Loches, église Saint-Ours

Loches (Indre-et-Loire, Centre-Val de Loire)

Édifice : église Saint-Ours


Loches, église Saint-Ours (plan BAUDOT, dans, C. LELONG, p. 28)
  • Médium : sculpture.
  • Support : relief.
  • Situation dans l’édifice : portail du clocher porche.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Songe des Mages.
  • Contexte de l’édifice : ancienne collégiale Notre-Dame (aujourd’hui église paroissiale).
  • Datation : 1150-1160.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : portail du porche , groupe sculpté au-dessus de la porte : Adoration et Songe des Mages ; archivoltes : sirènes affrontées et opposées, centaures, animaux chimériques et familiers, masques monstrueux dévorant et vomissant ; cordon externe : personnifications des Arts libéraux : Astronomie, Dialectique, Musique, Géométrie, Grammaire, Rhétorique, Arithmétique Philosophie ; statues colonnes : au dessus de la porte : quatre figures en pied dont un évêque et saint Pierre (?) ; deux figures de saints de chaque côté de la porte.
  • identifiant Wikidata : Q2984002
  • identifiant Mérimée : Pa00097824

Description : Le porche occidental de Saint-Ours de Loches, ajouté au XIIe siècle à un édifice plus ancien (XI e siècle) est très riche de sculptures réparties sur la porte et sur les chapiteaux des retombées de la voûte d’ogive. L’édifice a fait l’objet de lourdes restaurations au XIX e siècle (1844-1854 et en 1869) dont la radicalité a été dénoncée par Jean Vallery-Radot (1924). Toutefois, hormis le décapage de certains arcs, le porche ne semble pas avoir souffert outre mesure bien que le positionnement incohérent de certains reliefs pose la question d’un remaniement moderne. Les sculptures ont en revanche été éprouvées par le vandalisme révolutionnaire.

Losches, église Saint-Ours, portail du clocher-porche
(MOSSOT, 2010, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

L’Épiphanie est constituée de hauts-reliefs placés sur un linteau, au dessus de la porte occidentale, entre l’extrados de l’archivolte externe et l’intrados de l’arc formeret. Le groupe se compose de sept figures sculptées sur autant de plaques différentes. Ces dernières sont posées sur un linteau soutenu par quatre statues-colonnes endommagées et inidentifiables (la figure placée à l’extrême gauche paraît vêtue d’habits épiscopaux alors que saint Pierre pourrait être identifié à l’extrême droite). Sur la Plaque centrale, la Vierge à l’Enfant siège frontalement sur une large cathèdre richement ouvragée. Sur la gauche, les trois Rois mages, très mutilés, apportent leurs offrandes. Le premier esquisse une génuflexion et le second se retourne vers le troisième entièrement bûché. Derrière la Vierge se tient un personnage en trône inscrit sous un arc : sans doute Joseph bien que sa mise en valeur soit ici remarquable. Dans la partie droite intervient le Songe des Mages : les trois Rois y sont superposés verticalement sous une même couverture alors que leur apparaît un ange. Ce dernier relief semble être un remploi car il ne correspond pas l’espace qui lui est réservé (G. Fleury , 2003).

La porte que surplombe le groupe sculpté est à rapprocher d’exemples angevins et saintongeais par son décor sculpté radiant des archivoltes, peuplées de motifs zoomorphies, chimériques et d’acrobates. La troisième voussure, quant à elle, dispose les personnifications des arts libéraux (on ne s’étonnera pas de telles images pour un édifice pourvu d’un collège canonique actif). De part et d’autre de la porte sont placées deux statues-colonnes de saints que les mutilations ont rendu anonymes. Ainsi, l’ordonnancement du programme sculpté ne respecte pas une organisation homogène. Il est possible que plusieurs éléments, originellement prévus pour être dispersés dans un programme plus vaste, aient été réunis sur ce seul mur dans la précipitation ou par manque d’argent (on peut raisonnablement penser que les statues-colonnes se destinaient aux ébrasements internes et externes). En ce sens, la place du groupe de l’Épiphanie peut surprendre. La composition ainsi que le traitement des figures en très haut-relief indiquent une réutilisation des solutions développées sur les grands tympans gothiques (Chartres, Bourges, Laon). On peut également penser à certains groupes espagnols tels que celui de Cerezo de Riotirón aujourd’hui conservé au Metropolitan Museum of Art de New-York. Remarquons enfin que l’ Adoration et le Songe des Mages ne proviennent pas ici d’un tympan disparu, mais se présentent comme les apostolados espagnols (collège apostolique disposé autour d’une Majestas Domini ). Ce modèle paraît ici avoir été réutilisé à la place de l’habituelle vision parousiaque.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CHERGE Charles de, « Rapport sur la visite faite à l’église Notre-Dame-du-Château », Caf : Loches, 36, 1869 (1870), p. 25-34.
  • DURET-MOLINES Patricia « L’église Saint-Ours de Loches : ancienne collégiale Notre-Dame », Caf : Touraine, 155, 1997 (2003), p. 169-177.
  • FLEURY Gérard, « La représentation des arts libéraux au portail de la collégiale Notre-Dame de Loches », Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1997, p. 141-156.
  • FLEURY Gérard, « Le porche de l’église Saint-Ours de Loches : ancienne collégiale Notre-Dame », Caf : Touraine, 155, 1997 (2003), p. 179-188.
  • LELONG Charles, Touraine Romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 6 », 1977, p. 239-248.
  • MUSSAT Andrée, Le style gothique de l’Ouest de la France, 1963, Paris, Picard, p. 177-184.
  • SAUERLÄNDER Willibald, La sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris, Flammarion, 1972, p. 83.
  • VALLERY-RADOT Jean, « ancienne collégiale Notre-Dame (Saint-Ours) », Caf : Tours, 106, 1948, p. 120-124.
  • VALLERY-RADOT Jean, « L’église Saint-Ours de Loches », B.M., 83, 1924, p. 5-40.
  • VERGNOLLE Éliane, « Le portail de Saint-Ours de Loches (ancienne Notre-Dame) », Actes du colloque médiéval de Loches, 1973, dans, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 9 1975, p 69-76.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Loches, église Saint-Ours. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogi4


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search