Londres, Victoria and Albert Museum

Londres (Musée, Occitanie)

Édifice : Musée, Victoria and Albert Museum ( n° d’inv. A.58-1935)


  • Édifice d’origine : Lombez (Gers), cloître de l’abbatiale Sainte-Marie (détruit en 1820).
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbaye bénédictine.
  • Datation : 1140-1160.
  • identifiant Wikidata de l’édifice actuel : Q213322
  • identifiant Wikidata de l’édifice d’origine : Q20105822
  • n° d’inv. A.58-1935 : A.58-1935

Description : Ce chapiteau des Mages est l’un des rares témoins sculptés du cloître disparu de l’abbaye Sainte-Marie de Lombez, détruit en même temps que les derniers vestiges de l’abbaye en 1820. Le chapiteau respecte rigoureusement la composition de celui provenant du cloître de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse, aujourd’hui conservé au Musée des Augustins. Sculpté sur ses quatre faces, il décrit le Voyage des Mages sur trois d’entre elles et l’Adoration sur la quatrième. Chacune des trois premières faces accueille un roi mage à cheval, élégamment sculpté dans une vigoureuse chevauchée à travers un réseau très dense de rinceaux végétaux. Sur la quatrième face, plus sereine, les trois Rois mages portent leurs offrandes dans leurs mains voilées (le premier s’agenouille). Face à eux, la Vierge est enchâssée sous un dais architecturé au sommet duquel court un motif crénelé. Comme sur l’exemple de Toulouse, Marie foule au pied une bête monstrueuse, symbole de sa victoire sur le mal en référence à Gn 3, 15 et au Psaume 90 (91). Concernant l’étoile, une place lui a été aménagée au centre d’un disque placé au sommet du rinceau végétal étendu en surplomb de la composition (sur le chapiteau des Augustins, c’est le sceptre de la Vierge qui tient ce rôle). Comme à Toulouse, l’orientation sotériologique de la scène est évidente, mais d’un symbolisme moins poussé : après avoir souffert d’un voyage à travers l’intrication végétale dense des trois premières faces du chapiteau, les trois Rois cheminent vers la porte de la Jérusalem céleste qu’incarne la Vierge à l’Enfant victorieuse. La rupture nette de traitement de la surface entre l’agitation du voyage et la sérénité de l’adoration témoigne de la dimension salvatrice de l’histoire des Mages.

Remarque : L’abbaye bénédictine de Lombez (Gers) était depuis 1125 sous l’autorité directe de l’épiscopat de Toulouse et du chapitre de Saint-Étienne. Le chapiteau de Londres étant plus tardif, on peut le considérer comme fortement inspiré de celui de Toulouse.

Londres, Victoria and Albert Museum, chapiteau de l’ancien cloître de l’église Sainte-Marie de Lombez, Adoration des Mages
(crédit Victorai and Albert Museum)
Londres, Victoria and Albert Museum, chapiteau de l’ancien cloître de l’église Sainte-Marie de Lombez Voyage des Mages
(crédit Victorai and Albert Museum)
Londres, Victoria and Albert Museum, chapiteau de l’ancien cloître de l’église Sainte-Marie de Lombez Voyage des Mages
(crédit Victorai and Albert Museum)
Londres, Victoria and Albert Museum, chapiteau de l’ancien cloître de l’église Sainte-Marie de Lombez Voyage des Mages
(crédit Victorai and Albert Museum)

Localisation de l’édifice actuel

Voir en plein écran

Localisation de l’édifice d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CAHN Walter (Éd.), Romanesque Sculpture in American Collections II : New York and New Jersey, Middle and South Atlantic States, the Midwest, Western and Pacific States , Turnhout, Brepols, coll. « Publications of the International Center of Medieval Art, 3 », 1999, p. 53-54.
  • MARBOUTIN (chanoine) , « Lombez », Caf : Toulouse, 1929 (1930), 92, p . 200-216.
  • MESPLÉ Paul, « Chapiteaux du cloître de Lombez au Musée des Augustins de Toulouse et au Victoria and Albert Museum de Londres », La Revue des Arts, 8, 1958, p. 177-184.
  • MESPLÉ Paul, Musée des Augustin, les sculptures romanes, Paris, Éditions des Musées Nationaux, coll. « Inventaire des collections publiques françaises, 5 », 1961, cat. n°. 256.
  • WILLIAMSON Paul, A Catalogue of Romanesque Sculpture, London, Victoria and Albert Muséum, 1983, p. 24-25.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Londres, Victoria and Albert Museum. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogi5


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search