Huesca, cloître de San Pedro el Viejo de Huesca

Huesca (Aragón, Huesca)

Édifice d’origine : Cloître de San Pedro el Viejo de Huesca


  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau disparu, remplacé par une copie moderne par García Ocaña.
  • Situation dans l’édifice : Situation dans l’édifice (d’origine) : cloître, galerie orientale, chapiteau no 3 (plan de D. RICO CAMPS, 2004).
  • Scènes : Voyage des Mages ?
  • Contexte de l’édifice : monastère bénédictin.
  • Datation : Datation : fin du XIIe s. (1170-1200), attribué au Maître de San Juan de la Peña.
  • Intégration dans le programme iconographique : galerie est : chapiteau 1 (3 ème travée) : Mariage de la Vierge (copie moderne de l’original déposé au Museo Arqueológico Provincial de Huesca) ; chapiteau 2 (2 nde travée) : Annonciation , Visitation , crèche (copie moderne de l’original déposé au musée) ; chapiteau 3 (1 ère travée) : Adoration des Bergers , Voyage des Mages (chapiteau moderne, original perdu) ; chapiteau 4 (angle nord-est, chapiteau sud) Présentation au Temple ; galerie nord : chapiteau 5 (angle nord-est, chapiteau ouest) : Fuite en Égypte et Songe de Joseph (copie moderne de l’original déposé au musée) ; chapiteau 6 (1 ère travée) : troisième songe de Joseph , Retour d’Égypte et Baptême du Christ (chapiteau original) ; chapiteau 7 (2 nde travée) : Massacre des Innocents (copie moderne de l’original déposé au musée). Suite du cycle christologique sur toute la galerie nord et plus de la moitié de la galerie ouest.
  • identifiant Wikidata : Q50306776
  • Bien de Interés Cultural : RI-51-0000049

Description : Le cloître de l’église de San Pedro el Viejo, d’une grande richesse plastique à la vue de ses trente-huit chapiteaux historiés, était dans un état lamentable au XVIIIe siècle (A. Naval et J. Naval 1978). Il a fait l’objet d’une restauration radicale mais nécessaire au XIXe siècle. Elle fut menée par l’architecte Ricardo Magdalena qui en releva les colonnes et les arcatures non sans en bouleverser l’ordre. Nombre de chapiteaux rongés par l’érosion ont été déposés au Museo Arqueológico Provincial de Huesca et remplacés par des copies modernes, œuvre de García Ocaña. C’est le cas du chapiteau de l’Épiphanie qui montre, sur ses quatre faces, le Voyage des Mages vers Bethléem et l’ Adoration des Bergers. Le chapiteau original a disparu et nous ne pouvons donc nous reposer que sur la description du chapiteau moderne. Cependant le travail méticuleux et historique de l’architecte et du sculpteur laisse supposer que le chapiteau moderne est venu remplacer une œuvre semblable, du moins de même sujet.

La datation du cloître a été objet de débats dans l’historiographie. Il semble certain qu’il ait été édifié dans la seconde moitié du XII e siècle, adossé au mur sud de l’église plus ancienne, édifiée à partir de 1117, à l’emplacement de l’ancienne église mozarabe, peu après la reconquête de Huesca par Pedro Ier d’Aragón (1096).

La chronologie des sculptures, attribuées généralement au Maître de San Juan de la Peña, est plus complexe. René Crozet (1968) ainsi que José Esteban Uranga et Francisco Íñiguez (1973) sont partisans d’une datation relativement basse alors que Jacques Lacoste (1979) et Marisa Melero Moneo (1995) optent pour une datation des sculptures aux alentours de 1200. Plus récemment, l’étude précise de l’épigraphie et des sculptures par Daniel Rico Camps (2004) confirme une datation entre 1170 et 1200.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ARCO Ricardo del, « La escultura románica en el claustro de San Pedro el Viejo », Arte aragonés, 8, 1914.
  • BALAGUER SÁNCHEZ Federico, « Nuevos datos sobre les capillas del claustro de San Pedro el Viejo », Revista Argensola, 1958, p. 317-328.
  • BALAGUER SÁNCHEZ Federico, Un monasterio medieval : San Pedro el Viejo (Huesca), Huesca, 1946.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragon roman, trad. G. Schecher, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps, 35 », 1971, p. 323-346.
  • CROZET René, «Recherches sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon. VII. Sur les traces d’un sculpteur», CCM, 11, 1968, p. 41-57.
  • ENRÍQUEZ DE SALAMANCA Cayetano, Rutas del románico en la provincia de Huesca, Madrid, Las Rozas, 1987, p. 160-162.
  • GARCÍA CIPRÉS Gregorio, « San Pedro el Viejo, monumento nacional », Linajes de Aragón, 7, 1916, p. 337-372.
  • LACOSTE Jacques, « Le maître de San Juan de la Peña-XIIe siècle», CSMC, 10, 1979, p. 175-189.
  • MELERO MONEO Marisa, « El llamado “taller de San Juan de la Pena” : problemas planteados y nuevas teorias », Locus-amoenus, 1995 (1), p. 47-60.
  • NAVAL MÀS Antonio, NAVAL MÀS Joaquín, Huesca, siglo XVIII : reconstrucción dibujada, Zaragoza, Casa de Ahorros de Zaragoza, Aragón y Rioja, 1978. 1978, p. 94.
  • RICO CAMPS Daniel, « El claustro de San Pedro el Viejo de Huesca : Pascua, Bautismo y Reconquista », Locus Amœnus, 7, 2004, p. 73-97.
  • URANGA GALDIANO José Esteban, ÍÑIGUEZ ALMECH Francisco, Arte medieval navarro, vol. III, Pamplona, Aranzadi, coll. « Biblioteca Caja de Ahorros de Navarra » 1973, p. 10.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 janvier 2022). Huesca, cloître de San Pedro el Viejo de Huesca. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkp


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search