Estella, église San Miguel

Estella (Navarra, Estella Oriental )

Édifice : église San Miguel


Estella, collégiale San Miguel (plan d’après J. PEREZÁBAD GARCÍA, dans EDR, Navarra, 2008, p. 491)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : façade nord, portail, chapiteau de l’ébrasement gauche.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : collégiale.
  • Datation : 1140-1150.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : portail nord , tympan : Majestas Domini (nec duvs nec homo presens qvam cernis imago set devs est et homo qvam sacra figurat imago), saint Jean, Marie ; chapiteaux d’ébrasements , ébrasement gauche (de gauche à droite) : Annonciation , premier Songe de Joseph , Visitation , Nativité , Annonce aux Bergers , Adoration des Mages , Présentation au Temple ; ébrasement droit : Songe de Joseph , Fuite en Égypte , Hérode et ses scribes , Massacre des Innocents , rinceaux habités ; archivoltes , archivolte interne : anges thuriféraires ; seconde archivolte : Vieillards de l’Apocalypse ; troisième archivolte : onze prophètes ; quatrième archivolte : vie publique du Christ (dont multiplication des pains et des poissons, résurrection de la fille du chef de la synagogue, Noces de Cana , Samaritaine, Baptême du Christ) ; cinquième archivolte : treize scènes hagiographiques dont la Décollation de Jean-Baptiste , la charité de saint Martin, la danse de Salomé (erod(s) puella), les martyres de saint Laurent et de sainte Agathe, arrestations de Paul et Pierre, la Crucifixion de saint Pierre ; montants de la porte : quinze figurations des vices et des vertus ; jambage de la porte : reliefs incrustés, à gauche : Michel et l’ange, le sein d’Abraham, psychostasis ; à droite : Visite des saintes-femmes au Tombeau (maria magdalene maria iacobj et altera maria) ; corbeaux : têtes de lions androphages ; partie supérieure de la façade, de part et d’autre du portail : huit apôtres en pieds : à gauche : quatre apôtres en pied surmontés de deux autres plus petits et de lions et griffons affrontés ; à droite : quatre apôtres en pied (tadevs et smoni) surmontés de deux autres plus petits, rosace ; de part et d’autre de l’archivolte : deux reliefs représentant chacun deux Vieillards de l’Apocalypse.
  • identifiant Wikidata : Q3957384
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0000762

Estella, collégiale San Miguel, portail nord
(PMRMaeyaert, 2009, CC BY-SA 3.0 ES, via Wikimedia Commons)
Estella, collégiale San Miguel, portail nord
(Emvallmitjana, 2011, CC BY-SA 3.0 ES, via Wikimedia Commons)

Description : Le portail du porche nord de la collégiale San Miguel d’Estella conserve un riche et complexe ensemble sculpté. Objet d’une importante restauration entre 1987 et 1992, il est actuellement conservé sous un porche en verre venu remplacer l’avant-corps en brique élevé au XVII e siècle. L’ensemble du programme est centralisé autour d’un Christ en majesté dans une mandorle quadrilobée, bénissant et porteur d’un livre orné d’un Chrisme. Il est encadré du tétramorphe et flanqué de Marie et de saint Jean intercesseurs. Sur la mandorle se lit l’inscription nec duvs nec homo presens qvam cernis imago set devs est et homo qvam sacra figurat imago.

Estella, collégiale San Miguel, portail nord, ébrasement gauche
(PMRMaeyaert, 2009, CC BY-SA 3.0 ES, via Wikimedia Commons)
Estella, collégiale San Miguel, portail nord, ébrasement droit
(PMRMaeyaert, 2009, CC BY-SA 3.0 ES, via Wikimedia Commons)

Les chapiteaux des ébrasements développent un cycle complet de l’Enfance, de l’ Annonciation au Massacre des Innocents. Les Mages apparaissent dans la première partie du cycle, sur l’ébrasement gauche, sur le second chapiteau en partant de l’intérieur.

Sur la face interne, le premier mage, couronné, barbu et vêtu d’un long manteau, s’agenouille devant la Vierge à l’Enfant trônant de face pour ouvrir son offrande devant le Christ. La Vierge à l’Enfant est couronnée et tenait vraisemblablement un fleuron dans sa main droite. Elle porte l’Enfant de profil, adressant un geste de bénédiction à ses visiteurs. Derrière elle, Joseph, endormi, est coiffé d’un bonnet conique et muni d’une crosse. Entre la tête de la Vierge et celle du premier mage est placée l’étoile fleurie à huit pétales. Une autre fleur est placée sur l’abaque, juste au-dessus de la tête de la Vierge, au milieu d’un rinceau végétal dense, et vient enrichir l’évocation du surgeon, issu de la racine de Jessé, véhiculée par l’étoile. Sur la face externe, les deux autres rois mages conversent. Le premier, le plus jeune, désigne son offrande au troisième qui présente la paume de sa main en signe d’acquiescement.

Estella, collégiale San Miguel, portail nord, ébrasement gauche, Adoration des Mages
(Mattana, 2011, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons)

L’offrande des Mages à Estella est à mettre en relation avec le chapiteau suivant, le plus proche de la porte, décrivant la Présentation au Temple comme une préfiguration eucharistique. En se dirigeant vers l’autel du Temple et vers la porte de l’édifice, la procession des Mages prend valeur d’offrande eucharistique destinée à l’Église.

De nombreuses hypothèses ont été émises quant à la datation des sculptures. Jacques Lacoste (1977), comme avant lui d’autres auteurs, voyaient dans ce portail un exemple d’art tardo-roman de transition entre le XII e et le XIII e siècle. Aujourd’hui, la thèse de Javier Martínez de Aguirre (1984 et 1986), proposant une datation entre 1140-1150 par rapprochement avec les grands édifices français protogothiques du milieu du XII e siècle (Chartres, Étampes, Bourges, Le Mans) est la plus communément acceptée.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BANGO TORVISO Isidoro, El románico en España, Madrid, Espasa-Calpe, coll. « Espasa arte » , 1992 , p. 193.
  • CROZET René, « Recherches sur la sculpture romane en Navarre et en Aragon. V. Estella. Puente la Reina », CCM, 7, 1964, p. 313-332.
  • FAVREAU Robert, « L’inscription du tympan nord de San Miguel d’Estella », Bibliothèque de l’École des Chartes, 133, 1975, p. 237-246.
  • FERNÁNDEZ-LADREDA Clara (Dir.), El arte románico en Navarra, Pamplona , Gobierno de Navarra, coll. « Serie Arte, 37 », 2002, (rééd. Pamplona, 2004), p . 237-245, 332-343.
  • GUDIOL RICART José, GAYA NUÑO Juan Antonio, Arquitectura y escultura románicas, Madrid, Editorial Plus-Ultra, coll. « Ars Hispania, 5 », 1948, p. 169-173.
  • LACOSTE Jacques, « San Miguel de Estella », dans Homenaje a Don José María Lacarra de Miguel en su jubilación del profesorado : estudios medievales, Zaragoza, Anubar, 1977 , p. 131-132.
  • LAMPERÉZ Y ROMEA Vicente, Historia de la arquitectura cristiana española en la edad media : según el estudio de los elementos y los monumentos, Madrid, J. Blass y cía, 1908-1909 (rééd. Madrid, 1930), vol. 1, p. 475-477.
  • LINDEMANN Gottfried, « Die Skulpturen von Estella », Eine Festgabe. Edwin Redslob zum 70. Geburtstag, G. Rohde, O. N eubecker (Éds .), Berlin, E. Blaschker, 1955, p. 263-275.
  • LOJENDIO Luis-María, Navarre romane, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 26 », 1967, p. 303-322.
  • MARTÍNEZ DE AGUIRRE Javier, « Nuevas esculturas románicas en San Miguel de Estella », Principe de Viana, 58, 1997, p. 7-36.
  • MARTÍNEZ DE AGUIRRE Javier, « La portada de San Miguel de Estella. Estudio iconológico », Principe de Viana, 45, 1984, p. 439-457.
  • MARTÍNEZ DE AGUIRRE Javier, « Originalidad y copia en la elaboración de una portada románica. El caso de San Miguel de Estella », dans Ve congrés espagnyol d’història de l’art, Barcelona, 29 d ‘oct. al 3 de nov. de 1984, Barcelona, C., 1986, p. 117-123.
  • MARTÍNEZ DE AGUIRRE Javier, «La portada de San Miguel de Estella. Estudio Iconológico», Príncipe de Viana, 173, 1984, p. 439-461.
  • MELERO MONEO María Luisa, La escultura románica en Navarra, Madrid, Historia 16, coll. « Cuadernos de arte español, 31 », 1992, p. 24-31.
  • RODRÍGUEZ MONTAÑÉS José Manuel, « Hablan las imágenes. Lectura iconográfica de la portada de San Miguel de Estella (Navarra) », dans Perfiles del Arte Románico, Aguilar de Campoo, Palencia, Fund. Santa María La Real, Centro Estudios del Románico, 2002, p. 53-79.
  • RÜCKERT Claudia, « Iglesia San Miguel », dans EDR Navarra, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.) Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2008, vol. 1, p. 488-506.
  • RÜCKERT Claudia, Die Bauskulptur von San Miguel in Estella (Navarra) : königliche Selbstdarstellung zwischen Innovation und Tradition im 12. Jahrhundert, Mainz am Rhein, P. von Zabern, 2004.
  • URANGA GALDIANO José Esteban, ÍÑIGUEZ Francisco, Arte medieval navarro, Pamplona, Editorial Aranzadi, 1971-1973, vol. 2, p. 206-207, vol. 3, p. 155-158.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (2 janvier 2022). Estella, église San Miguel. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkk


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search