Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Sainte-Anne

Paris (Île-de-France, Île-de-France)

Édifice : cathédrale Notre-Dame


Paris, cathédrale Notre-Dame, plan S. C. PÉGARD, dans E. Viollet-le-Duc, 1856, vol. 2, p. 297)
  • Édifice d’origine : inconnu.
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan (remploi d’éléments d’un portail antérieur du XII e s.)
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail sud ( portail Sainte-Anne ), linteau.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1150-1160-1er quart du XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail Sainte-Anne , tympan : Vierge à l’Enfant, anges thuriféraires, roi, évêque, scribe ; linteau supérieur : Vierge montant les marches du temple, Annonciation , Visitation , Nativité , Annonce aux Bergers , Mages devant Hérode ; linteau inférieur : Mariage de la Vierge , histoire de sainte Anne et Joachim ; archivoltes : anges thuriféraires, rois et prophètes, Vieillard de l’Apocalypse ; statues-colonnes des ébrasements : rois et reines de l’Ancien Testament, prophètes (statues détruites à la Révolution et remplacées par des copies au XIX e s.) ; trumeau : portrait en pied de saint Marcel (endommagé à la Révolution, remplacé par une copie du XIX e s., original conservé dans la tour nord).
  • identifiant Wikidata : Q2981
  • identifiant Mérimée : Pa00086250

Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Sainte-Anne, Vierge à l’Enfant
(cliché M.B. 2011, CC BY-SA 4.0,)

Description : Le portail méridional de la façade occidentale de Notre-Dame de Paris, plus communément appelé « portail Sainte-Anne » (en raison des scènes du linteau inférieur) est dans son état actuel le résultat de plusieurs campagnes de constructions. Édifié au XIII e siècle, en même temps que le reste de la décoration de la façade, la majorité des reliefs le composant (le tympan, le linteau supérieur, la majorité des voussoirs de l’archivolte et anciennement les statues des ébrasements et du trumeau aujourd’hui perdues) a été sculpté entre 1140 et 1160, soit avant les travaux de réédification de la cathédrale entamés par Maurice de Sully.

Le linteau inférieur, consacré à la vie d’Anne et de Joachim, les éléments de clefs des archivoltes et quelques voussoirs de la base ont été ajoutés au XIII e siècle. Les ébrasements du portail étaient ornés de figures royales mises en pièces par les iconoclastes révolutionnaires. Elles ont pour la plupart été remplacées par des copies au XIX e siècle. Toutefois, une gravure publiée par Bernard de Montfaucon (1729) et une aquarelle d’Alexandre Lenoir (Louvre, Cabinet des dessins, R. F. 1870, 5282) permettent une reconstitution approximative du programme originel des ébrasements. Concernant le portail Sainte-Anne, ces témoignages ont permis d’identifier avec certitude deux vestiges des statues-colonnes : un fragment de l’apôtre Pierre (découvert en 1839), aujourd’hui conservé au Musée national du Moyen Âge, et une tête du roi David dans les collections du Metropolitan Museum of Art de New York (M. Fleury , 1977). La figure de Saint-Marcel écrasant le dragon au trumeau est également une œuvre XIX e siècle (l’original, très endommagé, a été restauré et se trouve actuellement dans la tour nord de la cathédrale).

Les reliefs datés du XII e siècle sont dans un bon état de conservation exception faite, pour le tympan, de la main de la Vierge et de son sceptre, de la main droite de l’Enfant et de celle de l’ange de gauche, de la partie supérieure des couronnes de Marie et du roi placé à droite ainsi que quelques détails du baldaquin et la crosse de l’évêque, qui sont le résultat de restaurations opérées par Viollet-le-Duc (pour le détail des restaurations, J. Thirion 1970 et 2000, pour les archivoltes W. W. Clark , 1986).

Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Sainte-Anne, Vierge à l’Enfant
(cliché M.B. 2011, CC BY-SA 4.0,)

Sur le tympan, la Vierge nimbée et couronnée, trône frontalement et présente l’Enfant. Le groupe est inscrit sous un imposant dais architecturé sur lequel est élevé un dôme surmonté d’une croix. L’ensemble est flanqué de deux anges thuriféraires. Celui de gauche est en prière alors que celui de droite porte une offrande. Derrière l’ange de droite, un roi s’est agenouillé et déroule un long phylactère. À gauche, en pendant du monarque, un évêque se tient debout, muni d’une crosse et d’un rouleau similaire. En retrait, sur la gauche, un scribe assis écrit sur un codex. Enfin, de part et d’autre du trône se diffusent deux motifs indéterminés, l’un buissonnant, l’autre ondulé. L’interprétation du roi et de l’évêque reste à ce jour ouverte. Les deux figures ont longtemps été identifiées comme les portraits de Louis VII et de l’évêque de Paris, Maurice de Sully, principaux acteurs de la reconstruction de l’édifice ( É. Mâle , 1897, W. Vöge , 1894, K. Horste, 1987 ). Jacques Thirion préfère y voir Childebert et saint Germain (J. Thirion 1970 et 2000) et Walter Cahn (1969), plus prudent, pense identifier les figures génériques du pouvoir royal et du pouvoir ecclésiastique.

Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Sainte-Anne, tympan, Ange, évêque et scribe
(cliché M.B. 2011, CC BY-SA 4.0,)
Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Sainte-Anne, tympan, Ange et roi
(cliché M.B. 2011, CC BY-SA 4.0,)

Le linteau inférieur est, dans sa globalité, du XIIe siècle et d’une facture proche du tympan si bien que les deux pièces ont sans doute été conçues pour un même ensemble. Le linteau est cependant plus long que la base du tympan, laissant supposer un remaniement lors de l’élévation du portail. Cela semble confirmé par l’analyse stylistique, les deux pièces des extrémités (Vierge montant les marches du Temple et les chevaux des Mages), étant évidemment de facture différente (détail qu’observait déjà Viollet-le-Duc en 1857), mais également par l’analyse archéologique, puisqu’un joint précède les deux éléments coupant, sur la droite, les chevaux au niveau du garrot (J. THIRION 1970 et 2000). Les trois chevaux sont par ailleurs généralement présentés ainsi tronqués et l’on peut donc accepter que leur corps et l’arbre auquel ils sont attachés, résultent d’un ajout postérieur.

portail Sainte-Anne, linteau supérieur (détail), Mages devant Hérode et ses scribes
(cliché M.B. 2011, CC BY-SA 4.0,)

Sur ce linteau se succèdent ainsi, de gauche à droite, la Vierge montant les marches du Temple au moment de sa présentation, l’Annonciation à laquelle assiste le prophète Isaïe, la Visitation, la Nativité surmontée d’une adoration angélique et l’Annonce aux Bergers alors que la partie droite du linteau se consacre exclusivement à l’audience des Mages devant Hérode. Ce dernier, investi d’une dignité royale tout à fait remarquable, siège sur un haut trône, vêtu d’un ample manteau couvrant la moitié de son corps et portant en évidence son sceptre. Derrière lui, deux scribes jouissant d’une place singulièrement importante, s’affairent à rechercher la prophétie de Michée dans leurs livres. À droite se présentent les trois Rois, coiffés de hautes couronnes, vêtus de longs manteaux et munis de bâtons de pèlerins. On note un effort de la part du sculpteur pour distinguer physiquement les trois compagnons. Derrière eux, les trois chevaux au repos sont attachés à un arbre alors que leur bride les réunit maladroitement sur le tronc de l’arbre, preuve de l’ajout postérieur du relief.

Le linteau inférieur a été ajouté lors de l’intégration des sculptures dans le nouveau portail et se consacre à l’histoire des parents de Marie.

Ainsi, indubitablement, le tympan et le linteau inférieur furent prévus pour une même porte lors d’un premier programme. Émile Mâle (1897) et Wilhelm Vöge (1894), d’après une première observation de Viollet-le-Duc (1854), identifiaient dans le portail les sculptures de l’ancienne cathédrale romane de Paris, remontées sur la façade du nouvel édifice gothique lors des campagnes de reconstruction engagées par Maurice de Sully (entre 1160 et 1190). C’est à ce moment que le linteau aurait été allongé et le tympan, alors trop étroit, aurait été complété dans sa partie supérieure par les rinceaux et les anges thuriféraires qui flanquaient, vraisemblablement, un Christ Pantocrator. Les analyses stylistiques et archéologiques sembleraient confirmer cette hypothèse et demanderaient donc à remonter la datation entre 1140 et 1160.

Nous concernant, nous remarquerons particulièrement le partage explicite du tympan et du linteau selon un axe vertical central. Les Mages devant Hérode occupent toute la partie droite du linteau alors que plusieurs scènes de l’Enfance sont réunies au centre et dans la partie gauche. Cette composition, à première vue déséquilibrée, paraît cohérente avec le portail. En effet, le roi agenouillé paraît se substituer aux Mages en Adoration qui auraient dû, logiquement, compléter le programme. L’acte d’offrande est par ailleurs évoqué par la coupe que tient l’ange accompagnant le souverain. La partie gauche semble, au contraire, consacrée au pouvoir ecclésiastique : l’ange est en prière et l’évêque n’est pas en adoration mais accueille le souverain avec la Vierge-Mère. Il faut également remarquer l’analogie entre Hérode trônant majestueusement, accompagné de ses deux docteurs de la loi, et la Vierge à l’Enfant, accompagnée de l’évêque et d’un scribe.

Concernant l’interprétation du portail, la question est plus complexe et tient à l’identification du roi et de l’évêque du tympan. À ce sujet, la proposition de Walter Cahn (qui perçoit une figuration anonyme des deux pouvoirs, W. CAHN, 1969) reste l’interprétation la plus prudente, et également la plus sûre, car elle ne remet pas en cause la thématique d’ensemble, bien que l’identification de Jacques Thirion (Childebert et Saint-Germain), soit séduisante (J. THIRION, 1970 et 2000). En revanche l’identification longtemps acceptée de Maurice de Sully et de Louis VII, en raison de la datation des sculptures et du rôle mineur qu’a joué le pouvoir royal dans la construction de l’édifice, peut-être invalidée. Le développement le plus récent de la thèse de Walter Cahn par Laura D. Gelfand (2002) propose de considérer le tympan comme l’image synthétique de l’équilibre des deux pouvoirs dans les luttes seigneuriales entre la Couronne capétienne et le pouvoir épiscopal dans la cité. Le tympan, produit avant l’édification de la nouvelle cathédrale, aurait gardé toute sa cohérence au XIIIe siècle, expliquant ainsi son remploi dans le portail méridional. Kathrin Horste (1987) proposait quant à elle une variation des propositions de Vögue et de Mâle, pour interpréter le tympan comme un ex-voto commandité par Louis VII pour célébrer la naissance providentielle de Philippe Auguste. Pour l’occasion, le tympan, destiné à recevoir une Adoration des Mages, aurait été modifié en conséquence, en substituant aux trois Rois les portraits de Louis VII et de Maurice de Sully. Pour notre part, la proposition de Laura D. Gelfand, solidement étayée, nous paraît la plus crédible. Le tympan n’a sans doute pas été modifié mais a volontairement été conçu comme une Adoration des Mages, modèle ecclésiologique le plus pertinent pour construire une image idéale de l’équilibre des deux pouvoirs dans la cité, devenue capitale du royaume capétien.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CAHN Walter, « The Tympanum of the Portal of Saint-Anne at Notre Dame de Paris and the Iconography of the Division of the Powers in the Early Middle Ages », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes , 32, 1969, p. 55-72.
  • CLARK William W., LUDDEN Franklin M., « Notes on the Archivolts of the Sainte-Anne Portal of Notre-Dame de Paris », Gesta, 25 (1), 1986, p. 109-118.
  • FLEURY Michel, « Les statues-colonnes du portail Sainte-Anne : découvertes rue de la chaussée d’Antin », Archéologia, 108, 1977, p. 10-19.
  • GELFAND Laura D., « Negotiating harmonious divisions of power : a new reading of the tympanum of the Sainte-Anne Portal of the Cathedral Notre-Dame de Paris », GBA, 144, 2002, p. 249-260.
  • GUILHERMY Ferdinand de, Itinéraire archéologique de Paris, Paris, Banee, 1855, p. 68-76.
  • GUILHERMY Ferdinand de, Viollet-le-Duc Eugène Emmanuel, Description de Notre-Dame, cathédrale de Paris, Paris, Bance , 1856, p. 70-71.
  • HORSTE Kathryn, « “A Child is Born” : The Iconography of the Portail Ste.-Anne at Paris », A.B., 69 (2), 1987, p. 187-210.
  • KATZENELLENBOGEN Adolf, The Sculptural Programs of Chartres Cathedral : Christ, Mary, Ecclesia, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1959 (rééd. Baltimore, 1968), p. 33-35.
  • LAPEYRE André, Des façades occidentales de Saint-Denis et de Chartres aux portails de Laon : études sur la sculpture monumentale dans l’Île-de-France et les régions voisines au XIIe siècle, Paris, Protat frères, 1960, p. 147-153.
  • LASTEYRIE Robert-Charles de, « Études sur la sculpture française au Moyen Âge », Monuments et mémoires publiés par l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres, 8, 1902, p. 36-39.
  • LASTEYRIE Robert-Charles de, « La date de la Porte Sainte-Anne à Notre Dame de Paris », Mémoire de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 29, 1902, p. 1-18.
  • MÂLE Émile, « Le Portail de Sainte-Anne à Notre Dame de Paris », Revue de l’art ancien et moderne, 1897, t. 2, p. 231-246, repris dans Arts et artistes du Moyen Âge , Paris, Armand Colin, 1927, p. 188-208.
  • MONFAUCON Bernard de, Les monuments de la monarchie françoise qui comprennent l’histoire de France, avec les figures de chaque règne que l’injure des temps à épargnées, Paris, J. M. Gandouin, P. F. Giffard, 5 vol ., 1729-1733, t. 1, L’origine des François et la suite des rois jusqu’à Philippe Ier , t. 1, 1729, p. 55-56 et pl. VIII.
  • SAUERLÄNDER Willibald, « Die kunstgeschichtliche Stellung der Westportale von Notre Dame in Paris. Ein Beitrag zur Genesis des hochgotischen Stile in der französischen Skulptur », Marburger Jahrbuch für Kunstwissenschaft, 17, 1959, p. 37-38.
  • SAUERLÄNDER Willibald, La sculpture gothique en France (1140-1270), Paris, Flammarion, 1972, p. 29, 80-87.
  • THIRION Jacques, « Le portail Sainte-Anne à Notre Dame de Paris », Cahiers de la Rotonde, 22, 2000, p. 5-43.
  • THIRION Jacques, « Les plus anciennes sculptures de N.-D. de Paris », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 114 (1), 1970. p. 85-112.
  • VIOLLET-LE-DUC Eugène, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle , Paris, A. Morel, 1867, 9 vol, vol. 2, p. 315.
  • VITRY Paul, « Nouvelles observations sur le portail Sainte-Anne de Notre-Dame de Paris, à propos de deux fragments de voussures conservés au Musée du Louvre », Revue de l’art chrétien, mars-avril 1910, p. 70-76.
  • VÔGUE Wilhelm, Die Anfänge des monumentalen Stils im Mittelalter : eine Untersuchung über die erste Blütezeit französischer Plastik, Strassburg, Heitz, 1894 , p . 135 et ss.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (24 novembre 2021). Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Sainte-Anne. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogiu


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search