Yermo, église Santa María

Yermo (Cantabria, Cartes)

Édifice : église Santa María


Yermo, Santa Maria (plan d’après F. BORJA FERRER STUYCK, dans EDR Cantabria, vol 2, p. 858)
  • Médium : Sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : arc triomphal, chapiteau sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Voyages des Mages ?
  • Contexte de l’édifice : monastère dépendant de l’évêque d’Oviedo.
  • Datation : dernière décennie du XIIe s. (attribué au maître du cloître de Santillana).
  • Intégration dans le programme iconographique : chapiteaux de l’arc triomphal , chapiteau sud : Adoration des Mages et Présentation au Temple ; chapiteau nord : Majestas domini.
  • identifiant Wikidata : Q6447049
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000345

Description : L’église Santa María de Yermo est un édifice modeste à nef unique et abside simple. L’ensemble est en très bon état de conservation malgré quelques modifications modernes dans la décoration extérieure et l’agrandissement de la sacristie.

La décoration sculptée à l’intérieur de l’édifice est très sommaire et se limite essentiellement aux chapiteaux de l’arc triomphal, ceux de l’arc doubleau de la conque et ceux de la porte de la sacristie. Le chapiteau de l’Épiphanie se trouve à la retombée sud de l’arc triomphal (Figure 289).

Sur la face frontale de ce dernier (face nord), la Vierge, hiératique, tient sur ses genoux l’Enfant. Sur la face occidentale (donnant sur la nef), les trois Rois mages, absolument identiques, chevauchent en direction du groupe marial, tenant dans leurs mains de volumineuses offrandes sphériques. Enfin, entre la Vierge et les Mages se tient une figure en pied. Ce personnage, masculin est souvent identifié comme étant Joseph, mais il paraît préférable d’y voir un mage en adoration, d’autant qu’il semble tenir une offrande. L’épisode serait ainsi scindé en deux : la chevauchée d’une part et un mage unique d’autre part, en adoration pour tous les autres. Sur la face orientale du chapiteau (donnant sur l’abside), une figure masculine difficilement identifiable tend les mains vers l’Enfant. L’autel apparaissant derrière lui, sur lequel est posée une coupe sous une petite arcade, demanderait de reconnaître ici une version adaptée de la Présentation au Temple.

Sur le chapiteau de la retombée sud, une Majestas Domini (Figure 290) est placée en regard de l’Épiphanie des Mages. Le Christ dans sa mandorle encadré du tétramorphe y est accompagné de nombreuses figures en buste pouvant se rapporter au Collège apostolique. L’Épiphanie des Mages communique ainsi intimement avec l’Épiphanie deutéroparousiaque du Christ.

Remarquons pour finir l’orientation clairement eucharistique de l’ Adoration des Mages , dont l’image est placée au seuil de l’abside et donc, devant l’autel. La procession des Mages s’oriente littéralement vers la table sacrificielle que préfigure Syméon (sur la face orientale) s’apprêtant à se saisir de l’Enfant pour le sacrifier sur l’autel du Temple, traité sur ce chapiteau comme l’autel d’une église prêt à recevoir le sacrifice eucharistique.

Remarque : Un relief remployé sur le mur sud, au-dessus du portail, montre une Vierge à l’Enfant surmontée de l’étoile (Figure 291). Elle pourrait être interprétée comme une Vierge de l’Épiphanie privée des Mages qui éventuellement l’accompagnaient originellement.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AMADOR DE LOS RÍOS Rodrigo, Santander , Barcelona, Arte y letras, coll. « España, sus monumentos y artes, su naturaleza é historia », 1891, p. 843-848.
  • FONTANILLA P., « Informe sobre la inclusión en el catálogo de la riqueza monumental y artística de la iglesia de Santa María de Yermo, en el término municipal de Cartes (Santander) », Boletín de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, 94, 1930, p. 62-65.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, « El arte románico », dans Historia de Cantabria : prehistoria, edades antigua y media, M. A. García Guinea (Dir.), Santander, Ediciones de Librería Estudio, 1985, p. 465-467.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, « Iglesia Santa María », dans EDR en Cantabria : Cantabria, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2007, vol. 2, p. 853-878.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, El Románico en Santander, Santander, Ediciones de Libreria Estudio, 1979, vol. 1, p. 382-411.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, Románico en Cantabria, Santander, Ediciones de Libreria Estudio, 1996, p. 243-254.
  • HERBOSA Vicente, El románico en Cantabria, León, Lancia, 2002, p. 22-24.
  • LASAGA Y LARRETA Gregorio, Monografía de Santa María de Yermo ó un libro montañes, Santander, L. Blanchard, 1894.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 avril 2022). Yermo, église Santa María. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglo


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search