Pompierre, actuelle église Saint-Martin

Pompierre (Vosges, Grand Est)

Édifice : actuelle église Saint-Martin


  • Édifice d’origine : église romane disparue.
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : portail remonté sur la façade occidentale.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : dernier quart du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : portail occidental , tympan , registre supérieur : Massacre des Innocents , Fuite en Égypte ; registre inférieur : Annonce aux Bergers , Adoration des Mages ; linteau : Entrée du Christ à Jérusalem ; chapiteaux d’ébrasements : Résurrection de Lazare et cortège apostolique (droite), motifs zoomorphiques et masque léonin (gauche) ; corbeaux : atlantes agenouillés (l’atlante nord est une restauration du XIXe s.) ; base des colonnes : lions, atlantes et monstres reptiliens.
  • identifiant Wikidata : Q3582930
  • identifiant Mérimée : Pa00107225

Pompierre, église Saint-Martin, portail occidental
(F5ZV. 2006 CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le portail occidental de l’actuelle église Saint-Pierre de Pompierre a été remonté lors de la construction de l’édifice paroissial au XIX e siècle. Il occupait la façade nord de l’église antérieure (détruite entre 1858 et 1959) sans que l’on puisse savoir s’il avait été édifié pour cet emplacement. L’ensemble est dans un très bon état de conservation à l’exception de l’atlante du corbeau nord qui est le fruit d’une restauration du XIX e siècle.

Ce portail, de très grandes dimensions, est encadré par trois archivoltes richement décorées de motifs végétaux et géométriques retombant sur trois colonnes d’ébrasements aux fûts également ouvragés. Deux lions stylophores sont placés sous les colonnes externes alors que des reptiles soutiennent les deux colonnes des jambages. Au-dessus de la porte, un tympan sur linteau repose sur deux atlantes agenouillés faisant office de corbeaux.

Pompierre, église Saint-Martin, portail occidental
(F5ZV, 2006., CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

La lunette en elle-même se partage sur deux registres. Au centre du niveau supérieur, la Vierge couronnée est assise frontalement sur l’âne au moment de la Fuite en Égypte et porte l’Enfant, également couronné, comme s’il s’agissait d’une Vierge Trône de Sagesse. Elle est accompagnée de Joseph, d’un ange en avant et d’une servante en retrait. Dans la partie gauche, Hérode en trône donne l’ordre du Massacre des Innocents . Les auteurs ont habituellement identifié la Visitation dans le groupe compact de personnages réunis dans la partie droite, ce qui paraît incohérent dans la narration.

Le registre inférieur est rythmé par cinq arcades végétalisées flanquées, aux extrémités, par deux buissons d’acanthes. Sous le premier arc (à gauche), l’ange apparaît à trois Bergers. Remarquons que ce dernier tient un sceptre à pommeau végétal au sommet duquel éclot un bourgeon qu’il désigne du doigt, en référence à la prophétie d’Isaïe annonçant le « surgeon » issu de la racine de Jessé (Is 11, 1). Les trois arcades suivantes accueillent respectivement l’un des trois Rois mages. Tous trois sont coiffés de riches couronnes et vêtus de luxueux manteaux, costumes royaux que le sculpteur s’est efforcé de différencier d’un mage à l’autre. Seul le premier roi esquissant un agenouillement porte des habits contemporains alors que ses deux compagnons sont vêtus de longues tuniques antiquisantes. Chacun porte également une offrande qui lui est propre et, en cela, signalons la présence entre les mains du second d’une corne d’abondance (motif antique). Le dernier arc abrite la Vierge à l’Enfant, véritable Trône de sagesse . À la fois monumentale et frontale, couronnée et voilée, elle porte l’Enfant sur ses genoux. Ce dernier, également couronné, adresse un geste de bénédiction à ses visiteurs. Cette dernière arcature est isolée visuellement des autres par les doubles colonnes, sur lesquelles retombe l’arc en berceau, et par les trois fleurons ornant chacune d’elles. L’étoile brille au milieu des nuées, au sommet de la première colonne, entre le premier mage et la Vierge.

Le linteau décrit l’ Entrée à Jérusalem . Le Christ couronné, chevauchant l’ânesse suivi de l’ânon, est accompagné de quatre disciples porteurs de palmes. Il est accueilli par la foule : les enfants perchés dans les arbres et deux figures étendant leurs manteaux sur son chemin. L’originalité de la scène réside dans la présence de la cité de Jérusalem, très massive, peuplée de petites figures en buste alors qu’en retrait, une femme en pied allaite un enfant. Cette dernière figure a justement été interprétée par Joseph Schmoll (1965) comme une personnification complexe de l’Église, de la fille de Sion et de la Virgo lactans . Remarquons que le linteau lui-même est flanqué de deux petites constructions architecturées.

Pompierre, église Saint-Martin, portail occidental, registre médian du tympan, Adoration des Mages
(F5ZV. 2006, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Alors que la plupart des chapiteaux d’ébrasements sont occupés par des décorations végétales et zoomorphes, les deux chapiteaux internes de l’ébrasement droit sont historiés et accueillent la Résurrection de Lazare avec un nombre inhabituel de personnages. Il est, sans aucun doute, possible d’avoir une lecture apocalyptique du programme, à partir de la singularité du linteau : les noces du Christ et de la fille de Sion (personnification de Jérusalem dans sa dimension ecclésiale) au moment de l’ Entrée à Jérusalem , fait ainsi directement écho à l’ Adoration des Mages , empreinte d’un même apparat royal et préfigurant l’entrée des nations dans la Jérusalem céleste incarnée par la Vierge à l’Enfant.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • DURAND Georges, Églises romanes des Vosges, Paris, Champion, coll. « Revue de l’art chrétien, Supplément, 2), 1913.
  • HANS-GÜNTER Marschall, RAINER Slotta, Lorraine romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps, 61 », 1984, p. 331-333.
  • MÜLLER-DIETRICH Norbert, Die romanische Skulptur in Lothringen, Munich-Berlin, Deutscher Kunstverlag, coll. « Kunstwissenschaftiche Studien, 41 », 1968, p . 92-110.
  • SCHMOLL Josef A., « Sion, apokalyptisches Weib, ecclesia lactans : zur ikonograph. Deutung von zwei roman. Mater-Darstellungen in Metz u. Pompierre », dans Miscellanea pro arte : Hermann Schnitzler zur Vollendung des 60. Lebensjahres am 13. Januar 1965, Düsseldorf, Schwann, coll. « Schriften des Pro Arte Medii Aevi, 1 » , 1965, p. 91-110.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (28 novembre 2021). Pompierre, actuelle église Saint-Martin. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://epiphania.hypotheses.org/1023


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search