Piasca, église Santa Maria

Piasca (Cantabria, Cabezón de Liébana)

Édifice : église Santa María


Piasca, église Santa María (plan d’après J. R. FUENTE-LOPEZ, dans EDR Cantabria, 2007, vol. 2, p. 570)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : mur nord du chœur, double arcature, chapiteau central.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : 3ème tiers du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : chœur , double arcature latérales, mur nord : chapiteau corinthien, Adoration des Mages , rinceaux habités ; mur sud : chapiteaux végétaux et zoomorphes.
  • identifiant Wikidata : Q5399718
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000347

Piasca, église Santa Maria, chapiteau du choeur, face sud, Adoration des Mages
(Lourdes Cardenal, 2008, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le chapiteau de l’Épiphanie de l’église Santa María de Piasca coiffe les colonnes jumelées centrales de la double arcature trilobée du mur nord du chœur. Les deux autres chapiteaux de la même arcature sont ornés de palmettes corinthiennes (chapiteau occidental) et de rinceaux habités (chapiteau oriental). La double arcature placée sur le mur sud est elle aussi décorée de motifs végétaux et zoomorphiques. Le chapiteau de l’Épiphanie est donc la seule sculpture historiée du chœur. Sur sa face frontale (sud) apparaît une Adoration des Mages classique : la Vierge à l’Enfant trône au centre de la composition et présente l’Enfant couronné à ses visiteurs, Joseph est assis en retrait, appuyé sur sa canne. Le premier mage vient s’agenouiller devant le Christ en portant son offrande dans ses mains voilées. Au registre supérieur s’étend un horizon urbain au centre duquel brille l’étoile végétale. Sur la face latérale de droite (orientale), les deux autres mages cheminent vers le groupe marial alors qu’en retrait, les têtes des trois chevaux sont inscrites sous une arcade. Sur la face latérale gauche (occidentale) intervient une scène bien mystérieuse composée d’un ange élevant un pan de son manteau et d’un clerc portant un crucifix. Ce dernier ustensile liturgique indiquerait une procession alors que le personnage ailé pourrait se rapporter à l’ange du Songe des Mages , mais le chapiteau semble tronqué à cet endroit. Quoi qu’il en soit, ces deux personnages se placent dans la continuité de la dynamique processionnelle est-ouest engagée par le groupe de Mages.

Rappelons que le chapiteau de l’Épiphanie est placé juste à droite de la porte de la sacristie, ouverture que surplombe la double arcature nord. Il est donc envisageable de considérer la dynamique de sa composition comme une ponctuation à un sens de circulation réel, allant du chœur vers la sacristie.

Piasca, église Santa Maria, chapiteau du choeur, face ouest, scène indéfinie
(cliché J. A. OLAÑETA, 2004, URL : www.claustro.com)
Piasca, église Santa Maria, chapiteau du choeur, face est, arrivée des Mages
(cliché J. A. OLAÑETA, 2004, URL : www.claustro.com)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BARTAL Ruth, « The iconographic programs of Santa Maria in Piasca, an image of the contemporary reality”, Arte Medievale, 6 (2), 1992, p. 1-13.
  • COBREROS Jaime, El Románico en España, Madrid, Infaco, coll. « Guías Periplo », 1993, p. 642-643.
  • FITA Fidel, « San Miguel de Escalada y Santa María de Piasca », Boletín de la Real Academia de la Historia, 34, 1899, p. 311-343.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, « Monasterio e iglesia de Santa María de Piasca », dans EDR en Cantabria : Cantabria, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2007, vol. 2, p. 556-606.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, El Románico en Cantabria , Santander, Ediciones de Libreria Estudio, 1996, p. 154-183.
  • GARCÍA GUINEA Miguel Ángel, El Románico en Santander , Santander, Ediciones de Libreria Estudio, 1979, vol. 1, p. 470-553.
  • HERBOSA Vicente, El románico en Cantabria, León , Ediciones Lancia, coll. « Aspectos », 2002, p. 51-53.
  • HERNANDO GARRIDO José Luis, « Escltores en el románico del norte de Castilla, intinerancias y anonimatos. Reflexiones sobre Rebolledo de la Torre (Bugos) y Santa Maria de Piasca (Cantabria) », dans Los protagonistas de la obra románica, Aguilar de Capoo, Fundación Santa María la Real, Centro de estudios del románico, 2004, p. 151-185.
  • LOJENCIO Luis María de, RODRÍGUEZ Abundio, Castilla, 1, Burgos, Logroño, Palencia y Santander, vol. 1 de España Románica , Madrid, Ediciones Encuentro, 1978, p. 385.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 janvier 2022). Piasca, église Santa Maria. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogl4


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search