Lyon, cathédrale Saint-Jean

Lyon (Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : cathédrale Saint-Jean


  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau de pilastre.
  • Situation dans l’édifice : abside, portion nord.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages ?
  • Contexte de l’édifice : Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 2ème moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : chapiteaux du chœur (du nord au sud) : Chevauchée des Mages (trois premiers chapiteaux), Vierge à l’Enfant , Nativité , Bain de l’Enfant , Christ Pantocrator (chapiteau de la cathèdre épiscopale), masques léonin et bovin.
  • identifiant Wikidata : Q1521
  • identifiant Mérimée : Pa00117785
Lyon, cathédrale Saint-Jean, abside
(plan d’après A. DEVILLECHAISE, dans N. REVEYRON, 2010, p. 185)

Description : Dans l’abside de la cathédrale Saint-Jean de Lyon, un cycle de l’Enfance occupe six chapiteaux des pilastres flanquant la cathèdre épiscopale (elle-même surmontée d’un septième chapiteau). Tous sont liés les uns aux autres par un motif décoratif antiquisant en plaquage, marquant la frontière entre le premier et le second registre de l’étagement monumental. Les scènes de l’Enfance sont agencées comme il suit. La chevauchée des Mages est disposée de telle sorte que chaque cavalier coiffe respectivement un pilastre, tous trois voyageant du nord au sud. Le septième chapiteau, légèrement plus bas que les autres, au sommet du trône épiscopal, accueille un Christ Pantocrator en buste, flanqué de deux motifs architecturaux. Sur le tailloir on peut lire ego sum qui sum . Enfin, sur les trois chapiteaux sud se suivent la Vierge à l’Enfant, la Nativité et le Bain de l’Enfant. La Vierge à l’Enfant trône frontalement sur un large siège de pierre et porte une tige végétale dans sa main gauche. Tout comme le Christ en buste, elle est flanquée de deux motifs architecturés. La Nativité montre la Vierge allongée, flanquée de Joseph (endormi au pied de la couche) et de Salomé, présentant sa main recroquevillée, signe de son défaut de foi et de son repentir à venir. Enfin, sur le dernier chapiteau, deux sages-femmes lavent l’Enfant dans une large vasque semblable à un baptistère.

Au sein du programme ainsi exposé, la place accordée à la seule scène du Voyage des Mages est tout à fait remarquable. Cependant, ces trois chapiteaux ne constituent pas à eux trois un seul événement de l’histoire évangélique, mais forment une synthèse du cycle des Mages (N. Reveyron , 2010). Le premier mage chevauchant énergiquement, tête tournée vers l’arrière et bras tendu vers l’étoile, synthétise à lui seul le Voyage des Mages . Le second tend également le bras vers l’étoile et tourne sa tête en arrière, mais il n’est pas seul. Derrière lui, sur la face latérale du chapiteau, se tient un démon alors qu’en avant, sur la face opposée, un personnage coiffé du bonnet juif guide l’animal. Nous reconnaissons sans ambiguïté le cavalier échappant aux griffes d’Hérode alors que l’un des écuyers du palais le conduit à la sortie de Jérusalem. Par ailleurs, le Mage désigne l’étoile précédemment disparue, apparaissant de nouveau au sortir de Jérusalem. Le dernier cavalier montre l’étoile et regarde en arrière, comme ses compagnons. Il est cependant surmonté d’un atlante figurant la porte de Bethléem, mettant en scène l’arrivée des Mages à la façon d’une entrée royale. Le cavalier traverse cette porte pour s’engager dans l’espace sacré de la crèche le menant vers la Vierge-mère, sur le chapiteau suivant (après la cathèdre épiscopale).

Dans l’organisation globale du décor, nous remarquons encore une fois que le cycle des Mages, intégré dans un programme absidal, se retrouve concentré dans une portion de l’abside au détriment de l’ordre chronologique du récit (rappelons par exemple les décors de la cathédrale de Besançon, et celle des absides catalane telle que celle de Saint-Lizier. Comme à Saint-Lizier, la procession des Mages s’oriente avant tout vers la cathèdre axiale pour mettre en scène le pouvoir épiscopal et rappeler l’assimilation de l’évêque au Christ au moment du sacrifice eucharistique : l’offrande à l’autel que figurent les Mages se teinte ici d’une reconnaissance du pouvoir temporel de l’évêque. L’idée est d’autant plus marquée à Lyon que le Christ Pantocrator surplombe le trône de l’évêque intercalé entre les Mages et la Vierge à l’Enfant. Il met ainsi en scène l’évêque comme le médium de l’autorité céleste sur terre. Ainsi, l’Adoration et l’Offrande des Mages s’adressent autant à la Vierge-Mère et Vierge-Église qu’à l’évêque, incarnation de l’Église institutionnelle.

Lyon, cathédrale Saint-Jean, chapiteaux des pilastres de l’abside, premier mage de la chevauchée (cliché M. B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Lyon, cathédrale Saint-Jean, chapiteaux des pilastres de l’abside, second mages de la chevauchée (cliché M. B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Lyon, cathédrale Saint-Jean, chapiteaux des pilastres de l’abside, troisième mage de la chevauchée (cliché M. B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Lyon, cathédrale Saint-Jean, chapiteaux des pilastres de l’abside, Vierge à l’Enfant (cliché M. B, 2011, CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, « Lyon : cathédrale », Caf : Lyon, Mâcon, 98, 1935 (1936), p . 54-90.
  • MACÉ Armand, Restauration du chœur de la cathédrale Saint-Jean à Lyon, Lyon-Paris, E. Vitte, 1936.
  • REVEYRON Nicolas, « Les rois mages, les chanoines et l’archevêque : Les chapiteaux de l’abside de la cathédrale de Lyon », dans Le chapiteau roman et son interprétation, Actes du colloque d’art roman d’Issoire, 13-14 nov. 1998, Revue d’Auvergne , 116, n o 562, 2002.
  • REVEYRON Nicolas, « Architecture, liturgie et organisation de l’espace ecclésial », CSMC, 34 , 2003, p. 161-177.
  • REVEYRON Nicolas, « Le spectateur est aussi dans le cadre » , dans Pantachronisme, catalogue d’exposition, Musée des moulages de Lyon, 17 sep.-22 nov. 2003, Lyon, Musée des moulages-Université Lyon 2-Musée d’art contemporain de Lyon, 2003, p. 101-113.
  • REVEYRON Nicolas, « Spatialisation iconique et rhétorique de l’image dans la lecture du cycle de l’Enfance de l’abside de la cathédrale de Lyon (XII e siècle) », dans Espace ecclésial et liturgie au Moyen-Âge, A. Baud (Dir.), colloque international, Nantua (Ain), nov. 2006, coll. « Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 53 », Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux, 2010, p. 183-198.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Lyon, cathédrale Saint-Jean. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogi8


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search