Laon, cathédrale Notre-Dame

Laon (Aisne, Hauts-de-France)

Édifice : cathédrale Notre-Dame


Laon, cathédrale Notre-Dame (plan d’après P. BOESWILLWALD, CMN Base Mémoire
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail nord, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1180-1210.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : portail nord , tympan : Adoration des Mages ; linteau : Annonciation , Nativité , Annonce aux Bergers ; archivolte 1 (interne) : théorie angélique ; archivolte 2 : combats des vices et des vertus ; archivolte 3 (de gauche à droite) : Marie foulant le dragon, Daniel dans la fosse aux lions secouru par Abacuc, Gédéon, Christ porteur de phylactères, Arche de l’Alliance, Moïse, Christ dans une maquette de Jérusalem, prophète ; archivolte 4 (de gauche à droite) : Vierge à la licorne, personnage en pied porteur d’un phylactère, Jacob et Isaïe, Balaam (avec un phylactère portant l’inscription b[…]m : mrietur stella ex jacob ) ; Syméon, figure nue légendée statua , Songe de Nabuchodonosor , sacre de David par Samuel, Sibylle, Trois Hébreux dans la fournaise ; statues-colonnes : les figures en pied des jambages ont été entièrement reconstruites au XIX e siècle ; portail central , sujet principal : Couronnement et Dormition de la Vierge ; portail sud , sujet principal : Jugement dernier.
  • identifiant Wikidata : Q585947
  • identifiant Mérimée : Pa00115710

Laon, cathédrale Notre-Dame, façade occidentale
(Zairon, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : La façade occidentale de la cathédrale de Laon fut exécutée durant les dernières campagnes de construction et doit sans doute être datée du dernier quart du XII e siècle voire du début du XIII e siècle. Les sculptures actuelles du portail nord sont en grande partie restaurées (Figure 83 et Figure 85) mais il est possible de mesurer l’étendue des restaurations en les comparant aux moulages effectués avant les modifications du XIX e siècle, conservés au Musée des Monuments français de Paris (Figure 84 et Figure 86). Malgré d’importantes modifications, nous remarquons que la composition initiale a été rigoureusement respectée. En revanche, l’ensemble des têtes et des mains de tous les personnages, ainsi que les colonnes du dais de la Vierge sont des ajouts XIX e siècle. Il est donc impossible d’interpréter les objets que tiennent actuellement les personnages (présents des Mages, fleurons que tient la Vierge dans sa dextre, phylactère que tient le Christ et l’étoile que tient l’ange dans un manipule). De même, le type ethnique du troisième mage est à attribuer au sculpteur moderne.

Laon, cathédrale Notre-Dame, façade occidentale, portail nord
(Pierre Poschadel, 2018, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Ces précautions prises, il est possible de se pencher sur la composition globale du tympan. Cette dernière, en triptyque, est caractéristique des grands portails gothiques du Nord de la France (Bourges et Germigny-l’Exempt). La Vierge trône frontalement au centre du tympan sous un dais monumental et organise autour d’elle toute la composition. Sur l’arc du dais se lit encore l’inscription maria mater . Les restaurateurs lui ont placé un bourgeon fleuri dans la main droite et il est fort probable que tel était le cas initialement. Sur le moulage, elle est nimbée, mais il est impossible de dire si elle était couronnée comme c’est le cas aujourd’hui. Concernant l’Enfant, seul le tronc est d’origine.

Sur la gauche, les trois Mages (qui semblaient bien couronnés à l’origine) sont habilement intégrés au cadre qui leur est imparti, suivant une composition triangulaire. Le premier est agenouillé et les deux autres avancent vers le trône central d’un pas vigoureux. Sur la droite se trouvent Joseph et l’ange. Le premier est assis sur un large trône qui met très nettement en valeur un personnage clef de l’Incarnation. Le second, placé au plus près du trône, semble sur le moulage se tourner vers la Vierge à l’Enfant. Les restaurateurs ont choisi de lui faire tenir l’étoile comme un objet liturgique. Ceci est une possibilité, d’autant que l’ange porte des vêtements sacerdotaux et qu’il a les mains couvertes d’une sorte de manipule. Dans sa composition globale, outre les similitudes avec les tympans des grandes cathédrales septentrionales, il faut également relever la ressemblance avec les tympans de Saint-Gilles-du-Gard, de Notre-Dame-de Malpas de Montfrin et du Baptistère de Parme.

Paris, Musée des monuments de France, moulage du portail de l’épiphanie de Laon avant restauration
(cliché d’après É. LAMBERT, 1937, fig 9, p. 93)
Paris, Musée des monuments de France, moulage du linteau du portail de l’épiphanie de Laon avant restauration
(cliché d’après É. LAMBERT, 1937, fig 9, p. 93)

Dans l’ordonnancement global des différents thèmes iconographiques, le portail construit un argumentaire autour de la Vierge-Mère, Vierge-Église et en exalte la virginité pour en faire le tabernacle digne d’accueillir le corps du Christ. En ce sens, comme sur le portail royal de Chartres, une continuité est très clairement dressée verticalement entre la Nativité se déroulant dans une crèche monumentalisée et la Vierge-Mère, elle-même monumentalisée dans sa corporalité, pour glorifier le sein très pur, digne d’accueillir le corps incarné. De même, toutes les scènes des archivoltes ne sont qu’annonces de l’Incarnation. Or, les personnages répartis autour du Trône de Sagesse sur le tympan, s’intègrent à ce discours en ce disposant de part et d’autre de cet axe vertical. Dans ce contexte, les trois Rois figurent les nations venant grossir les rangs de l’Église en intégrant le corps ecclésial. Eux-même sont préfigurés par Isaïe et Balaam, sur la quatrième archivolte, prophète de l’astre issu de Jacob ou de la souche de Jessé pour réunir les nations


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BRANDMAIR Kathrin, Le triomphe de la Vierge : das gotische Marienkrönungsportal in Frankreich: Senlis, Laon, Braine, Chartres, Saarbrücken, VDM-Verl. Dr. Müller, 2008.
  • BROCHE Lucien, « Cathédrale de Laon », Caf : Reims, 78 (1), 1911 (1912), p. 162-219.
  • BROCHE Lucien, La cathédrale de Laon, Paris, Henri Laurens, 1961 (1 ère éd. 1926).
  • KASARSKA Iliana, « La sculpture marginale de la cathédrale de Laon » , B.M., 158 (2), 2000, p. 167-168.
  • KASARSKA Iliana, La sculpture de la façade de la cathédrale de Laon : eschatologie et humanisme, Paris, Picard, 2008, p. 52-67, cat. p. 5-66.
  • LAMBERT Élie, « La cathédrale de Laon », GBA, 13 (5), 1926, p. 361-384.
  • LAMBERT Élie, « Les portails sculptés de la cathédrale de Laon », GBA, 17 (6), 1937, p. 83-98.
  • LAPEYRE André, Des façades occidentales de Saint-Denis et de Chartres aux portails de Laon : études sur la sculpture monumentale dans l’Île-de-France et les régions voisines au XIIe siècle, Mâcon, Protat frères, 1960, p. 266-272.
  • SAINT-DENIS Alain, PLOUVIER Martine et SOUCHON Cécile, Laon : la cathédrale, Paris, Zodiaque, coll. « Le Ciel et la pierre, 7 », 2002.
  • SANDRON Dany, « La cathédrale et l’architecte : à propos de la façade occidentale de Laon » dans Pierre, lumière, couleur : études d’histoire de l’art du moyen âge en l’honneur d’Anne Prache , F. Joubert (Éd) , Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, coll. « Cultures et civilisations médiévales, 20 », 1999 p. 133-150.
  • SANDRON Dany, Picardie gothique : autour de Laon et Soissons : les édifices religieux, Paris, Picard, coll. « Les monuments de la France gothique », 2001, p. 188-202.
  • SAUERLÄNDER Willibald, La sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris, Flammarion, 1972, p. 105-109.
  • THÉREL Marie-Louise, « Étude iconographique du portail de la Vierge-Mère à la cathédrale de Laon », CCM, 15, 1972, p. 41-51.
  • THÉREL Marie-Louise, « L’iconographie des voussures du portail de la Vierge-Mère à la cathédrale de Laon », BSNAF, 1970, 180-185.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (19 novembre 2021). Laon, cathédrale Notre-Dame. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogi1


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search