Maureillas, chapelle Saint-Martin-de-Fenollar

Maureillas / Saint-Martin-de-Fenollar (Pyrénées-Orientales, Occitanie)

Édifice : chapelle Saint-Martin-de-Fenollar


Maureillas, chapelle Saint-Martin-de-Fenollar (plan dans M. THIBOUT, 1954)
  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : angle du mur oriental et du mur méridional, registre supérieur.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Retour des Mages.
  • Contexte de l’édifice : propriété de l’abbaye d’Arles, dépendance de Cluny.
  • Datation : 1ère moitié du XIIe s. (sans doute 1er quart).
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : chœur , mur nord (d’ouest en est) : Annonciation , Nativité (avec le doute de Joseph), ange de l’ Annonce aux Bergers ; mur est : en majorité effacé (subsistent encore une partie des bergers dans l’angle gauche et une Vierge à l’Enfant tronquée dans l’angle droit), Vierge orante (dans l’écoinçon supérieur), mur sud (d’est en ouest) : Adoration des Mages et Retour des Mages ; voûte : Vieillards de l’Apocalypse (rampants de la voûte et registre supérieur du mur est), Majestas Domini .
  • identifiant Wikidata : Q1062707
  • identifiant Mérimée : Pa00104045

Description : Les fresques de la petite chapelle de Saint-Martin-de-Fenollar, d’élévation ancienne (IX e siècle), furent découvertes par Louis de Bonnefoy en 1860. De plan très simple, à nef unique et à chevet rectangulaire voûté en berceau, l’édifice était entièrement recouvert d’un riche décor. Seules les peintures du chœur sont correctement conservées à l’exception de celles du mur plat de l’abside (quelques vestiges subsistent également sur la voûte de la nef).

Maureillas, chapelle Saint-Martin-de-Fenollar, fresques du mur sud du choeur, Adoration et Retour des Mages
(Signoles, André, 1985, © Monuments historiques)

Un cycle de l’Enfance étendu occupe le registre supérieur des murs du chœur. La lecture débute sur le mur nord, d’ouest en est, avec l’ Annonciation , la Visitation puis l’ Annonce aux Bergers sur l’angle des murs nord et est. Les peintures s’interrompent sur le mur oriental, très érodé, et reprennent sur le mur sud avec l’ Adoration des Mages suivie de leur voyage de retour. Une immense Théophanie christique, accompagnée du tétramorphe et d’anges porteurs de codex, occupe la totalité de la voûte en berceau, cernée par les vingt-quatre Vieillards. Ce registre céleste est isolé de celui de l’histoire évangélique par l’inscription aujourd’hui indéchiffrable ( … ru… librv. …or ani… …cid..vnt coram a… … .lenas… ), peut-être tirée d’Ap 5, 8 « Ed cum apervisser librvm quatuor animalia et veginti quatuor seniores cecidervnt coram Agno, habentes singuli citharas et phialas aureas plenas odoramentorum, quae sunt orationes sanctorum ». Entre les Vieillards et les pieds du Christ, au sommet du mur oriental, est intercalée une Vierge orante en buste, flanquée de deux anges.

Maureillas, chapelle Saint-Martin-de-Fenollar, fresques du mur sud du choeur, Adoration des Mages (détail)
(Signoles, André, 1985, © Monuments historiques)

Concernant les Rois mages du mur sud, tous trois sont richement vêtus de tuniques courtes, de longues guêtres rouges et coiffés de couronnes d’or. Ils portent dans leurs mains voilées leurs présents contenus dans de larges plats à la manière antique. La Vierge à l’Enfant, en grande partie effacée, les accueille sur l’angle du mur oriental. Seuls subsistent le geste de la Vierge en direction des Mages et le signe de bénédiction de l’Enfant. Une inscription, placée entre le premier mage et la Vierge, a survécu : (vidimus) stellam eius in orient( e) et ve (nimus) cvm mu( neri) bvs ( ado) are dom( inum). Ce vers ainsi déchiffré par Louis de Bonnefoy (1860) est la reproduction exacte de l’Alléluia, précédant l’Offertoire, chanté durant la messe de l’Épiphanie ( Vidimus stellam ejus in Oriente et venimus cum muneribus adorare dominum ). Sur le segment occidental du même mur, les Mages repartent dans leur patrie (vers l’ouest), montés sur leurs chevaux et munis de longues croix hastées (détail très inhabituel, cf. Saint-Georges de Faye-la-Vineuse. Doit-on voir dans ce détail le signe d’une conversion des Mages ou, plus précisément, celui de la bénédiction post-eucharistique et de la dispersion des fidèles ? En effet, l’Épiphanie est dans ce contexte clairement utilisée comme support à la liturgie de l’Eucharistie (leur adoration se rapporte directement à l’Offertoire). Mais ils sont aussi la préfiguration terrestre de l’éclatante théophanie de la voûte et de la liturgie céleste qui l’accompagne. Ainsi, l’Épiphanie des Mages, point d’orgue du mystère de l’Incarnation, fait non seulement le lien entre l’histoire évangélique et le mystère eucharistique, mais préfigure également l’adoration éternelle des rois de l’Apocalypse.

Remarque : Les peintures de Saint-Martin-de-Fenollar sont suffisamment remarquables dans l’art roussillonnais pour que l’on appelle son auteur le « Maître de Fenollar », à qui l’on attribue également les fresques de Sainte-Marie de l’Écluse Haute.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BARRAL I ALTET Xavier, « L’iconographie de caractère synthétique et monumental inspirée de l’Apocalypse dans l’art médiéval d’Occident (IX e-XII e siècle) », dans L’Apocalypse de Jean : traditions exégétiques et iconographiques, IIIe-XIIIe siècles , Actes du Colloque de la Fondation Hardt, 29 fév.-3 mars 1976, Genève, Droz, 1979, p. 187-216.
  • BONNEFOY Louis de, « Épigraphie Roussillonnaise », Société Agricole Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales, 12, 1860, p. 41-44. Corpus des inscriptions de la France médiévale , 11, Pyrénées-Orientales, R. Favreau, J. Michaud , B. Mora (Éds .) , Poitiers, CNRS, 1986, p. 91-94.
  • DESCHAMPS Paul , THIBOUT Marc, La peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris, Plon : édition d’histoire de l’art, coll. « Ars et historia » , 1951, p. 144-146.
  • DURLIAT Marcel, « Iconographie d’abside en Catalogne à la fin du XIe siècle et dans la première moitié du XII e siècle », CSMC, 5, 1974, p. 99-116.
  • DURLIAT Marcel, « La peinture romane en Roussillon et en Cerdagne », CCM, 4, 1961, p. 1-14.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales romanes dans le Midi de la France de Toulouse et Narbonne aux Pyrénées », CCM, 26 (2), 1983, p. 117-139.
  • DURLIAT Marcel, Arts anciens du Roussillon : peinture , Perpignan, Marcel Durliat, 1954.
  • DURLIAT Marcel, Roussillon roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 7 », 1986 (1ère éd. 1958), p. 103-108.
  • MESURET Robert, Les peintures murales du Sud-Ouest de la France du XIe au XVIe siècle : Languedoc, Catalogne septentrionale, Guienne, Gascogne, Comté de Foix , Paris, Picard, 1967, p. 135-138.
  • PONSICH Pierre, « Le maître de Saint-Martin de Fenollar », CSMC , 5, 1974, p.117-129.
  • SUREDA Joan, La pintura románica en Cataluña, Madrid, Amianza, coll. « Alianza Forma, 17 », 1981, cat. no 40, p. 305-306. Thibout Marc , « Saint-Martin-de-Fenouilla », Caf : Roussillon, 112, 1954, p. 339-346.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Maureillas, chapelle Saint-Martin-de-Fenollar. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogib


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search