Le Mans, cathédrale Saint-Julien (vitrail)

Le Mans (Sarthe, Pays de la Loire)

Édifice : cathédrale Saint-Julien


  • Médium : vitrail.
  • Support : médaillon.
  • Situation dans l’édifice : Situation dans l’édifice : nef, collatéral nord, 1 ère travée occidentale, 2ème fenêtre, remployé au registre supérieur de la lancette (baie XVII C selon Corpus Vitrearum France, 1981).
  • Cycle des Mages : Songe des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1140-1155 (après l’incendie de la première cathédrale, durant sa restauration en 1136 et 1158).
  • identifiant Wikidata : Q1563071
  • identifiant Mérimée : Pa00109800

Le Mans, cathédrale Saint-Julien, vitrail, panneau du Songe des Mages
(Durand, Jean-Eugène (1845-1926), © Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP)

Description : Le médaillon du Songe des Mages est l’un des rares témoins des vitraux du XII e siècle de la cathédrale du Mans. Il faisait partie d’un programme de l’Enfance aujourd’hui disparu. Nous savons qu’il fut remployé au XVI e siècle dans la chapelle du XIII e siècle consacrée à la Vierge. Entre 1901 et 1905, il fut installé à la place qu’il occupe aujourd’hui (première travée occidentale, deuxième fenêtre du mur nord de la nef), au registre supérieur de la lancette avec deux autres médaillons du XII e siècle : la résurrection d’un prêtre près du tombeau de saint Étienne (registre médian) et l’exposition du corps de saint Étienne aux animaux (registre inférieur). Le médaillon est en bon état de conservation dans sa composition générale et, malgré plusieurs repeints et quelques remplacements, la majorité des verres, bordures comprises, sont d’origine. Nous y trouvons les Mages allongés côte à côte sur une même couche, chacun enveloppé d’un drap. Un ange apparaît dans la partie droite de la composition et montre de l’index la voie à suivre pour le retour. Seul le premier mage est éveillé par la vision alors que les deux autres reposent leur visage dans le creux de leur main. Louis Grodecki (1977) attribuait l’œuvre au maître de l’ Ascension , le datant ainsi aux alentours de 1150. Les recherches plus récentes du Corpus vitrearum (1981) en ont remonté la date vers 1140


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, CHASTEL André, GRODECKI Louis…, Vitrail français, Musée des Arts Décoratifs de Paris (Dir.), Paris, 2 Mondes, 1958, p. 97.
  • GRODECKI Louis, Le Vitrail roman, Paris, Éditions Vilo, 1977 (rééd. Paris, 1983), p. 57-70 (part. p. 57-58), fig. 49. cat n° 59, p. 283.
  • GRODECKI Louis, « Les vitraux de la cathédrale du Mans », Caf : Maine, 119, 1961, p. 59-99. Les vitraux du Centre et des pays de la Loire , Comité français du Corpus vitrearum (Dir.), Paris, CNRS, coll. « Corpus vitrearum . France. Série complémentaire, Recensement des vitraux anciens de la France, 2 », 1981, p. 244, cat. XVII (C).
  • MUSSAT André, La Cathédrale du Mans, Paris, Berger-Levrault, 1981, p. 61-68.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Le Mans, cathédrale Saint-Julien (vitrail). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogi9


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search