Benavente, église Juan del Mercado

Benavente (Castilla y Leòn, Zamora)

Édifice : église Juan del Mercado


Benavente, église Juan del Mercado (plan d’après R. M. MARTÍN-LÓPEZ, dans EDR, Zamora, 2002, p. 176)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan, archivolte.
  • Situation dans l’édifice : façade sud, portail, tympan et archivoltes.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages (tympan), Mages devant Hérode (archivolte, partie gauche), Songe des Mages (archivolte, partie droite).
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : fin du XIIe s.-déb. XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail sud , tympan : Adoration des Mages , Songe de Joseph (?) ; archivolte, voussure interne (de gauche à droite) : harpie, Mages devant Hérode , adoration angélique de l’étoile, Songe des Mages , aigle ; corbeaux : Bœuf de saint Luc (gauche), homme ailé de Matthieu (droite) ; ébrasements, statues-colonnes : Jérémie (?), Salomon et Isaïe (ébrasement gauche) ; Moïse, David, Jean Baptiste (ébrasement droit).
  • identifiant Wikidata : Q5910582
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0001024

Benavente, église San Juan del Mercado, portail sud,
(Zarateman, 2016, CC0, via Wikimedia Commons)

Description : L’Église San Juan del Mercado de Benavente a connu plusieurs campagnes de restaurations et plusieurs remaniements. Dans son aspect actuel, les éléments du XII e siècle ont été intégrés dans un cadre restauré au XIII e puis au XIV e siècle. Le programme du portail, bien qu’intégré à un porche postérieur, reste cependant presque intact et parfaitement lisible. L’ Adoration des Mages occupe tout l’espace du tympan (Figure 207). Les trois Rois forment une procession dans la partie droite : le premier ouvre son coffre devant le Christ alors que le second montre l’étoile au troisième esquissant son geste de réception. Remarquons que tous trois sont chaussés d’éperons alors que les chevaux sont absents du décor. La Vierge, immense, est couronnée et trône au centre du tympan. Elle foule aux pieds une bête monstrueuse contorsionnée sous le trône. L’Enfant tient dans sa main l’Orbe et esquisse un geste de bénédiction. Dans la partie droite du tympan, Joseph est endormi sur sa canne. L’espace vide entre la Vierge et Joseph paraît trop important pour être voulu. Il pourrait résulter soit de l’arrachement d’une figure, soit d’un remaniement du groupe.

Benavente, église San Juan del Mercado, portail sud, tympan et archivolte
(Zarateman, 2016, CC0, via Wikimedia Commons)

Le cycle des Mages est développé sur la voussure interne de l’archivolte. Dans la partie gauche, les Mages se présentent devant Hérode (Figure 206), chacun pointant l’étoile du doigt pour signifier sa disparition. Le souverain trône, quant à lui, les jambes croisées, en se désignant lui-même de l’index (peut-être se présente-t-il comme le seul vrai roi des Juifs). Derrière lui, un soldat menaçant brandit son épée. Dans la partie droite, les Mages sont endormis au milieu de palmettes décoratives (Figure 208). Au sommet de la voussure, l’étoile est inhabituellement exaltée. Elle brille sur le voussoir de clef, terrassant une tête monstrueuse vomissant des volutes de fumée. Elle est flanquée d’anges adorateurs, apportant respectueusement livres, phylactères et objets liturgiques. Dans la partie droite, les trois Rois sont endormis séparément, entourés de palmettes plates. À la base de l’arc se tiennent une harpie, à gauche et un aigle, à droite.

Sur les colonnes d’ébrasements du portail, six statues-colonnes sont regroupées par trois de part et d’autre de la porte : sur le côté gauche, de gauche à droite, se succèdent Jérémie (?), Salomon et Isaïe (leur identification est discutée) et, sur le côté droit, de gauche à droite, on trouve Moïse, David, et Jean-Baptiste. Chaque personnage est coiffé de chapiteaux à motifs zoomorphiques et végétaux. Sur les corbeaux de la porte se trouve, à gauche, le bœuf de saint Luc ( lvcham : fuit : in dieb[us] ), et à droite, l’ange de Matthieu portant un codex sur lequel est inscrit : ma/te/vs liber gen (er) a/cionis.

Ici, le thème de l’Épiphanie est inclus dans une rhétorique victorieuse. L’incarnation est la victoire du Christ contre le mal (la Vierge écrase la bête) soulignée par l’étoile faisant choir la bête. L’astre est dans ce cas le signe d’une ère nouvelle comme en témoigne le dialogue qu’entretient l’ange au phylactère avec l’ange au codex qui lui est symétrique. Cependant, alors que l’ange de gauche semble cacher le phylactère, celui de droite, au contraire, brandit son codex dans ses mains voilées, comme une victoire de l’Évangile sur les écritures hébraïques (cette remarque reste prudente car les décalages des voussoirs de l’archivolte font penser à un remaniement malheureusement non documenté). Ainsi, c’est autour de ce signe victorieux que se fédèrent les nations chrétiennes, sous les traits de trois Rois mages. Nous pourrions également pousser la logique transversale du décor en remarquant que les Mages rencontrent Hérode dans la partie gauche alors que leur Songe, évoquant leur intégration à l’Église, est décrit à droite, respectant en ce sens l’ordre des anges adorateurs.

Remarques : L’ange au phylactère volant vers l’astre victorieux sort à mi-corps des nuées et tient son index pointé au-dessus de lui. Ce personnage ressemble étonnamment à celui apparaissant habituellement lors du Songe des Mages . Or, dans cette dernière scène, il est absent. Restons donc prudents quant à nos remarques précédentes, le personnage ayant pu être substitué à l’épisode évangélique pour être agencé de façon cohérente autour de l’étoile.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALMOÍNA MATEOS José, Monumentos históricos y artísticos de Benavente, Benavente, Centro de Estudios Benaventanos, “Ledo del Pozo”, 2000, p. 13-14.
  • BANGO TORVISO Isidoro Gonzalo, Arquitectura románica en Castilla y León, Madrid, Banco de Santande, 1997, p.334-335.
  • CRUZ Y MARTIN Ángel, El románico zamorano, Zamora, Monte Casino, 1981, p. 116-121.
  • ENRÍQUEZ DE SALAMANCA Cayetano, Rutas del Románico en la provincia de Zamora, Las Rozas, Cayetano Enríquez de Salamanca, coll. « Rutas del románico en España », 1998, p. 105-108.
  • GÓMEZ-MORENO Manuel, « Dos iglesias románicas en Benavente », Arquitecture, 110, 1928, p. 179-187.
  • GÓMEZ-MORENO Manuel, Catálogo Monumental de España. Provincia de Zamora, Madrid, Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, 1927, p. 265-271.
  • GRAU LOBO Luis, « La portada meridional de San Juan del Mercado en Benavente », Brigecio, 3, 1993, p. 129-152.
  • HIDALGO MUÑOZ Elena, La Iglesia de San Juan del Mercado de Benavente, Benavente, Centro de Estudios Benaventanos “Ledo del Pozo”, coll. « Cuadernos benaventanos, 3 »,1997.
  • LOJENDIO Luis María de, RODRÍGUEZ Abundio, VIÑAYO Antonio, Rutas románicas en Castilla y Castilla y León 3 : Provincia de León , Zamora, Palencia y Valladolid, Madrid, Encuentro Ediciones, coll. « Rutas románicas, Guías », 1996, p. 146-147.
  • RAMOS DE CASTRO Guadalupe, El arte románico en la provincia de Zamora, Zamora, Diputación Provincial, 1977, p. 243-250.
  • RODRÍGUEZ MONTAÑES José Manuel, « Iglesia de San Juan del Mercado », dans EDR en Castilla y León : Zamora, M. A. García Guinea, J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2002, p. 174-187.
  • VIÑAYO GONZÁLEZ Antonio, L’ancien royaume de León roman, trad. N. Vayant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque , coll. « La Nuit des temps, 36 », 1972, p. 362-365.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (14 décembre 2021). Benavente, église Juan del Mercado. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogka


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search