Sainte-Engrâce, église Saint-Engrâce

Sainte-Engrâce (Pyrénées-Atlantiques, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : église Sainte-Engrâce


Sainte-Engrâce, église Sainte-Engrâce (plan dans V. ALLÈGRE, 1969, p. 342)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : piles de la première travée orientale, piles nord et sud, chapiteaux orientaux
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode (pile sud, chapiteau est), Adoration des Mages (pile nord, chapiteau est).
  • Contexte de l’édifice : ancienne collégiale avec collège d’augustins.
  • Datation : 2nde moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : Arc triomphal de l’abside centrale : Adoration des Mages (chapiteau nord), Visite au Sépulcre (chapiteau sud) ; chapiteaux orientaux des piles de la première travée : Mages devant Hérode et Adoration des Mages.
  • identifiant Wikidata : Q12266987
  • identifiant Mérimée : Pa00084490

Sainte-Engrâce, église Sainte-Engrâce, chapiteau de la pile nord de la travée orientale, Adoration des Mages (cliché M. ETCHEVERRY, 2006)
Sainte-Engrâce, église Sainte-Engrâce chapiteau de la pile sud de la travée orientale, Adoration des Mages (cliché M. ETCHEVERRY, 2006)
Sainte-Engrâce, église Sainte-Engrâce, chapiteau de la pile sud de la travée orientale, Voyage et Mages devant Hérode
(Peter Potrowl, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Il serait impossible ici de faire une étude iconographique des vingt chapiteaux de l’église (dont douze sont historiés, principalement répartis dans l’abside et les absidioles), tant les thèmes abordés sont hétérogènes. Tenons-nous en donc aux chapiteaux des Mages.

Deux premiers chapiteaux figurent respectivement les Mages devant Hérode et l’ Adoration des Mages . Ils se situent sur les retombées des grandes arcades de la première travée orientale et sont tous deux orientés vers l’abside. Celui de l’arcade sud résume les scènes du Voyage et de l’audience devant Hérode. Les Mages, couronnés, montés sur leurs chevaux, offrandes en main, suivent l’étoile. Sur la dernière face (sud), Hérode en trône, seul, leur montre l’étoile qui apparaît sur le crochet du chapiteau. Le geste est rare et présente le souverain orientant les Mages dans leur quête. L’Adoration occupe le chapiteau de l’arcade sud. Les trois Rois, sur deux faces, sont tous trois agenouillés et présentent leurs offrandes à la Vierge à l’Enfant, couronnée, trônant frontalement sur la face sud. Elle siège sur un trône dont les accoudoirs sont surmontés de larges pommeaux rappelant le chapiteau d’Oloron. Elle porte l’Enfant frontalement sur ses genoux, tient dans sa main droite l’habituel fleuron et tourne la tête à l’opposé des Mages, vers la nef. Au-dessus de sa tête, sur l’angle du chapiteau, brille l’étoile.

Les Mages sont ici privés de leurs chevaux, mais nous remarquons qu’ils sont encore chaussés de leurs éperons. Par sa composition et par sa facture, cette Adoration ne peut qu’être rapprochée de celle Oloron. Les Mages apparaissent une seconde fois sur la retombée nord de l’arc triomphal de l’abside. Le chapiteau est d’une facture différente des deux premiers. Il a été gravement endommagé lors des guerres de Religion et a été profondément repris au plâtre et couvert de peintures modernes. Son identification a par ailleurs souvent embarrassé les auteurs (V. Allègre , 1969, interprète là la Création d’Adam et Ève , alors que Richter, 1939, y voit l’accouchement de la Vierge).

Malgré les importantes modifications, moins sévères sur les faces latérales, la composition globale paraît respectée même si notre description impose les réserves dues à ces remaniements. Le chapiteau condense deux scènes. Sur les faces est et sud s’étend l’ Adoration des Mages . Les trois Rois, se succèdent sur les deux faces et s’approchent de la Vierge à l’Enfant, inscrite sous un dais, sur la face méridionale. Sur l’arc en berceau surplombant le groupe marial, on peut encore lire l’inscription maria . Entre le premier mage et la Vierge pointe l’étoile végétale à quatre pétales. Sur la face occidentale, derrière le trône de la Vierge, apparaît un autre personnage, apparemment voilé (là encore les repeints ne facilitent pas la lecture) qui pourrait être la sage-femme. Sur cette même face intervient le Songe des Mages , inséré dans le maigre espace qui lui est alloué de façon singulière. Les trois Mages sont juxtaposés verticalement, tous trois englobés dans une même couverture. Au-dessus d’eux apparaît l’ange prenant la forme d’une petite figure enfantine. Un personnage beaucoup plus grand que tous les autres occupe l’arête du chapiteau. Selon toute logique, il pourrait s’agir de Joseph, mais sa taille demande la prudence quant à cette identification.

L’intérêt de ce dernier chapiteau réside dans sa localisation dans l’édifice (à la retombée nord de l’arc triomphal) et par le dialogue qu’il entretient avec celui qui lui fait pendant, figurant la Visite au Sépulcre. Un parallèle clair est ainsi dressé entre les Mages et les saintes-femmes, à l’entrée du chœur de l’Église, pour rappeler la relation entre la reconnaissance du corps incarné du Christ et celle de son corps ressuscité.

Sainte-Engrâce, église Sainte-Engrâce, chapiteau nord de l’arc triomphal, Adoration des Mages (cliché M. ETCHEVERRY, 2006)
Sainte-Engrâce, église Sainte-Engrâce, chapiteau nord de l’arc triomphal, Adoration des Mages (cliché M. ETCHEVERRY, 2006)
Sainte-Engrâce, église Sainte-Engrâce, chapiteau nord de l’arc triomphal, Songe des Mages (cliché M. ETCHEVERRY, 2006)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALLÈGRE Victor, Les vieilles églises du Béarn : étude archéologique, Toulouse, Imprimerie régionale, 1952.
  • ALLÈGRE Victor, Pyrénées romanes, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 30 », 1969, p. 342-348.
  • ARROUYE Jean, « Sainte Engrâce, un bestiaire chrétien? », Figures de l’art : revue d’études esthétiques, 8, 2003-2004 (2005), p. 125-133.
  • CUZACQ René, Sainte-Engrâce en Soule : étude historique et archéologique, Bayonne, Paul Ducrot, 1966.
  • ETCHEVERRY Maritchu, « La parabole de Sainte-Engrâce », Le Festin, 62, 2007, p. 90-93.
  • ETCHEVERRY Maritchu, Le décor monumental des églises romanes en terres basques, Mémoire de master 2, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2007.
  • ETCHEVERRY Maritchu, Sainte-Engrâce et son rayonnement sur les églises romanes en Haute-Soule, mémoire de Master 1, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2006.
  • FOIX (abbé), « Sainte-Engrâce », Revue Gurd Herria, 1922, p. 498 et ss.
  • LACOSTE Jacques, « Sainte-Engrâce et les abbayes augustines du Béarn et de la Soule à l’époque romane », L’Information d’histoire de l’art : revue illustrée, 10, 1965, p. 180-182.
  • RICHTER (Général), « Les chapiteaux de Sainte-Engrâce », Bulletin de la Société des Sciences, Lettre et Arts de Bayonne , 16, 1935, p. 384-385.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Sainte-Engrâce, église Saint-Engrâce. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogjp


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search