San Juan de la Peña, monastère

San Juan de la Peña (Aragón, Huesca)

Édifice : monastère


San Juan de la Peña, cloître (plan CESCM)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître, galerie nord.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Adoration des Mages (endommagé), Songes des Mages (endommagé) , Voyage des Mages (endommagé).
  • Contexte de l’édifice : monastère bénédictin clunisien.
  • Datation : dernier quart du XIIe siècle (1180-1195 ?), attribué au Maître de la Peña.
  • Intégration dans le programme iconographique : (La numération des chapiteaux se fait ici de 1 à 25 en partant de l’angle nord-est jusqu’au milieu de la galerie sud), galerie nord : Paradis terrestre et Création d’Adam (chapiteau 1) ; Châtiment divin , Sacrifice d’Abel et de Caïn (chapiteau 2) ; Annonciation , Visitation , Nativité , Annonce aux Bergers (chapiteau 3) ; Songe de Joseph , Fuite en Égypte , ville fortifiée (chapiteau 4) ; Mages devant Hérode , Scribes consultant la prophétie, Meurtre d’Abel ? (chapiteau 5) ; porte fortifiée et personnages porteurs de palmettes (chapiteau 6) ; Adoration des Mages ? ou retour des Mages ? et Songe des Mages (chapiteau 7) ; Voyage des Mages (chapiteau 8) ; chapiteau nu moderne (chapiteau 9) ; Tentations du Christ (chapiteau10) ; Pêche miraculeuse ?, Vocation des apôtres ? (chapiteau 11) ; galerie ouest : Noces de Cana (chapiteau 12) ; Marthe et Marie devant le Christ ? Marthe et Marie annonçant la maladie de Lazare ? (chapiteau 13) ; Résurrection de Lazare (chapiteau 14) ; Entrée à Jérusalem (chapiteau 15) ; La Cène et Lavement des Pieds (chapiteau 16) ; personnages en conversation (chapiteau 17) ; personnages porteurs de livres (chapiteau 18) ; galerie sud : Christ en gloire (chapiteau 19) ; chapiteau détruit (chapiteau 20) ; griffons (chapiteau 21) ; chapiteau détruit (chapiteau 22) ; personnages et un cheval (chapiteau 23) ; rinceaux habités d’oiseaux (chapiteau 24) ; lions (chapiteau 25).
  • identifiant Wikidata : Q1389060
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000058

San Juan de la Peña, monastère, vue du cloître
(SchiDD, 2008, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
San Juan de la Peña, monastère, vue de la galerie nord
(SchiDD, 2008 CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le monastère de San Juan de la Peña fut fondé au XI e siècle autour des reliques de l’ermite Juan de Atarès. Il acquiert une renommée particulière sous l’impulsion du roi d’Aragón Sancho Ramírez (1062-1094) qui le confie en 1071 à Aquilino, moine clunisien, pour créer un partenariat entre la politique ecclésiastique du souverain et celle de Cluny. Le monastère devient ainsi un point d’ancrage à la colonisation clunisienne en Aragòn. Il devient également une importante nécropole où le corps de Ramiro Ier est déposé. Le monastère gagne également en puissance au cours des XI e et XII e siècles par l’obtention de nombreux privilèges de la part du Saint-Siège.

Le cloître est adossé au mur sud de l’église édifiée au IX e siècle mais sa chronologie reste complexe. Un premier cloître existait au début du XII e siècle mais seule la galerie sud témoigne de cette campagne antérieure ainsi que quelques chapiteaux remployés comme matériaux de blocage dans l’église. Les galeries du cloître ont été entièrement remaniées dans la seconde moitié du XII e siècle par l’ajout d’une vingtaine de chapiteaux attribués au Maître de San Juan de la Peña et son atelier.

La vision que nous pouvons avoir aujourd’hui du cloître est lacunaire : la galerie orientale a presque entièrement disparu, ainsi qu’une partie de la galerie méridionale. De plus, plusieurs campagnes de restauration au XIX e et au XX e siècle sont venues bouleverser l’ordre des colonnes et de leurs chapiteaux. Malgré de nombreuses tentatives de reconstitution du programme originel (P. Patton , 1994, 1999, 2004 et M. Melero , 2000) il est difficile d’en avoir une vision certaine.

La galerie nord développe un programme basé sur l’idée de rédemption. Il débute par plusieurs scènes de la Genèse (notamment la Chute et le Meurtre d’Abel ) et se poursuit par l’Enfance et le Ministère du Christ. C’est là que s’insère le cycle des Mages, réparti sur trois chapiteaux de l’histoire de l’Enfance.

Le premier chapiteau (n° 5) est amputé de son abaque originel, remplacé par une restauration moderne mais les quatre faces de la corbeille restent bien conservées. Les trois Rois mages, coiffés de diadèmes se présentent devant Hérode (face ouest). Deux d’entre eux sont barbus alors que le dernier est imberbe. Le premier questionne Hérode en pointant vers lui son index et en posant sa main sur l’épaule du souverain (ce dernier geste est inhabituel). Le second tient un livre dans sa main voilée de son manteau, sans doute en référence à la prophétie de Balaam qu’ils ont suivie jusqu’à Jérusalem. Ce détail se retrouve particulièrement en France, dans des édifices bourguignons proches de la spiritualité bénédictine : Vézelay, Neuilly en Donjon, Chassenard. Enfin, le troisième mage pose la main sur l’épaule de son compagnon. Il est surprenant de voir ici les deux derniers mages présenter la paume de leur main grande ouverte en signe de réception du message qui leur est donné. Hérode trône sur l’arête du chapiteau, suivi de soldats brandissant leurs glaives. Sur la face est, deux scribes déroulent un grand phylactère pour y chercher la prophétie de Michée. Sur la face nord enfin, un personnage abat une pioche sur la tête d’une figure allongée sur le sol. Cette scène a parfois été interprétée comme le Massacre des Innocents mais son iconographie se rapporte plus certainement au Meurtre d’Abel par Caïn.

chapiteau d’Hérode : Mages devant Hérode
(FRANCIS RAHER, 2007, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons)
chapiteau d’Hérode : Scribes d’Hérode
(Tramullas, 2012, CC BY-SA 3.0 ES, via Wikimedia Commons)

Le chapiteau n° 7 est très endommagé. Son abaque a disparu ainsi qu’une grande partie de la corbeille. L’Adoration des Mages occupait la face orientale mais il n’en reste que deux mages, debout, tenant leurs offrandes. Derrière eux, deux palmettes recourbées ponctuent leur chemin. Le Songe des Mages occupait la face ouest mais il n’en reste que la silhouette de l’ange sortant des nuées et celle d’un mage allongé et couvert d’un drap. La face sud est, quant à elle, ornée de feuillages.

San Juan de la Peña, monastère, cloître, galerie nord, Adoration des Mages ? retour de Mage ?
(Tramullas, 2012, CC BY-SA 3.0 ES, via Wikimedia Commons)

Le dernier chapiteau (n° 8), malgré ses importantes mutilations, est encore lisible. Il s’agit du Voyage des Mages. Les trois Rois à cheval se répartissent sur trois faces du chapiteau (la face sud a disparu), sur fond de volutes végétales très denses. Le premier étend la main pour désigner l’étoile (disparue). Le chapiteau conserve en partie son abaque, composé de rinceaux végétaux plaqués sur un support moderne.

San Juan de la Peña, monastère, cloître, galerie nord, Voyage des Mages
(FRANCIS RAHER, 2007, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons)

Ces trois chapiteaux sont attribués avec certitude à une même main, celle du Maître de San Juan de la Peña, dont l’activité a été délimitée dans le dernier tiers du XII e siècle. D’après les dernières études (P. Patton , 2004), l’intervention du sculpteur dans le cloître de San Juan serait à envisager entre 1180 et 1195.


BIBLIOGRAPHIE

  • CANELLAS-LOPEZ Angel, SAN VICENTE Ángel, Rutas románicas en Aragón, Madrid, Encuento, 1996, p. 130-144.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragon roman, trad. G. Schecher, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps, 35 », 1971, p. 49-79.
  • COBREROS AGUIRRE Jaime, Itinerarios románicos por el Alto Aragón. El símbolo como expresión de lo sagrado, Madrid, Ediciones Encuentro 1989, p. 83-86.
  • CROZET René, « Recherches sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon, VII : sur les traces d’un sculpteur », CCM, 11, 1968, p. 41-57.
  • ENRÍQUEZ DE SALAMANCA Cayetano, Rutas del románico en la provincia de Huesca, Madrid, Las Rozas, 1987, p. 39-42.
  • GARCÍA GUATAS Manuel, El arte románico en el Alto Aragón, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1997, (rééd. Huesca, 2006), p. 26-29.
  • GARCÍA LLORET José Luis, La escultura románica del Maestro de San Juan de la Peña, Tesis doctoral , Zaragoza, Institución “Fernando el Católico” (CSIC), 2005.
  • LACARRA DUCAY Carmen, GARCIA LLORET José Luis, « Arte en el Monasterio Medieval de Juan de la Peña », dans San Juan de la Peña (Suma de estudios), A. I. Lapeña Paú (Dir.) , Saragosse, Mira, coll. « Suma de estudios, 1 », 2000 , p. 64-89.
  • LACOSTE Jacques, « Le Maître de San Juan de la Peña (XIIe siècle) », CSMC, 10, 1979, p. 175-189.
  • LAPEÑA PAÚL Ana Isabel, « Dos monasterios benedictinos en el Aragón Medieval San Juan de la Peña y Santa Cruz de la Serós », dans Monasterios aragoneses, M. C. Lacarra Ducay (Dir.), curso organizado por la Cátedra de la Institución “Fernando el Católico”, 24 de febrero al 27 de 1997, Zaragoza, Institución “Fernando el Católico”, 1999, p. 25-52.
  • MELERO MONEO Marisa, « Aspectos iconográficos del Claustro de San Juan de la Peña: Reconstrucción del programa de Caída y Redención », dans La cabecera de la catedral calceatense y el tardo-románico hispano, Actas del simposio en Santo Domingo de la Calzada, 29-31 de enero de 1998, Santo Domingo de la Calzada, Cabildo de la S.M.I., Catedral de Santo Domingo de la Calzada, 2000, p. 283-311.
  • MELERO MONEO Marisa, « El llamado “taller de San Juan de la Pena” : problemas planteados y nuevas teorias », Locus-amoenus, 1995 (1), p. 47-60.
  • PATTON Pamela Anne, « Capitals of San Juan de la Peña : Narrative Sequence and Monastic Spirituality in the Romanesque Cloister », Studies in Iconography, 20, 1999, p. 51-100.
  • PATTON Pamela Anne, « Typology of Birth and Baptism in an Unusual Spanish Image of Jesus Baptized in a Font», Gesta, 33, 1994, p. 79-89.
  • PATTON Pamela Anne, Cloister of San Juan de la Peña and Monumental Sculpture in Aragon and Navarre, 1994, Ph.D., Boston University, Michigan, Ann Arbor, UMI, 1994.
  • PATTON Pamela Anne, Pictorial Narrative in the Romanesque Cloister : Cloister Imagery and Religious Life in Medieval Spain, New York, Peter Lang, coll. « Hermeneutics of art, 12 », 2004, p. 28-70.
  • SERRANO-FATIGATI Enrique, « Esculturarománica en España. Antecedentes para su estudio », Boletín de la Sociedad española de excursiones, 8, 1900, p. 256-257.
  • SORO LÓPEZ Joaquín A., « Consecuencias de la desamortización en los monasterios aragoneses destrucción y restauración », dans Monasterios aragoneses, M. C. Lacarra Ducay (Dir.), curso organizado por la Cátedra de la Institución “Fernando el Católico”, 24 de febrero al 27 de 1997, Zaragoza, Institución “Fernando el Católico”, 1999, p. 111-124.
  • TAJERA L. de la, « Monasterio de San Juan de la Peña », Boletín de la Sociedad española de excursiones, 37, 1929, p. 179-198.
  • TAJERA, L. de la, « Monasterio de San Juan de la Peña », Boletín de la Sociedad española de excursiones, 38, 1930, p. 204-215.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (4 janvier 2022). San Juan de la Peña, monastère. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogl9


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search