Roma, église San Giovanni a Porta Latina

Roma (Lazio, Roma)

Édifice : église San Giovanni a Porta Latina

 


Roma, église San Giovanni a Porta Latina (plan dans E. PARLATON, S. ROMANO, 1992, p. 104)
  • Médium : fresque (détruite).
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : nef, mur sud, parties hautes, registre médian.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : 1191-1198, d’après la date de consécration conservée sur le front d’un lutrin moderne : Anno Dominicae Incarnationis MCLXXXX[I] Ecclesia Sancti Johannis ante Portam Latinam dedicata est ad honorem Dei et betai Johannis Evangeliste manu domini Celestini III pp. , presentibus fere omnibus cardinalibus tam episcopis quam et aliis cardinalibus , de mense madiam die X festivitatis ss. Gordiani et Epimachi , est enim ibi remissio vere penitentibus AXI , dierum de injunctis sibi penitentiis singulis annis.
  • Intégration dans le programme iconographique : mur sud , registre supérieur (d’est en ouest) : Création du monde , Création d’Adam , Création d’Ève , Péché originel , Sentence divine , Expulsion du Paradis , chrérubin à l’épée de feu ; registre médian (d’est en ouest) : Annonciation , Visitation , Voyage à Bethléem ?, Nativité , Annonce aux Bergers , Adoration des Mages ; registre inférieur (d’est en ouest) : Résurrection de Lazare , Entrée à Jérusalem , La Cène (?), Lavement des pieds , Trahison de Juda , Portement de croix , Crucifixion , Déposition (?) ou Mise au Tombeau (?) ; mur occidental , registre supérieur (du sud au nord) : Adam et Ève condamnés, Sacrifice de Caïn et Abel , Meurtre d’Abel par Caïn , Malédiction de Caïn ; registre inférieur (du sud au nord) : Christ en gloire et adoration angélique ; mur Nord , registre supérieur (d’ouest en est) : Construction de l’Arche de Noé , Abraham et trois anges, Sacrifice d’Isaac , Bénédiction de Jacob , Lutte de Jacob et l’Ange , Songe de Joseph (ou de Jacob), registre médian (ouest en est) : second Songe de Joseph , Fuite en Égypte , Massacre des Innocents , Jésus face aux docteurs , Baptême du Christ , Transfiguration (?), Samaritaine (?), Femme adultère , registre inférieur (de gauche à droite) : Visite au sépulcre , pèlerins d’Emmaüs, Incrédulité de Thomas , Apparition à Tibériade ; chœur , mur est : registre supérieur : Majestas Domini ; murs latéraux : Adoration des Vieillards.
  • identifiant Wikidata : Q592799

Roma, église San Giovanni a Porta Latina, mur droit de la nef
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2009)

Description : La basilique de San Giovanni a porta Latina, située près de la Porta San Giovanni et de l’Oratoire San Giovanni in Oleo, conserve de précieuses fresques qui, malgré les mutilations inévitables, donnent une idée précise de l’important cycle peint originel. L’Église fut consacrée en 1191, date probable du début des travaux de décoration. Les peintures recouvrent les deux murs du vaisseau central (au-dessus des grandes arcades), les parties hautes du mur occidental et la face occidentale de l’arc triomphal ainsi que les deux murs latéraux du chœur (parties hautes). Les peintures furent endommagées par les remaniements engagés à partir du XVI e siècle. Elles bénéficièrent de premiers travaux de restauration entre 1913 et 1915 sous la direction de Joseph Wilpert. Une seconde restauration en 1937 abattit tous les ajouts du XVII e et du XVIIIe siècle.

Ce cycle de peinture fait partie de ceux exécutés dans l’aire d’influence de Rome, à la fin du XII e siècle (Ferentillo, Marcellina). Nous y retrouvons une intime union entre les cycles de l’Ancien et du Nouveau Testament. Cependant, contrairement aux exemples précédents, l’agencement des fresques ne respecte pas une rigoureuse séparation des deux programmes de part et d’autre de la nef mais donne, au contraire, une lecture continue de chaque registre sur les murs nord, sud et ouest.

Comme souvent dans la peinture romaine, l’ Adoration des Mages se retrouve dans la partie occidentale de l’édifice (entre la deuxième et la troisième travée), soumise à un sens processionnel est-ouest et en conclusion d’un cycle de l’Enfance réduit à quelques scènes (ici l’ Annonciation , la Visitation , le Voyage de la sainte famille à Bethléem ?, la Nativité , l’ Annonce aux Bergers ). Si l’épisode respecte quelques critères romains du thème (les Mages sont des Orientaux), la scène gagne en monumentalité. La Vierge à l’Enfant, voilée et nimbée, est élégamment assise sur un très large trône impérial en pierre, derrière lequel on distingue un hémicycle surmonté d’un dais. Devant elle, les trois Mages, vêtus des mêmes tuniques grises et coiffés de bonnets peu habituels, portent leurs plats garnis d’offrandes dans leurs mains voilées de leurs manteaux.

Roma, église San Giovanni a Porta Latina, mur droit de la nef, Adoration des Mages et Péché originel
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2009)

Malgré l’enchaînement des tableaux dans la continuité des trois murs du vaisseau central, il est possible d’isoler un programme cohérent sur le mur sud, proposant une histoire de l’humanité. Trois frises superposées se lisent sans interruption dans leur progression chronologique d’est en ouest. Au registre supérieur, l’histoire de la Genèse est relatée du Fiat Lux à la clôture de la porte du Paradis par l’ange à l’épée de feu. Au registre médiant, l’Enfance du Christ s’étend de l’ Annonciation à l’ Épiphanie . Au registre inférieur est décrite une partie de la vie publique du Christ et de sa Passion , de la Résurrection de Lazare à la Mise au tombeau . Concernant les deux premiers niveaux, le rythme du cycle de Noël suit exactement celui de l’histoire originelle de l’homme et présente ainsi une véritable genèse de l’Évangile et de l’Église chrétienne. Sans entrer dans le détail, remarquons que chaque panneau vétérotestamentaire est une préfiguration de l’épisode néotestamentaire qu’il surplombe, construisant ainsi une dialectique sur le Christ nouvel Adam et sur la Vierge nouvelle Ève : par exemple, le Fiat Lux est placé au-dessus du fiat de la Vierge lors de l’ Annonciation ou encore, selon le même procédé, la Création d’Ève surplombe la Nativité. Enfin, l’ordonnancement en trois registres se voit bouleversé à la fin du cycle de la Passion par la Crucifixion qui occupe deux niveaux et constitue ainsi l’épilogue des frises de l’Enfance et du martyre du Christ.

Sur la portion occidentale de ce mur et, plus particulièrement, concernant l’ Adoration des Mages , nous remarquons que l’épisode occupe une place relativement restreinte mais apparaît comme un nœud crucial du programme. Comme dans tous les autres exemples cités précédemment, l’Adoration fonctionne en diptyque avec l’ Annonce aux Bergers . Concernant sa connexion avec l’histoire de la Genèse, l’Adoration intervient exactement sous la condamnation d’Adam et Ève et, selon un rapprochement théologique établi de bonne heure, les Mages viennent racheter la faute de leurs ancêtres. De plus, la scène surplombe le Portement de Croix , selon un agencement déjà établi à Santa Maria Antiqua. Or, la réutilisation de ce rapprochement iconographique prend tout son sens face à la Crucifixion . Les Mages, encore une fois, en destinant leurs offrandes à la Vierge à l’Enfant, préfigurent l’adoration de la Croix glorieuse, instrument de rédemption ouvrant aux nations chrétiennes les portes scellées du Paradis qui apparaissent au registre supérieur, gardées par le chérubin à l’épée de feu.

Rome, San Giovanni a porta Latina, schéma du mur sud et de la nef
(schéma d’après G. MATTHIAE, 1958)
Registre supérieur. 1 : Création du monde ; 2 : Création d’Adam ; 3 : Création d’Ève ; 4 : Péché originel ; 5 : Sentence divine ; 6 : Expulsion du Paradis ; 7 : Chrérubin à l’épée de feu.
Registre médian. 8 : Annonciation ; 9 : Visitation ; 10 : Voyage à Bethléem ; 11 : Nativité ; 12 : Annonce aux Bergers ; 13 : Adoration des Mages.
Registre inférieur : 14 : Résurrection de Lazare ; 15 : Entrée à Jérusalem ; 16A : La Cène ( ?) ; 16B : Lavement des pieds ; 17 ; Trahison de Juda ; 18 : Le portement de Croix ; 19 : Crucifixion ; 20 : Déposition ( ?) ou Mise au Tombeau ( ?).

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ANTHONY Edgar Waterman, Romanesque Frescoes , Princeton, Princeton University Press, 1951, p. 41.
  • CRIVELLO Fabrizio, « Tracce di un evangelario della scuola di corte di Carlo il Calvo a Roma », Studi-medievali, 44, 2003, p. 794-809.
  • FILTZINGE L., « Gli affreschi di S. Giovanni a Porta latina », Bolletino parrochiale del Duomo di Colonia , 1927, p. 39-48.
  • KRAUTHEIMER Richard, « An oriental Basilica in Rome : S. Giovanni a Porta Latina », The Journal of Achaeology, 40 (4), 1936, p. 485-495.
  • MANION Margaret M., « The Frescoes of S. Giovanni a Porta Latina : the Shape of a Tradition », Australian journal of art, 1, 1978, p. 93-109.
  • MANION Margaret M., The frescoes of S. Giovanni a Porta Latina in Rome, Ph.D. Melbourne, Bryn Mawr College, 1972, p. 151-213 (part. p. 171-174).
  • MARLE Raimond von, La peinture romaine au moyen-âge : son développement du 6 ème jusqu’a̓̀ la fin du 13ème siècle, Strasbourg, J. H. E. Heitz, coll. « Études sur l’art de tous les pays et de toutes les époques, 3 », 1921, p. 162.
  • MATTHIAE Guglielmo, Pittura romana del Medioevo secoli IV-X , 2nde édition mise à jour, M. Andaloro (Dir.), Roma, Fratelli Palombi, 1987 (1ère éd. Roma, 1966), p. 102-120.
  • MATTHIAE Guglielmo, S. Giovanni a Porta Latina e l’Oratorio di S. Giovanni in Oleo, Roma, Edizioni “Roma” Marietti, coll. « Le Chiese di Roma illustrate, 51 », 1958.
  • PARLATO Enrico, ROMANO Serena, Roma e Lazio il romanico, Milano, edizione di pagina, Jaca Book, coll. « Patrimonio Artistico Italiano », 2001, p. 87-97.
  • PARLATO Enrico, ROMANO Serena, Roma e il Lazio, Milano Jaca Book, coll. « Italia romanica , 13 », 1992 p. 446-447.
  • PARLATO Enrico, ROMANO Serena, Roma e il Lazio, Milano Jaca Book, coll. « Italia romanica , 13 », 1992 p. 102-184.
  • STYGER Paul, « La decorazione a fresco del sec. XII della chiesa di S. Giovanni ante Portam Latinam », Studi Romani, 2, 1914, p. 261-328.
  • WAAL Anton de, Die Kirche St. Johannis ante Portam latinam in Rom, Titularkirche Sr. Eminenz des hochwürdigsten Herrn Felix Kardinal v. Hartmann, Erzbischof von Köln , Koln, Bachem, 1914.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Roma, église San Giovanni a Porta Latina," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 22/04/2022, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/1123.

Vous aimerez aussi...