Tudela cathédrale Santa María la Blanca

Tudela (Navarra, Tudela)

Édifice : église collégiale Santa María la Blanca ( actuelle cathédrale)


Tudela, cathédrale Santa María la Blanca (plan Institucion Principe de Viana, dans EDR, Navarra, vol. 3, 2008, p. 1357).
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître, galerie nord, premier chapiteau de la travée occidentale.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église canonique sous la règle de saint Augustin.
  • Datation : dernier quart du XIIe s.-1200 (attribué à l’atelier ayant travaillé à la façade de San Nicolás de Tudela).
  • Intégration dans le programme iconographique : galerie nord , pile nord-ouest : Annonciation , Nativité , Songe de Joseph (?), paons ; chapiteau 1 : Annonce aux Bergers , Hérode et ses scribes (?), Adoration des Mages , chapiteau 2 : Présentation au Temple , feuillages, Massacre des Innocents ? (disparu) ; chapiteau 3 : détruit ; chapiteau 4 : Noces de Cana ; chapiteau 5 : Baptême du Christ , Jean-Baptiste ; chapiteau 6 : détruit ; chapiteau 7 : Résurrection de Lazare ; chapiteau 8 : Entrée à Jérusalem ; galerie orientale : cycle de la Passion et de la Résurrection ; galerie méridionale : Dormition de la Vierge et Assomption , protomartyrs, galerie occidentale : chimères, musiciens, acrobates, et vie de saint Martin.
  • identifiant Wikidata : Q2942843
  • identifiant Bien de Interés Cultural (BIC) : RI-51-0000044

Tudela, cathédrale Santa María la Blanca, cloître, galerie nord, chapiteau de l’Adoration des Mages (cliché M. MELERO MONEO, EDR, Navarra, vol. 3, 2008, p. 1373)

Description : L’église Santa María de Tudela actuelle est tardive et habituellement qualifiée de tardo-romane. Elle est venue remplacer un édifice antérieur construit entre 1125-1135, consacré en 1149. Les documents conservés indiquent une date de construction du cloître, adossé au mur sud de l’église, entre 1183 et 1186 et des travaux se poursuivant jusqu’à une date avancée du XIII e siècle (notamment pour le clocher) et l’on sait que l’autel majeur fut consacré en 1204.

Les chapiteaux de la galerie nord du cloître sont majoritairement consacrés à l’Enfance du Christ et en partie à la vie publique. Le chapiteau de l’Épiphanie est le premier de la travée occidentale de cette galerie et succède aux premières scènes de l’Enfance ornant la pile nord-ouest ( Annonciation , Nativité, Songe de Joseph ). Les Mages se partagent l’espace de la corbeille avec l’Annonce aux Bergers. Sur la face sud, deux bergers se tiennent debout, leur troupeau réuni à leurs pieds. Un ange leur apparaît sur l’arête du chapiteau.

Dans la partie droite, l’épisode est plus difficilement identifiable en raison des mutilations. Un personnage trônant de profil sous un dais végétal accueille deux autres figures. La première est à genoux, ses guêtres sont plissées sur ses chevilles et il semble joindre ses mains à celles du souverain. La seconde, tête nue, apparaît en retrait. On peut sans doute identifier ici Hérode devant ses scribes ou face à ses écuyers.

L’ adoration des Mages s’étend sur le reste de la corbeille. Le premier mage, sur la face nord, s’agenouille devant la Vierge à l’Enfant alors que le second montre l’étoile en se retournant vers le troisième qui lui désigne son offrande. La Vierge à l’Enfant est voilée et couronnée et trône frontalement sur l’angle du chapiteau. Elle est inscrite sous une double arcature au sommet de laquelle brille l’étoile végétale. Derrière le trône de Marie se tient un ange à l’encensoir.

Sur les chapiteaux suivants de la galerie se succèdent la Présentation au Temple , les Noces de Cana, la Résurrection de Lazare et, pour finir, l’ Entrée à Jérusalem . Sur la pile d’angle nord-est apparaissent le Lavement des Pieds, La Cène et le Paiement de Juda. S’en suit un cycle complet de la Passion et de la Résurrection dans la galerie orientale, une partie des actes des apôtres (dont l’apparition au Cénacle et la Pentecôte), la Dormition de la Vierge, l’ Assomption et les martyrs des premiers saints chrétiens dans la galerie sud. La galerie occidentale, pour finir, présente de nombreuses chimères, des acrobates, des musiciens et quelques scènes hagiographiques de la vie de saint Martin.

L’atelier à l’origine de ces sculptures est souvent rapproché de ceux ayant œuvré sur le portail de la Gloire de Saint-Jacques-de-Compostelle et sur celui de Saint Nicolas de Tudela.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BIURRUN Y SOTIL Tomás, El arte románico en Navarra o las órdenes monacales, sistemas constructivos y monumentos cluniacenses, sanjuanistas, agustinianos, cistercienses y templarios, Pamplona, Editorial Aramburu, 1936, p. 464-559.
  • CROZET René, « Recherche sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon. II. Les chapiteaux du cloître de Tudela (Navarre), CCM., 2, 1959, p. 333-339.
  • CROZET René, « Recherche sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon. II. Nouvelles remarques sur les chapiteaux du cloître de Tudela (Navarre) », CCM., 3, 1960, p. 119-121.
  • CROZET René, « Recherche sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon. III. La décoration sculptée de la collégiale de Tudela (Navarre), CCM, 3, 1960, p. 121-125.
  • EGRY Anne, « La escultura del claustro de la catedral de Tudela », Principe de Viana, 20, 1959, p. 63-108.
  • FERNÁNDEZ-LADREDA Clara (Dir.), El arte románico en Navarra , Pamplona , Gobierno de Navarra, coll. « Serie Arte, 37 », 2002, (rééd. Pamplona, 2004) , p. 223-227.
  • GARCÍA GAINZA Maria Concepción (Dir.), Catálogo Monumental de Navarra, vol. 2, Pamplona, Príncipe de Viana, 1983, p. 238-242, 249-251.
  • GINÉS SABRÁS Maria Antonia, « Los programas hagiográficos en la escultura monumental románica en Navarra », Principe de Viana , 48, 1987, p. 7-40.
  • JOVER HERNANDO Mercedes, « Los ciclos de Pasión en la escultura monumental románica monumental de Navarra », Principe de Viana, 59, 1988, p. 7-49.
  • MELERO MONEO María Luisa, « Escultura monumental de la catedral de Tudela. Portadas y claustro », dans La Catedral de Tudela, Pamplona, Institución Príncipe de Viana, 2006, p. 190-223.
  • MELERO MONEO María Luisa, « La catedral de Tudela », dans El Arte en Navarra, M. C. García Gainza (Dir .), Pamplona, Diario de Navarra, 1994 , vol. 1 , p . 97-112.
  • MELERO MONEO María Luisa, « Problemas de la escultura navarra en el románico tardio : el claustro de la colegiata de Tudela y el maestro de San Nicolás. Puntulizaciones sobre su filiación », dans Alfonso VIII y su época , Curso de Cultura Medieval, Aguilar de Campoo, 1-6 Oct. 1990, Aguilar de Campoo, Centro de Estudios del Románico, 1992, p. 111-138.
  • MELERO MONEO María Luisa, « Recintos claustrales para monjes y canónigos », dans Claustros románicos hispanos, J. Yarza Luaces, G. Boto Varela (Dirs.), León, Edilesa, 2003, p. 220-245.
  • MELERO MONEO María Luisa, Escultura románica y del primer gótico de Tudela : Segunda mitad del siglo XII y primer cuarto del XIII, Tudela, Centro Cultural Castel Ruiz, 1997, p. 51-110.
  • MELERO MONEO María Luisa, La catedral de Tudela en la Edad Media , vol. 1, Arquitectura y escultura románica : siglos XII al XV, Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona, Servei de Publicacions, 2008.
  • MELERO MONEO Marisa, « Iglesia Santa María (Tudela) », dans EDR Navarra, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2008, vol. 3, p. 1355-1377.
  • PATTON Pamela, « The Cloister as Cultural Mirror : Anti-Jewish Imagery at Santa María la Mayor in Tudela » , dans Der mittelalterliche Kreuzgang : Architektur, Funktion and Programm, P. K. Klein (Éd.) , Actes du colloque international Der mittelalterliche Kreuzgang , 11-13 juin 1999, Tübingen , Regensburg, Schnell-Steiner, 2004, p. 217-232.
  • PATTON Pamela, Pictorial Narrative in the Romanesque Cloister : Cloister and Religious Life in Medieval Spain, New York, Peter Lang, coll. « Hermeneutics of art, 12 », 2004, p. 317-332.
  • QUINTANA DE UÑA Maria. José, « Los ciclos de Infancia en la escultura monumental románica en Navarra », Principe de Viana, 48 , 1987, p . 269-297.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (19 avril 2022). Tudela cathédrale Santa María la Blanca. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglj


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search