Le Mans, cathédrale Saint-Julien (portail)

Le Mans (Sarthe, Pays de la Loire)

Édifice : cathédrale Saint-Julien

Le Mans, cathédrale Saint-Julien, (plan dans Corpus vitrearum, p. 242)

  • Médium : sculpture.
  • Support : archivolte.
  • Situation dans l’édifice : porche du mur méridional de la nef ( porche de la Pierre au lait ), portail, archivoltes, partie gauche.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Songe des Mages , Voyage des Mages (Retour ?).
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1137-1158.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail méridional , archivolte , partie gauche (de la base vers la clef) : Hérode et un conseiller, Adoration des Mages (1 er registre), Retour et Songe des Mages , Nativité (2 ème registre), Mages devant Hérode , Nativité (suite) et Annonce aux Bergers , puis Massacre des Innocents , mort d’Hérode ; partie droite (de la base vers la clef) : Annonciation et Visitation , Fuite en Égypte , Présentation au Temple , plusieurs voussoirs non identifiés, Songe de Joseph , Noce de Cana , Baptême du Christ , Tentations du Christ ; tympan : Majestas Domini ; linteau : collège apostolique ; pieds-droits : Pierre (à gauche) et Paul (à droite) ; statues-colonnes des ébrasements : figures vétérotestamentaires (dont Salomon ?).
  • identifiant Wikidata : Q1563071
  • identifiant Mérimée : Pa00109800

Description : Le porche adossé au mur sud de la nef de la cathédrale Saint-Julien du Mans, au niveau de la troisième travée occidentale, constituait l’entrée principale de l’édifice au Moyen Âge. Le porche voûté d’ogive, ouvert sur trois côtés, abrite un portail gothique, parmi les plus anciens de France, composé d’un tympan sur linteau encadré d’une archivolte à quatre voussures. Sur les ébrasements s’élèvent huit statues-colonnes, portraits de personnages vétérotestamentaires non identifiés (on lisait jusqu’en 1841 le nom de Salomon sur le phylactère du personnage couronné le plus près de la porte, à droite) et de deux figures d’apôtres aux pieds-droits (Paul à droite, Pierre à gauche). Au tympan est sculpté un Christ en majesté encadré du tétramorphe et surplombant le collège apostolique du linteau. Sur la voussure interne de l’archivolte se succèdent les anges thuriféraires dans la circonférence de l’arc. Sur les trois voussures extérieures se développe un important cycle christologique largement consacré à l’Enfance dont le désordre chronologique n’en facilite pas la lecture.

Le Mans, cathédrale Saint-Julien, voussoir du portail sud, Hérode et un conseillé
(cliché Bilddatei-Nr. fm169520
© Bildarchiv Foto Marburg / Foto: unbekannt; Aufn.-Datum: Datum: 1940/1944)
Le Mans, cathédrale Saint-Julien, voussoir du portail sud, Adoration des Mages
(cliché Bilddatei-Nr. fm39814
© Bildarchiv Foto Marburg / Foto: unbekannt; Aufn.-Datum: 1928 – Rechte vorbehalten)
Le Mans, cathédrale Saint-Julien, voussoir du portail sud, Songe des Mages
(cliché Aufnahme-Nr. LA 1.411/26 (Vorschaubild)
© Bildarchiv Foto Marburg / Foto: Schreiner, Ludwig; Aufn.-Datum: um 1957/1959 – Rechte vorbehalten)
Le Mans, cathédrale Saint-Julien, voussoir du portail sud, Songe des Mages
(cliché
© Bildarchiv Foto Marburg / Foto: Schreiner, Ludwig; Aufn.-Datum: um 1957/1959 – Rechte vorbehalten)

Sur la première voussure (après la cohorte angélique), la lecture débute par l’ Agnus Dei , placé à la clef, et suit l’ordre des claveaux vers le bas en passant par trois personnages anonymes, puis par l’ Annonce aux Bergers (sur deux blocs) et enfin par la Nativité (sur deux blocs). À la base de la deuxième et la troisième voussure apparaît l’ Adoration des Mages (Figure 102) : les trois Rois alignés sur un bloc se présentent devant la Vierge à l’Enfant les accueillant sur le claveau interne. Derrière, les Mages, Hérode en trône écoute son conseiller qui pointe sa main vers le ciel (Figure 101). La lecture se poursuit alors en sens inverse, vers le haut, par le Songe des trois Rois endormis dans un même lit alors que le plus âgé écoute les conseils de l’Ange. Dans l’état actuel des sculptures, les trois Mages endormis ont disparu. Ils étaient encore visibles en 1929, date de la prise du cliché que nous intégrons à cette notice (Figure 103). Vers la gauche, les Mages retournent dans leur patrie. Au-dessus intervient, sur deux voussoirs, l’audience face à Hérode (Figure 104) : le souverain trône sur le bloc extérieur, accompagné de son conseiller, alors que les Mages se suivent sur le voussoir médian. Tout le reste de la portion gauche de l’archivolte se consacre au Massacre des Innocents , à l’exception du dernier bloc de la voussure externe, celui de la Mort d’Hérode, thème relativement rare en Occident.

La partie droite révèle un même désordre chronologique. Sur les trois premiers étages des trois voussures se superposent l’ Annonciation , la Visitation , la Fuite en Égypte (sur trois blocs) et la Présentation au Temple (sur deux blocs). Les autres scènes sont difficilement identifiables et semblent dispersées. Se succèdent ainsi, sur la voussure interne, le Songe de Joseph , les Noces de Cana , le Baptême du Christ et, sur la voussure externe, les Tentations du Christ .

À la suite de cette rapide description, nous relevons une place importante laissée au cycle des Mages (sur sept voussoirs), tous réunis dans la partie inférieure de l’arc. On remarque également une mise en valeur très claire de la violence du récit de l’Enfance (le Massacre des Innocents est l’épisode le plus important, étendu sur huit blocs). Plus généralement, c’est la lutte contre le mal et la victoire qui guide le programme. Remarquons en ce sens l’importance donnée aux Tentations du Christ (trois voussoirs) et l’épisode très rare de la mort d’Hérode, dont l’âme est assaillie par le démon.

L’exécution de ce portail est habituellement située après la date de l’incendie qui ravagea la nef (1134-1137) nécessitant sa reconstruction par l’évêque Guillaume de Passavant (1145-1187) et avant la date de consécration de la cathédrale (1158). Il a donc souvent été inclus à l’aire d’influence de l’art chartrain comme le portail de Saint-Loup-de-Naud. Cependant, Thomas Polk (1985) propose d’en rehausser la date d’exécution, entre 1137 et 1145 (avant l’édification de Passavant), pour placer se portail entre ceux de Saint-Denis et Chartres.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, La sculpture française au début de l’époque gothique : 1140-1225, Firenze, Pantheon casa editrice, Paris, éd. du Pégase, 1929, p. 27-29.
  • AUBERT Marcel, La sculpture française au Moyen Âge, Paris, Flammarion, 1946 (rééd. Paris, 1947), p. 193-194.
  • BOUTTIER Michel, Kervella Gilles, La cathédrale du Mans, Le Mans, éd. de la Reinette, 2000.
  • DEYRES Marcel, Maine roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des Temps, 64 », 1985 , p. 173-219.
  • FLEURY Gabriel, Études sur les portails imagés du XII e siècle, leur iconographie et leur symbolisme, Mamers, G. Fleury et A. Dangin, 1904, p. 15-17, 59.
  • FLEURY Gabriel, La cathédrale du Mans, Paris, Laurens, coll. « Petites monographies des grands édifices de la France », 1910, p. 86-88.
  • LAPEYRE André, Des façades occidentales de Saint-Denis et de Chartres aux portails de Laon : études sur la sculpture monumentale dans l’Île-de-France et les régions voisines au XIIe siècle, Mâcon, Protat frères, 1960, p. 90-95, 281-285.
  • LEDRU (Ambassadeur), « Le porche méridional de la cathédrale du Mans », La Province du Maine, 17, 1909, p. 303-314.
  • Les vitraux du Centre et des pays de la Loire, Comité français du Corpus vitrearum (Dir.), Paris, CNRS, coll. « Corpus vitrearum . France. Série complémentaire, Recensement des vitraux anciens de la France, 2 », 1981, p. 244, cat. XVII (C).
  • MUSSAT André, La Cathédrale du Mans, Paris, Berger-Levrault, 1981, p. 50-58.
  • MUSSAT André, Le style gothique de l’ouest de la France : XII-XIIIe siècle, Paris, Picard, 1963, p. 95-107.
  • POLK Thomas E., « The South Portal of the Cathedral at Le Mans: Its Place in the Development of Early Gothic Portal Composition », Gesta, 24 (1), 1985, p. 47-60.
  • PRACHE Anne, « La cathédrale du Mans », 303 : arts, recherches et créations , 70, 2001, p. 158-167.
  • SALET Francis, « La Cathédrale du Mans », Caf : Maine, 119, 1961, p . 18-58.
  • SAUERLÄNDER Willibald, La sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris, Flammarion, 1972, p. 68.
  • STODDART Withney, The West Portals of Saint-Denis and Chartres, Cambridge, Harvard University Press, 1952, p. 34-36.
  • WARD Susan-Leibacher, The Sculpture of the South Porch at Le Mans Cathedral, Ph.D, Brown University, Departement of Art, 1984, Ann Arbo, UMI, 1986.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Le Mans, cathédrale Saint-Julien (portail). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogia


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search