Alloz, Eguiarte, église Santa Maria de Eguiarte

Alloz, Eguiarte (Navarra, Estella Oriental)

Édifice : église Santa Maria de Eguiarte


  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : portail sud, chapiteau de l’ébrasement gauche.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : dernier tiers du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail sud , chapiteau d’ébrasement , gauche (de l’extérieur vers l’intérieur) : Annonciation , Adoration des Mages , rosace, Agnus Dei ; droit (de l’extérieur vers l’intérieur) : combat zoomorphique, chrisme, centaure.
  • identifiant Wikidata : Q20492457
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0008304
Alloz, église Santa Maria de Eguiarte (plan d’après A. ACELDEGUI APESTEGUÍA, dans EDR, Navarra, 2008, p. 438)

Alloz, Eguiarte, église Santa Maria de Eguiarte, portail sud
(cliché Juan Antonio Olaneta)

Description : L’église Santa Maria de Eguiarte, située près de la commune d’Alloz, a été en grande partie remaniée et son aspect extérieur actuel est essentiellement le résultat d’une restauration moderne. Le programme du portail sud semble avoir en revanche gardé toute sa cohérence.

Alloz, Eguiarte, église Santa Maria de Eguiarte, portail sud, ébrasement gauche
(cliché Juan Antonio Olaneta)
Alloz, Eguiarte, église Santa Maria de Eguiarte, portail sud, ébrasement gauche, Adoration des Mages
(cliché Juan Antonio Olaneta)

Sur l’ébrasement ouest se trouvent deux chapiteaux historiés : celui de l’ Annonciation , à l’extérieur, et celui de l’ Adoration des Mages , à l’intérieur. Sur ce dernier, une composition classique est respectée sur les deux faces visibles. Sur la première, les Rois mages, tous trois barbus, portent leurs offrandes. Le premier amorce un agenouillement alors que le second montre d’un geste discret l’étoile au troisième. La Vierge et l’Enfant se trouvent sur la seconde face, tous deux couronnés. La Vierge tient un petit fleuron dans sa main droite alors que l’Enfant porte un livre sur lequel sont encore lisibles l’Alpha et l’Omega. Derrière eux, Joseph, en partie mutilé, somnole sur son bâton.

Alloz, Eguiarte, église Santa Maria de Eguiarte, portail sud, ébrasement droit
(cliché Juan Antonio Olaneta)

Sur le portail méridional de l’ église Santa Maria de Eguiarte d’Alloz, l’étoile est étrangement démultipliée. La Vierge de l’Adoration est surmontée d’un fleuron, incrusté dans les rinceaux végétaux de l’abaque. Il s’agit de l’étoile messianique évangélique, sceptre issu de la tribu de Jacob, annonçant la naissance du rejeton de la race de David. Cependant, la représentation de l’étoile ne s’en tient pas là. Une rosace complexe occupe toute la face principale du corbeau alors que, sur la face interne, apparaît l’ Agnus Dei . La procession des trois Rois ainsi mise en place prend un sens eschatologique clair. La rosace et le fleuron renvoient au dernier chapitre de l’Apocalypse (Ap 22, 16) et les Mages entrent dans la cité céleste au centre de laquelle trône l’Agneau. Le corbeau de l’ébrasement droit est, quant à lui, orné d’un large chrisme, flanqué de l’Alpha et de l’Oméga, posé comme une barrière aux motifs zoomorphiques et monstrueux grouillant sur les autres chapiteaux. Ce rôle est confirmé par le centaure archer, en vis-à-vis de l’agneau, dirigeant ses flèches vers l’extérieur de l’édifice pour le défendre. L’Épiphanie prend ainsi les traits d’une victoire sur les forces démoniaques. Remarque : la facture des chapiteaux des ébrasements est le plus souvent rapprochée de ceux de San Miguel d’Estella.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ACELDEGUI APESTEGUÍA Alberto, « Eguiarte», dans EDR : Navarra, M. A. García Guinea, J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2008, vol. 1, p. 433-438.
  • ARAGONÈS ESTELLA Esperanza, « El maestro de San Miguel de Estella y su escuela : relación estilística entre la obra esculpida de varias iglesias navarras », dans Actas IX Congreso Español de Historia del Arte, Comité español de historia del arte (Éd.), León, 29 de septiembre a 2 de octubre de 1992, León, Universidad, Secretariado de Publicaciones, 1994, vol. 1, p. 49-60.
  • FERNÁNDEZ-LADREDA Clara (Dir.), El arte románico en Navarra , Pamplona, Gobierno de Navarra, coll. « Serie Arte, 37 », 2002, (rééd. Pamplona, 2004) , p . 233-248.
  • GARCÍA GAINZA Maria Concepción (Dir.), Catálogo Monumental de Navarra, vol. 2, Pamplona, Príncipe de Viana, 1983, p. 693-697.
  • ITURGÁIZ CIRIZA Domingo, El crismón románico en Navarra : cuenca de Pamplona, Pamplona , Ayuntamiento de Pamplona, coll . « Colección breve Temas pamploneses, 37 », 1998, p. 126.
  • LOJENDIO Luis-María, de, Navarra, dans La España Románica, vol. 7, Madrid, Ediciones Encuentro 1978, p. 423-424.
  • LOJENDIO Luis-María, Navarre romane, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 26 », 1967, p. 42-43.
  • QUINTANA DE UÑA Maria José , « Los ciclos de Infancia en la escultura monumental románica en Navarra », Principe de Viana, 48 , 1987, p . 269-297.
  • URANGA GALDIANO José Esteban, ÍÑIGUEZ AMECH Francisco , Arte medieval navarro, 3, Arte romanico, Pamplona, Aranzadi, coll. « Biblioteca Caja de ahorros de Navarra », 1973 , p . 157.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (10 décembre 2021). Alloz, Eguiarte, église Santa Maria de Eguiarte. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogk5


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search