Benevento, cathédrale

Benevento (Campania, Benvento)

Édifice : cathédrale


Benevento, cathédrale, premières travées occidentales (plan dans T. FORREST KELLY, 1999)
  • Édifice d’origine : cathédrale.
  • Édifice actuel : remonté sur la porte de la cathédrale actuelle (2012)
  • Médium : sculpture.
  • Support : porte de bronze ( Janua Major ).
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, porte principale, ventail droit, 1er registre (en partant du haut).
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Songe des Mages.
  • Datation : fin XIIe s.-premières années du XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : (état de la porte avant le bombardement de 1943) : Janua Major : (sur les deux battants de gauche à droite), 1 er registre : Annonciation , Visitation , Nativité , Annonce aux Bergers , Voyage des Mages , Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Songe des Mages ; 2 ème registre : Songe de Joseph , Fuite en Égypte , Massacre des Innocents , Présentation au temple , Jésus face aux docteurs , Baptême du Christ , Noce de Cana , Vocation de Pierre et André ; 3 ème registre : Vocation de Jacques et Jean , Multiplication des pains , Samaritaine , Guérison de l’Aveugle ? Résurrection de Lazare , Entrée à Jérusalem , La Cène , Lavement des pieds ; 4 ème registre : Jardin des Oliviers , Christ trouvant Simon endormi, Christ rencontrant les soldats, Arrestation du Christ et Baiser de Juda , Christ devant Caïphe , Juda rendant ses deniers au Temple , Suicide de Juda , Reniement de Pierre ; 5 ème registre : Pilate se lavant les mains , Flagellation , Christ outragé , Portement de la Croix , Crucifixion , Mise au Tombeau , Descente aux Limbes , saintes-femmes au Tombeau ; 6 ème registre : 1 portrait d’évêque, Pèlerins d’Emmaüs , Incrédulité de Thomas , 1 portrait d’évêque, Ascension et Pentecôte , 1 portrait d’évêque, puis portraits d’archevêques et d’évêques, 7ème , 8ème et 9ème registres : Portraits d’évêques et d’archevêques.
  • identifiant Wikidata de l’édifice : Q2942604
  • identifiant Wikidata de l’oeuvre : Q24067613

Benevento, portes de bronze, vantail droit, Voyage des Mages (cliché d’après S. ANGELUCCI, S. MARINELLI, 1987, pl. 444)
Benevento, portes de bronze, vantail droit, Mages devant Hérode (cliché d’après S. ANGELUCCI, S. MARINELLI, 1987, pl. 445)
Benevento, portes de bronze, vantail droit, Adoration des Mages (cliché d’après S. ANGELUCCI, S. MARINELLI, 1987, pl. 446)
Benevento, portes de bronze, vantail droit, songe des Mages (cliché d’après S. ANGELUCCI, S. MARINELLI, 1987, pl. 447)

Description : L’actuelle porte en bronze de la façade occidentale de la cathédrale de Bénévent, également appelée Janua Major , est un véritable miracle archéologique. Elle résista tout d’abord à un important tremblement de terre en 1688 à la suite duquel elle dut être restaurée une première fois à partir de 1693, sous l’initiative du Cardinale Orsini, puis en 1722. Elle subit également une opération de nettoyage après 1850. C’est cependant en 1943 qu’elle faillit disparaître lors d’un bombardement intensif. Elle fut alors entièrement disloquée, la structure en bois se volatilisa et la plupart des panneaux furent endommagés. Ces derniers purent cependant être recueillis presque intégralement et conservés un temps à la Soprintendenza per i Beni Artistici e Storici di Caserta Benevento et à la Biblioteca della Curia Arcivescovile . Les panneaux furent remontés à leur place d’origine sur l’actuelle porte de la cathédrale en 2012

Fort heureusement, de nombreuses descriptions et études consacrées à l’édifice, agrémentées de gravures du XVIIe siècle (notamment celles publiées par G. CIAMPINI 1699 et G. DE VITA, 1764), et de nombreux clichés documentaires pris en entre 1870 et 1931, donnaient une idée précise de l’état de la porte avant 1943 (pour la publication et les références de ces documents : Claudio Marinelli, 1987 et 1990, et Claudio Stephano Lanuti, 2007).

La restauration commença en 1985, sous la direction de Sergio Angelucci et Claudio Marinelli et dura près de dix ans. Elle débuta par le recueil et le nettoyage minutieux des fragments dispersés et par la collecte de la documentation historique et iconographique. Cette première phase donna lieu à une importante exposition à Bénévent (S. ANGELUCCI et C. MARINELLI, 1987) dont le catalogue référence et publie les clichés de la totalité des panneaux conservés. Elle se termina à la fin des années 1990 par l’intégration de tous les panneaux à une nouvelle porte en bronze, redonnant ainsi à la porte sa fonction et un aspect proche de l’originale (les clichés utilisés dans cette notice datent d’avant cette reconstitution).

La porte se compose de soixante-douze panneaux, disposés par huit, transversalement aux deux battants, sur neuf registres. Quarante-trois cadres sont consacrés à la vie du Christ, vingt-quatre sont des portraits d’archevêques métropolitains et d’évêques suffragants alors que quatre sont des masques de lions et de griffons (dont les deux heurtoirs). Au final, seuls quatre panneaux ont définitivement disparu : le Songe de Joseph, les Pèlerins d’Emmaüs et trois portraits d’évêques.

L’histoire des Mages occupe la totalité du registre supérieur du battant droit, répartie sur quatre panneaux, ce qui en fait l’épisode évangélique le plus développé de la porte. S’y succèdent ainsi le Voyage des Mages, leur visite au palais d’Hérode, l’Adoration et le Songe. Sur le premier, les trois rois à cheval sont répartis dans le cadre selon une composition triangulaire. Ils sont couronnés et vêtus d’amples tuniques ceintes à la taille et se distinguent par leur âge respectif. Tous trois montrent de leur main ouverte l’étoile végétale qui les précède. Le second panneau est le plus endommagé. Les trois Rois se trouvent à l’intérieur du palais d’Hérode (il subsiste en retrait une arcature) et adressent au souverain un signe d’interrogation. Hérode, quant à lui, est ouvertement déprécié en tant que figure minuscule, perchée au sommet d’un trône immense. Le roi répond d’un geste de la main à l’interrogation de ses visiteurs. Le troisième panneau est consacré à l’Adoration. Les trois Rois sont cette fois intégrés dans la salle palatiale de la Vierge, sous une vaste architecture surmontée d’un fronton triangulaire. Ils sont tous trois regroupés sur la gauche et présentent leurs offrandes dans de petits plats concaves. Le premier s’est agenouillé et lève les yeux pour admirer une Vierge à l’Enfant monumentale, trônant frontalement. Cette dernière est voilée et siège sur un haut trône. Elle adresse un geste d’accueil à ses visiteurs en maintenant l’Enfant de profil sur ses genoux. Ce dernier est muni d’un phylactère et bénit les adorateurs. Au centre de la composition brille l’étoile végétale à huit pétales. Sous le fronton plane un premier ange guide muni d’un bourdon. Il est accompagné de deux autres messagers célestes identiques, posant leur main sur le toit de l’édifice. Ces trois anges pourraient être les trois archanges bien qu’aucune inscription ne permette de le confirmer. Enfin, sur le dernier panneau, intervient la scène la plus singulière du cycle. Les trois Rois sont endormis sur un lit unique, encore vêtus et coiffés de leurs couronnes. Tous trois respectent l’iconographie du dormeur en reposant leurs mains soit sur leur hanche, soit sur leur épaule alors que le premier croise les jambes. Au-dessus, un ange en partie mutilé, leur apparaît. Si l’iconographie du Songe des Mages est ici respectée, nous remarquons que le groupe des trois Rois endormis est intégré à une enceinte crénelée surmontée de deux tours. Au premier plan de l’image, une porte close est mise en évidence.

Si le programme développé sur la porte est essentiellement christologique, son orientation est clairement mariale. En ce sens, la Vierge apparaît sur neuf panneaux. Rappelons que la cathédrale était construite « in honorem Sanctae Dei Genitricis Mariae dicata » et que sur l’architrave du portail, on pouvait lire avant 1943 : MATER FACTORIS MATER PATRIS AULA PUDORIS, AULA PUDICA DEI LOCA NOBIS DARE REQUIEI VIRGO PARENS CHRISTI PER CHRISTUM QUEM GENUISTI VOTA TUAE LAUDI SOLVENTES QUAESUMUS AUDI. De plus, le tympan surmontant la porte (aujourd’hui disparu) offrait une image de la Mater Dei. C’est dans ce programme que s’intègre le cycle étendu des Mages. En entrant dans la salle palatiale virginale, ils pénètrent dans l’Aula pudoris mentionnée par l’épigraphie du portail. En cela, ce panneau s’oppose parfaitement à celui du palais d’Hérode. Marie constitue ici une figure ecclésiale accueillant les nations en son sein. Remarquons en ce sens que le motif architecturé surmonté d’un fronton triangulaire n’apparaît que deux fois dans le récit : lors de l’Annonciation sur le premier panneau, et lors de l’Adoration. Or ce motif est répété vingt-cinq fois, au-dessus des portraits des archevêques et des évêques suffrageants. La Vierge-Mère de l’Adoration est donc à la fois une préfiguration et une image atemporelle, car évangélique, de l’Église institutionnelle, réfléchissant l’Église universelle et sa finalité céleste. Ajoutons que les Mages, après l’Adoration, sont intégrés littéralement dans l’édifice ecclésial au moment du Songe, cernés par l’Aula pudoris, prenant l’apparence d’une enceinte dont la porte est verrouillée (motif courant dans l’iconographie mariale franque). Les trois Rois, par leur adoration et leur offrande à la Vierge à l’Enfant, ont donc franchi la porte close, la Janua coeli dont la porte de la cathédrale souhaite être une préfiguration terrestre.

Le maître fondeur, auteur de la porte, reste à ce jour anonyme. Si aucune signature ne permet d’éclairer le mystère, les auteurs ayant étudié la porte avant sa restauration soupçonnait l’oeuvre de Oderision da Benevento, auteur de la porte de San Bartolomeo de Bénévent (aujourd’hui disparue) et situaient ainsi la fonte de la porte de Bénévent entre 1150 et 1151. La restauration a révélé plusieurs inscriptions conduisant à abaisser cette datation. La première mentionne Arrigo, archevêque de Bénévent entre 1157 et 1170 : HENROCUS BENEVENTANUS ARCHIEPISCOPUS. Ce dernier serait ainsi le commanditaire d’une première fonte de la porte, dans laquelle s’intégraient sans doute les panneaux consacrés aux Mages. La seconde campagne, dont la porte actuelle est le résultat, serait intervenue sous l’archevêque Rogerio (Roger Sanseverino, 1179-1221), mentionné par l’inscription de l’architrave du portail de droite : HAEC STUDIO SCULPSIT ROGGERIUS ET BENE IUNXIT MARMORA QUAE PORTIS TRIBUS CERNUNTUR IN ISTIS ET QUAE PER PURUM SPECTANTUR LUCIDA MURUM. Ce dernier aurait ainsi remployé les panneaux de son prédécesseur en amplifiant sensiblement le programme.

Remarque : lors de la restauration de 1987, une inscription est apparue sur le panneau de l’Adoration des Mages mais reste indéchiffrable.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ANGELUCCI Sergio, « Il restauro della porta di Benevento : problemi di forma e di tecnica per la ricomposizione delle formelle frammentate », dans La porta di Bonanno nel Duomo di Pisa e le porte bronzee medioevali europee : arte e tecnologia, O. Banti (Dir.), Atti del Convegno internazionale di studi, Pisa 6-8 maggio 1993, P ontedera (Pisa), Bandecchi e Vivaldi, coll. « Opera della Primaziale Pisana: Quaderno, 11 », 1999, p. 185-190.
  • ANGELUCCI Sergio, MARINELLI Claudio (Dirs.), Janua Major : la porta di bronzo del Duomo di Benevento e il problema del suo restauro, mostra Benevento, Palazzo Arcivescovile, 13 dic. 1987-28 feb. 1988, Benevento, Commune di Benevento, arcivescovile di Benevento, Sopridenza per I B.A.A.A.S. di Caserta e Benevento, 1987.
  • ANGELUCCI Sergio, MARINELLI Claudio, « Il Piano iconologico della porta e la sua committenza », dans Janua Major : la porta di bronzo del Duomo di Benevento e il problema del suo restauro, S. Angelucci , C. Marinelli (Dirs.), mostra Benevento, Palazzo Arcivescovile, 13 dic. 1987-28 feb. 1988, Benevento, Commune di Benevento, arcivescovile di Benevento, Sopridenza per I B.A.A.A.S. di Caserta e Benevento, 1987, p. 26-36.
  • ANGELUCCI Sergio, MARINELLI Claudio, « Janua Major. La porta di bronzo del duomo di Benevento ed il problema del suo restauro », dans Le porte di bronzo dall’Antichità al secolo XIII, S. Salomi (Dir.), Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, coll . « Acta encyclopaedica, 15 »,1990 (rééd, Roma, 1992), vol. 1, p. 447-476, vol. 2, pl. 431-468.
  • BASILE Salvatore, « Restauri orsiniani ed altri restauri alla porta di bronzo del duomo di Benevento », Samnium, 61 (1), 1988, p. 71-118.
  • CIAMPINI Giovanni Giusto, Vetera Monimenta, Roma, Komarek, Bernabo, 1699 , vol. 2, p. 24-38.
  • DE VITA Giovanni, Thesaurus Alter Antiquitatum Beneventanarum Medii Aevi, Romae, Typogr. Palladis, excudebat, M. Palearini, 1764.
  • DELLA PERGOLA Paola, « La porta di bronzo del duomo di Benevento », L’Arte, 40 (8), 1937, p. 90-109.
  • FORREST KELLY Thomas (Dir.), La cathédrale de Bénévent, Paris, Flammarion, coll. « Esthétiques et rituels des cathédrales d’Europe », 1999.
  • GIORDANO Giovanni, « Il restauro orsiniano della porta beneventana », dans Janua Major : la porta di bronzo del Duomo di Benevento e il problema del suo restauro, S. Angelucci , C. Marinelli (Dirs.), mostra Benevento, Palazzo Arcivescovile, 13 dic. 1987-28 feb. 1988, Benevento, Commune di Benevento, arcivescovile di Benevento, Sopridenza per I B.A.A.A.S. di Caserta e Benevento, 1987 , 49-53.
  • GRASSI Ferdinando, I frammenti della porta di bronzo beneventana, Pompei, Tip. Pompei, 1977.
  • IACOBINI Antonio « “Janua Major” : la porta di bronzo del duomo di Benevento e il problema del suo restauro », Arte medievale, s. 2, 3 (1), 1989, p. 151-153.
  • JURASCHEK Franz, « “Janua Vitae”, das Titelblatt einer frühen Augustinus-Handschrift », Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, 12, 1958, p. 61-70.
  • LUNATI Stefano, « La porta bronzea del Duomo di Benevento : questioni di restauro e di attribuzione », dans La statua e la sua pelle : artifici tecnici nella scultura dipinta tra Rinascimento e Barocco, vol. 2, Riconoscere un patrimonio, R. Casciaro (Dir.), Gallatina, Mario Congedo Editore, 2007, 23-43.
  • LEISINGER Hermann, Bronzi romanici. Porte di chiese nell’Europa medioevale, Milano, Silvana 1956.
  • MARINELLI Claudio, « Janua Major : Storiografia, problemi stilistici, fonti iconografiche », dans Janua Major : la porta di bronzo del Duomo di Benevento e il problema del suo restauro, S. Angelucci , C. Marinelli (Dirs.), mostra Benevento, Palazzo Arcivescovile, 13 dic. 1987-28 feb. 1988, Benevento, Commune di Benevento, arcivescovile di Benevento, Sopridenza per I B.A.A.A.S. di Caserta e Benevento, 1987, p. 39-47. Mende Ursula, Die Bronzetüren des Mittelalters : 800-1200 , München, Hirmer, 1994 (1ère éd. München, 1983), p. 111-120, pl. 208-226.
  • MEOMARTINI Almerico, I monumenti e le opera d’arte nell città di Benevento, Benevento, 1889 (rééd. Benevento, 1979), part. p. 434-445.
  • PACE Valentino, « Da Amalfi a Benevento : porte di bronzo figurate dell’Italia meridionale medievale », Rassegna del Centro di Cultura e Storia Amalfitana , vol. 13 (25), 2003 p. 41-69.
  • WAGNER Anni, « Ein Höhepunkt süditalienischer Erzgießerkunst : die Türen von Benevent », Die Kunst und das schöne Heim, 96, 1984, p. 586-592.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 avril 2022). Benevento, cathédrale. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglt


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search