Saint-Bertrand-de-Comminges, ancienne cathédrale Sainte-Marie

Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne, Occitanie)

Édifice : ancienne cathédrale Sainte-Marie


Saint-Bertrand-de-Comminges, ancienne cathédrale Sainte-Marie (plan d’après B. VOINCHET, dans J. ROCACHER, 2002, p. 82)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, clocher-porche, tympan du portail.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : ancienne cathédrale avec collège de chanoines augustins.
  • Datation : 1123 (date de la mort de Bertrand de l’Isle)-1179 (date de sa canonisation).
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental, cordon d’archivolte :
  • identifiant Wikidata : Q2942289
  • identifiant Mérimée : Pa00094447

Saint-Bertrand-de-Comminges, ancienne cathédrale Sainte-Marie, portail occidental du clocher
(PMRMaeyaert, 2008, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le portail de l’ancienne cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges est profondément enchâssé dans le mur occidental du clocher-porche. Il se compose d’une double archivolte retombant sur huit chapiteaux d’ébrasements encadrant un tympan et un linteau reposés sur un trumeau à colonne nue coiffée d’un chapiteau. Les chapiteaux d’ébrasements accueillent des figurations de péchés (Avarice) et des motifs zoomorphiques et monstrueux emprisonnés dans un réseau végétal, alors que le chapiteau du trumeau est décoré d’atlante. Le linteau accueille les douze apôtres inscrits sous arcades alors que l’Épiphanie occupe tout le tympan.

Ce dernier est composé de cinq plaques de marbre que l’on discerne clairement aujourd’hui, encadrées par une voussure à motif en damier. Sur la première plaque, les Rois mages font leurs offrandes. Sur la droite, la Vierge couronnée trône de profil sur un siège curule orné de têtes et de pattes de lions (trône de Juda). L’Enfant, également couronné, tient le livre et adresse un geste de bénédiction à ses visiteurs. Le groupe des Mages est animé d’un mouvement énergique rappelant l’imagerie antique (tuniques gonflées par le vent). Le premier s’est agenouillé, le second s’incline alors que le troisième est en attente. On observe que le premier et le second on enlevé leurs couronnes. Plusieurs inscriptions sont encore lisibles : maria mater au-dessus de la Vierge, filium dei au dessus de l’Enfant et et leo far et miron aspron au-dessus des Mages . Cette dernière inscription reste mystérieuse. Pour la plupart des auteurs, mirron renvoie à la myrrhe, aspron désigne une monnaie byzantine et la dénomination far (plus problématique) renverrait à une galette de farine et pourrait donc être une référence claire à l’offrande eucharistique (M. Durliat, 1969, p . 151).

Les plaques supérieures du tympan sont peuplées d’anges thuriféraires surgis des nuées figurées par un fin liseré ondulé. L’un d’eux tient l’étoile pour la placer au-dessus de la tête de la Vierge. Sur la plaque de droite, derrière la Vierge, saint Bertrand (Bertrand de l’Isle) apparaît en tenue épiscopale en position d’orant. Près du portail, plusieurs inscriptions antiques on été rapportées : d. m. pavlae matri primvla v…pavlinus et d.m andossic. salisivs. fil. pie. ntissimo .

(Père Igor, 2010, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Ce tympan est d’un intérêt certain à plus d’un titre. En premier lieu, il est évident que dans sa composition générale (Vierge de profil, siège curule, vêtements des Mages emportés par l’élan), la scène se réfère à un modèle antique. Il nous faut également remarquer le ballet angélique au-dessus de la scène, participant à construire un décorum liturgique. Mais l’élément le plus singulier reste la figure de saint Bertrand dressée juste derrière la Vierge. En effet, Bertrand de l’Isle, évêque de Comminges entre 1083 et 1123 est à l’initiative de grands travaux dans la ville et de la construction de la cathédrale. Immédiatement après sa mort, son tombeau fait l’objet d’un important pèlerinage, développé et encadré par son successeur, Bertrand de Got. Très rapidement, une demande de canonisation est mise en œuvre et le chapitre écrit une vie de l’évêque relatant ses miracles. La date officielle de sa canonisation n’est pas déterminée mais semble avoir eu lieu sous le pontificat d’Honorius III au début du XIII e siècle. Or, sur le tympan, Bertrand n’est pas nimbé car il n’est pas encore saint. Cependant, sa présence en tant qu’assistant de la Vierge à l’Enfant d’allure royale semble, d’une part, exalter la sainteté du personnage et sa légitimité à intercéder auprès de la Vierge-Mère, d’autre part, paraît promouvoir le pèlerinage et la dévotion pour ses reliques en étant associé à l’ Adoration des Mages . On peut ainsi discerner une revendication locale de la cité pour la canonisation de son évêque à laquelle les Mages participent activement. La Vierge-Église associée à la figure du saint ne renvoie donc pas à l’Église universelle, mais voit sa portée restreinte à la cité de Comminges, centrée sur sa cathédrale et son chapitre : la dimension ecclésiale de l’ Adoration des Mages trouve donc dans, cet exemple, une dimension locale.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ALLÈGRE Victor, Pyrénées romanes, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 30 », 1969 (rééd. 1978), p.147-160.
  • BÉNAC Jean-Marie, Saint Bertrand de l’Isle (1040-1123) : évêque de Comminges (1073-1123), Auch, F. Cocharaux, 1923.
  • Corpus des inscriptions de la France médiévale, 8, Ariège, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Tarn-et-Garonne, R. Favreau, J. Michaud , B. Mora (Éds .), Poitiers, CNRS, 1982, p. 52-53.
  • DELARUELLE Étienne, Saint-Bertrand de Comminges, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Carte du ciel, 20 », 1987 (1 ère éd. 1966).
  • DESHOULIÈRE François, « La cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges », Caf : Toulouse, 92, 1929 (1930), p. 290-303 (part. p. 300-303).
  • FIANCETTE D’AGOS Louis de, Vie et miracles de Saint Bertrand. Avec une notice historique sur la Ville et les Évêques de Comminges : La Légende des Saints du pays et la description de l’Église Cathédrale, Saint-Gaudens, Imprimerie et librairie d’Abadie, 1854 (rééd. Nîmes, 1994), p. 216-217.
  • LAMBERT Élie, « La cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges », Annales du Midi, 68, 1956, p. 5 et 16.
  • ROCACHER Jean, « L’ancienne cathédrale Sainte-Marie de Saint-Bertrand de Comminges », Caf : Toulousain et Comminges, 156, 1996 (2002), p. 81-91. (part. p. 83-84).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (30 novembre 2021). Saint-Bertrand-de-Comminges, ancienne cathédrale Sainte-Marie. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogja


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search