Valence, cathédrale Saint-Apollinaire

Valence (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : cathédrale Saint-Apollinaire


Valence, cathédrale Saint-Apollinaire (plan d’après M. HÉRY, 1987, dans G. BARRUOL, 1992, p. 303)
  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : porte nord, linteau.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : XIIe siècle : les sculptures romanes de la cathédrale (par exemple le tympan du portail sud) sont à dater dans la seconde moitié du XIIe siècle. En revanche, le linteau pourrait être antérieur et avoir été remployé au-dessus de la porte nord. Il pourrait donc être situé dans la première moitié du XIIe siècle.
  • Intégration dans le programme iconographique : linteau (de gauche à droite) : Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Nativité , Annonciation.
  • identifiant Wikidata : Q2942311
  • identifiant Mérimée : Pa00117085

Valence, cathédrale Saint-Apollinaire, linteau de la porte nord
(Chabe01, 2021, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le linteau septentrional de la cathédrale de Valence, de provenance inconnue, a été remployé au-dessus de la porte ouverte dans la nef de l’édifice à hauteur de sa huitième travée. Quatre tableaux de l’Enfance s’y succèdent, intégrés sous cinq arcades, agencées selon un ordre de lecture non chronologique. À gauche, le cycle débute par la rencontre des Mages et d’Hérode dans le palais de Jérusalem, figuré par un petit édicule abritant la scène. Au fond de l’édifice, Hérode siège au sommet d’un haut trône alors que les trois Rois se présentent devant lui. Les chevaux sont parqués sous la seconde arcade, faisant ainsi la transition entre le palais de Jérusalem et la cité de Bethléem : ils marquent à la fois l’entrée du palais et celle de la crèche. Sous l’arcade suivante, les Mages sont entrés dans le palais de la Vierge au sommet duquel court un motif crénelé. Les trois Mages, superposés en un groupe compact, présentent leurs offrandes à la Vierge à l’Enfant, trônant sur un imposant trône, et présentée comme une figure antithétique d’Hérode. Le premier mage s’est agenouillé alors que le second élève son présent en direction de l’étoile, figurée par un fleuron au-dessus de la scène.

Valence, cathédrale Saint-Apollinaire, linteau de la porte nord, Mages devant Hérode, Adoration des Mages
(cliché E.B. 2006, CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BARRIOL Guy, Dauphiné roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 77 », 1992, p. 250-261.
  • BARRUOL Guy, « La cathédrale Saint-Apollinaire de Valence », Caf : moyenne vallée du Rhône, 150, 1999, p. 301-315.
  • BLANC André, La cathédrale de Valence : témoin de l’Humanité romane, Valence, Peuple Libre, 1984.
  • BOIS Michèle, La Drôme romane, Toulignan, Plein-Cintre, 1989.
  • JUBERT Charlotte, « La sculpture romane de Valence et ses relations avec la moyenne vallée du Rhône », dans De mémoires de Palais : archéologie et histoire du groupe cathédral de Valence, I. Parron-Kontis , J. Tardieu (Éds), catalogue d’exposition, Musée des Beaux-arts et d’histoire naturelle, 23 avr.-1 oct. 2006, Valence, Musée de Valence, 2006, p. 238-245.
  • PARRON-KONTIS Isabelle, TARDIEU Joëlle, « Que reste-t-il de la cathédrale de Gontard » dans De mémoires de Palais : archéologie et histoire du groupe cathédral de Valence, I. Parron-Kontis , J. Tardieu (Éds), catalogue d’exposition, Musée des Beaux-arts et d’histoire naturelle, 23 avr.-1 oct. 2006, Valence, Musée de Valence, 2006, p. 168-175.
  • PERROT J., THIOLLIER Noël ., « Valence, Cathédrale », Caf : Valence Montélimar, 1923, (1925), p. 227-248.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Valence, cathédrale Saint-Apollinaire. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjv


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search