la Vierge à l’Enfant qui permet une telle déclinaison de l’épisode : complétée par la superposition de l’étoile, de l’ Agnus Dei , de l’époux et de la Majestas Domini au milieu des Apôtres, elle devient une incarnation de la Jérusalem céleste. Autour d’elle s’agencent tous éléments sculptés du portail pour construire une vision totale construite sur un système duodécimal rigoureux : douze Apôtres, douze prophètes, douze vierges (alors que la parabole n’en mentionne que dix), douze mois du calendrier. L’ensemble décline ainsi sur plusieurs registres une seule et même Épiphanie atemporelle dans laquelle sont exaltés la reconnaissance du Christ, le don à l’Église et la rédemption (par le repentir de Salomé), comme autant de devoirs du Chrétien qui lui ouvriront les portes du royaume et lui donneront accès à la source de vie éternelle (vase clos) : « celui qui a soif, moi, je lui donnerai de la source de vie, gratuitement » (Ap 21, 6) . Les Mages sont donc à la fois l’ exemplum rappelant le Chrétien à ses devoirs du quotidien dans une communion présente avec la divinité, et la préfiguration de l’entrée finale des nations dans le Royaume dans une lecture eschatologique finale.

Remarque : Les sculptures du portail conservent de nombreuses traces de polychromies. Au-dessus de l’ apostolado ont été mises à jour des fresques du XVe siècle.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BEAURAIN Georges, Le portail de Mimizan étudié dans ses rapports avec l’Histoire du costume et du mobilier au Moyen Âge, Dax-Paris, Labèque, Champion, 1905.
  • EYMARD Roland, « Éclairages sur l’ancienne église de Mimizan, lieu de justice et pèlerinage royal », Bulletin de la Société de Borda, 129 (1), 2004, 3-18.
  • GOYHENECHE Eugène, « Mimizan : son église, ses bornes de sauveté », Bulletin de la Société de Borda, 92, 1967, p. 325-340 et 93, 1968, p. 3-26.
  • LACOSTE Jacques, « Le portail de Mimizan et ses liens avec la sculpture espagnole du début du 13e siècle », Revue de Pau et du Béarn, 2, 1974, p. 35-69.
  • SALET Francis, « Mimizan », Caf : bordeaux, 102, 1939, p. 336-344.
  • THOIN Stephane, « L’ancienne église abbatiale de Mimizan , Landes : la restauration du clocher-porche et du porche occidental », Monumental, 2002, p. 140-143.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Mimizan, ancien prieuré, église Notre-Dame. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogie


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search