Piacenza, cathédrale

Piacenza (Emilia Romagna, Piacenza)

Édifice : cathédrale


Piacenza, cathédrale (plan dans S. STOCCHI, 1984, p. 30)
  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail nord, linteau.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1122-1142, datation la plus haute pour le portail nord (attribué à Niccolò ou Wiligelmo).
  • Intégration dans le programme iconographique :
  • portail nord, linteau (de gauche à droite) : personnage se tenant le coude, Annonciation, Visitation, Nativité, Annonce aux Bergers, Adoration des Mages, personnage se tenant le ventre ; chapiteaux d’ébrasements : deux figures grotesques nues (gauche) ; deux figures grotesques habillées ; impostes : deux couples de vertus et de vices (face interne et occidentale) dont la Patience (PACIENCIA) ; portique, colonnade : atlantes stylophores (l’un assis sur un agneau, l’autre sur une palme) sur la base de celui de droite : O QVAM GRANDE PONDVS SVPE[R]FERO ; canopée : saint Jean (gauche) ; saint Jean-Baptiste (droite), portant un phylactère (HECCE AGNUS DEI), Agnus Dei (centre) ; canopée supérieure : lions stylophores.
  • identifiant Wikidata : Q2576211

Piacenza, cathédrale, portail nord
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2009)

Description : Le portail de l’abbatiale de Piacenza fait partie du groupe de grands Protiri de l’Italie septentrionale accordant une place à l’ Adoration des Mages (Ferrara, Nonantola) . Il est l’œuvre Niccolò, travaillant dans la cité avec son maître Wiligelmo dans une chronologie habituellement située entre 1122 et 1142. En effet, le travail du sculpteur dans la cité doit sans doute être replacé dans la partie haute de cette chronologie, entre le tremblement de terre de 1117 et son arrivée à Ferrare en 1135 (A. C. Quintavalle, 1973 est pour une datation plus haute, entre 1110-1115).

Sur la façade de Piacenza, c’est une version aboutie du protiro qui est proposée : étagé sur deux niveaux et composé d’un tympan posé sur un linteau et encadré d’une triple archivolte retombant sur deux colonnes d’ébrasements. Un portique à double canopée est projeté en avant de cette porte, soutenu par des atlantes stylophores au registre inférieur et des lions au registre supérieur. L’ensemble de la façade occidentale a été en partie remanié et plusieurs sculptures remplacées par des copies du XIX e siècle.

Piacenza, cathédrale, portail nord, linteau
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2009)

Concernant le portail nord, l’essentiel du programme sculpté se concentre sur le linteau abrité sous la première canopée, le portail ayant sans doute été amputé de son tympan. Nous y trouvons un cycle de l’Enfance, inscrit sous arcade, dont la lecture se fait chronologiquement de gauche à droite : l’ Annonciation , la Visitation , la Nativité , l’ Annonce aux Bergers et l’ Adoration des Mages. Les Mages dans ce dernier cadre apparaissent très proches de ceux de Nonontola la scène est inscrite sous une double arcature identique, ils portent les mêmes costumes orientaux et les mêmes coiffes coniques, la Vierge est assise sur un trône exactement identique et désigne l’Enfant de la main. Cependant, la scène semble s’être adaptée au support : les Mages composent un groupe plus aéré et le premier peut s’agenouiller devant l’Enfant alors que les deux autres tiennent leurs offrandes dans leurs mains voilées de leurs manteaux, en position d’attente. La Vierge est en revanche couronnée. Elle tient l’Enfant bénissant sur ses genoux alors qu’au-dessus de lui brille l’étoile végétale inscrite dans un disque. Ce linteau est donc un bel exemple des cycles de l’Enfance qui se développe sur les grands protiri de l’Italie septentrionale. Les similitudes à ce sujet entre les trois grands portails (Nonantola, Piacenza et Ferrara) ne concernent pas que les Mages et de nombreuses connexions se retrouvent pour chacune des scènes. Ces sculptures sont en effet produites par des ateliers proches dans l’espace et dans le temps qui orientent leur inspiration vers un modèle commun, celui de l’antiquité romaine.

Piacenza, cathédrale, portail nord, linteau, Adoration des Mages
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2009)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BORNSTEIN Christine Verzár, Portals and Politics in the Early Italian City-State : the Sculpture of Nicholaus in Context, Parma, Istituto di storia dell’arte, Universita di Parma, 1988, p. 58-73.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, « Nicholaus’s Sculptures in context », dans Nicholaus e l’arte del suo tempo, S. M. Romani (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studi, Ferrara, 21-24 sett. 1981, Ferrara, Corbo, 1985, vol. 1, p. 331-373.
  • CATTANEI Cristoforo, Descrizione dei monumenti e delle pitture di Piacenza corredata di notizie istoriche, Parma, Carmignani, 1828, p. 17-18.
  • COCHETTI PRATESI Lorenza, « La decorazione plastica della cattedrale di Piacenza », dans Il duomo di Piacenza (1122-1972), Atti del Convegno di studi storici in occasione dell’850 anniversario della fondazione della Cattedrale di Piacenza, Piacenza, Stabilimento tipografico piacentino, 1975, p. 55-70.
  • COCHETTI PRATESI Lorenza, « Postille piacentine e problemi cremonesi », Commentari, 25 (1-2), 1974, p. 9-23.
  • COCHETTI PRATESI Lorenza, La Scuola di Piacenza, Problemi di scultura romanica in Emilia, Roma, Bulzoni, coll. « Biblioteca di cultura, 47 », 1973, p. 42-61.
  • GANDOLFO Francesco, « Il protiro romanico : nuove prospettive di interpretazione », Arte medievale, 2, 1984 (1985) p. 67-76.
  • GIGLI Antonella, « I leoni stilofori del portale del transetto settentrionale della Cattedrale di Piacenza », Bolletino Storico Piacentino, 75, 1980, p. 168-173.
  • GUIDOTTI Camillo, Il duomo di Piacenza, monumento nazionale : studi e proposte, Piacenza, Marchesotti e L. Porta, 1895.
  • GUIDOTTI Camillo, Nova et vetera, Consolidamento e restauro del nostro Duomo, 1894-1902 (Citta di Piacenza), Piacenza, Tip. V. Porta, 1906.
  • JULLIAN René, L’Éveil de la sculpture italienne : la sculpture romane dans l’Italie du Nord, Paris, Van Ost, 1945, p. 112-114.
  • KLEIN Bruno, Die Kathedrale von Piacenza : Architektur und Skulptur der Romanik, Worms am Rhein, Wernersche Verlagsgesellschaft, 1995.
  • PORTER Arthur Kingsley, Lombard Architecture, New Haven, Yale University Press, 1915-17, 3 vol. (rééd. New York, 1967), vol. 3, p . 242.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Piacenza Cathedral, Lanfranco, and the School of Wiligelmo», A.B., 55, (1), 1973, p. 40-57.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Nicholaus, la chevalerie e l’idea di crociata », dans Medioevo mediterraneo : l’Occidente, Bisanzio e l’Islam, A. C. Quintavalle (Dir.), Atti del convegno internazionale di Studi, Parma, 21-25 settembre 2004, Milano, Electa, coll. « I convegni di Parma, 7 », 2007, p. 546-568.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Le origini di Nicolò e la Riforma Gregoriana », Storia dell’arte, 50-52, 1984, p. 95-118.
  • ROBB David M., « Niccolò: A North Italian Sculptor of the Twelfth Century» , A.B., 12 (4), 1930, p. 374-420.
  • ROMANINI Angiola Maria, « Die Kathedrale von Piacenza : Der Bau des 12 und 13. Jahrhunderts », Zeitschrift für Künstgeschichte, 17, 1954, p. 129-162.
  • ROMANINI Angiola Maria, « Per una interpretazione della Cattedrale di Piacenza », dans Il duomo di Piacenza (1122-1972), Atti del Convegno di studi storici in occasione dell’850 anniversario della fondazione della Cattedrale di Piacenza, Piacenza, Stabilimento tipografico piacentino, 1975, p. 21-52.
  • TESTI Laudedeo, « Restauri al Duomo di Piacenza », L’Arte, 8, 1905, p . 215-216.
  • STOCCHI Sergio, Émilie romane, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque coll. « La Nuit des temps, 62 », 1984, p . 27-51.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (22 avril 2022). Piacenza, cathédrale. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogmd


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search