Lescar, ancienne cathédrale Notre-Dame

Lescar (Pyrénées-Atlantiques, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : ancienne cathédrale Notre-Dame (actuellement église de l’assomption)


Lescar, église de l’Assomption (plan dans M. DURLIAT, 1969, p. 232)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : carré du transept, pile nord-est, chapiteau ouest.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : une mosaïque de pavement dans l’abside porte une inscription mentionnant l’évêque Gui, qui fixe la datation de l’édifice entre 1115 et 1141.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : sur le même chapiteau : Annonce aux Bergers, Adoration des Mages
  • identifiant Wikidata : Q2762952
  • identifiant Mérimée : Pa00084433

Lescar, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapiteau des Mages et des Bergers
(Emeltet, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le chapiteau de l’Épiphanie de Lescar coiffe la colonne occidentale de la pile nord-est du transept. Il se trouve donc à l’entrée du chœur et reste visible de la nef. Il est toutefois difficile d’assurer qu’il occupe actuellement sa place originelle car l’édifice a connu de nombreux remaniements au XVIII e siècle et au XIX e siècle (1855-1859) lors desquelles de plusieurs chapiteaux ont été déposés, restaurés ou remplacés par des copies. Pour les mêmes raisons, il est impossible de le replacer dans un programme iconographique cohérent.

Lescar, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapiteau des Mages et des Bergers
(Emeltet, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Plus précisément, concernant ce chapiteau, le tailloir est une restauration du XIX e siècle. La corbeille et l’astragale paraissent cependant être intacts. Sur la face principale siège frontalement la Vierge à l’Enfant sur un large trône de pierre soutenu par deux colonnes. Elle est voilée et nimbée et l’Enfant, également nimbé, tient le Livre et adresse un geste de bénédiction au spectateur. Derrière le groupe, un voile est suspendu au fleuron et aux deux crochets du chapiteau (ce motif rappelle le chapiteau d’Audignon). Sur la face latérale, les trois Rois marchent vers le Christ. Ils sont tous trois coiffés de belles couronnes ouvragées et portent leurs offrandes dans leurs mains voilées. Remarquons que les trois visages se distinguent par leur physionomie : le premier mage est barbu, le second est imberbe alors que le troisième porte une moustache. L’élément le plus intéressant de la composition reste cependant l’étoile qui n’est pas suspendue dans les airs mais fleurit littéralement au sommet de rinceaux végétaux charnus et buissonnant, placés entre la Vierge et le premier mage. L’étoile se fait ici l’illustration parfaite des versets d’Isaïe (Is 11, 1-10) et de la prophétie de Balaam (Nb 24, 17). Sur l’astragale court une inscription difficilement déchiffrable : magi mvnera christo offer d’après l’abbé Laplace (1863), ou magi mvnera ferentes selon Maurice Lanoré (1904). Il nous semble que la seconde interprétation est correcte. Sur la face latérale opposée (à droite) intervient l’ Annonce aux Bergers : l’ange sortant des nuées apparaît aux trois pasteurs accompagnés de leurs brebis. La suite de l’inscription sur l’astragale se rapporte sans doute à l’épisode et évoque l’apparition de l’ange sans que nous ayons réussi à la déchiffrer. Notons qu’il est assez rare qu’un parallèle aussi exact soit dressé entre les trois Rois et les trois bergers. Ce chapiteau dans sa décoration et sa composition symétrique se rapproche sensiblement de celui d’Audignon. Il faut également citer d’autres chapiteaux béarnais tel que celui de l’église Sainte-Marie d’Oloron, relativement semblable à celui-ci.

Lescar, ancienne cathédrale Notre-Dame, chapiteau des Mages et des Bergers
(Emeltet, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALLÈGRE Victor, Les vieilles églises du Béarn : étude archéologique, Toulouse, Imprimerie Régionale, 1952, vol. 1, p. 79-108.
  • ALLÈGRE Victor, Pyrénées romanes, Saint-Léger-Vauban , Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 30 », 1969 (rééd. 1978), p. 231-245. Corpus des inscriptions de la France médiévale , 6, Gers, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, R. Favreau, J. Michaud , B. Mora (Éds .) , Poitiers, CNRS, 1986, p. 151-157.
  • DESHOULIÈRES François, « Lescar : cathédrale », Caf : Bordeaux, Bayonne, 102, 1939 (1941), p. 400-411.
  • LANORE Maurice , « La cathédrale de Lescar : (Basses-Pyrénées) », B.M., 68, 1904, p. 190-259 (part. p. 225-227).
  • LANORE Maurice, Notice historique et archéologique sur l’église Notre-Dame de Lescar, Pau, J. Empérauger, 1905 (part. p. 24-29 et note no 147).
  • LAPLACE Paul Lucien (abbé), Monographie de Notre-Dame de Lescar, Pau, E. Vignancour, 1863, p. 131.
  • SERRES André , « Influences toulousaines sur la sculpture de l’ancienne cathédrale de Lescar », dans Actes du XXIe Congrès de la Fédération des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Toulouse, 1966, p. 111-124.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (19 novembre 2021). Lescar, ancienne cathédrale Notre-Dame. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogi3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search