Nuaillé-sur-Boutonne, église Notre-Dame

NUAILLE-SUR-BOUTONNE (CHARENTE-MARITIME)

Édifice : église Notre-Dame


Nuaillé-sur-Boutonne, église Notre-Dame (plan d’après E.DAHL, J. de COATMEN dans E. DAHL, 1956, p. 298)
  • Médium : sculpture.
  • Support : archivolte.
  • Situation dans l’édifice : portail occidental, voussure externe.
  • Scènes : Adoration des Mages, Mages devant Hérode, Retour des Mages
  • Contexte de l’édifice : vicairie perpétuelle à la nomination de l’évêque de Saintes.
  • Datation : 2nde moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental, cordon d’archivolte : anges thuriféraires, gueule de lion (?) crachant des serpents ; voussure externe (de gauche à droite) : Massacre des Innocents, Mages devant Hérode, Adoration des Mages, Annonciation, Songe de Joseph, Retour des Mages ; voussure interne : Tradition legis ; chapiteaux des ébrasements : scènes monstrueuses, dévorations et combats zoomorphes.
  • identifiant Wikidata : Q3580634
  • identifiant Mérimée : PA00104834

Nuaillé-sur-Boutonne, église Notre-Dame, Portail occidental (crédit. Davitof Wikicommons, CC BY-SA 4.0)
Nuaillé-sur-Boutonne, église Notre-Dame, Portail occidental, archivoltes, Mages devant Hérode (crédit. Davitof Wikicommons, CC BY-SA 4.0)

Description : Le portail occidental de Notre-Dame de Nuaillé-en-Boutonne a sans doute connu plusieurs remaniements mais nous ne pouvons préciser dans quelle mesure. Il est évident que l’ordre des anges de l’archivolte externe a été changé. En revanche, les scènes consacrées à l’Enfance ornant la voussure externe semblent avoir gardé leur cohérence initiale. Le cycle débute par le Massacre des Innocents. Une femme sous une arcade tente de protéger son enfant face à deux soldats, lourdement armés, agissant sous les ordres d’Hérode. Suivent les trois Rois mages, couronnés, vêtus de longues tuniques et munis de bourdons de pèlerins (Figure 127). Le roi le plus à droite converse avec Hérode alors que ses compagnons s’en détournent. Derrière Hérode, l’un de ses suivants montre de l’index une épée disproportionnée. La composition est close par un motif végétal.

La partie supérieure de l’arc se consacre à l’Adoration sur sept voussoirs (Figure 128). Les trois Mages portent leurs offrandes dans leurs mains voilées à la Vierge à l’Enfant tenant une tige au sommet de laquelle fleurit l’étoile à quatre pétales. Deux personnages se tiennent en retrait de la scène : une femme vêtue d’une longue robe et un homme portant une tige ou une colonne au sommet de laquelle éclot une fleur (ou une flamme). Ils ont été identifiés comme Joseph et Salomé (C. Dangibeaud, 1926) ou comme Syméon et la prophétesse Anne (É. M. Dahl, 1956). Cette dernière identification nous semble la plus appropriée exception faite du premier personnage tenant la colonne pouvant être aussi bien Balaam qu’Isaïe.

Nuaillé-sur-Boutonne, église Notre-Dame, Portail occidental, archivoltes, Adoration des Mages (crédit. Davitof Wikicommons, CC BY-SA 4.0)

Sur la partie droite de l’arc se succèdent l’Annonciation et le premier Songe de Joseph. Vient ensuite le voyage de retour des Mages inhabituellement composé : les trois Rois se voient littéralement barrer la route menant à deux soldats par l’ange du Songe, ce dernier désignant de la main la voie à suivre. Notons qu’à la base du cordon d’archivolte externe, un masque monstrueux vomissant des reptiles vient se placer en conclusion du cycle, derrière les deux soldats, pour figurer le diabolisme d’Hérode dont se détournent les Mages.

Nuaillé-sur-Boutonne, église Notre-Dame, Portail occidental, archivoltes, Retour des Mages (crédit. Davitof Wikicommons, CC BY-SA 4.0)

Ainsi, la figuration de ces Mages pèlerins, luttant bourdon en main contre l’influence négative d’Hérode, résonne particulièrement à Notre-Dame de Nuaillé-sur-Boutonne, église placée sur le parcours de la Via Turonensis. Les trois voyageurs incarnent les psychomachies du pèlerin médiéval luttant contre les forces de ce monde dans son cheminement vers le Christ. La quête du divin et de la rédemption passe ainsi par l’Adoration et l’offrande, qui marque une réelle pause dans un programme extrêmement agité. Par ailleurs, les anges du bandeau externe accompagnaient ce mouvement ascendant en s’éloignant des parties basses (les ébrasements), conquises par le démon, pour se rencontrer au sommet de l’arc et agiter leurs encensoirs au-dessus de l’Adoration. Remarquons à ce propos que la dynamique de la voussure interne est inverse : la transmission de l’Évangile part du Christ, à la clef de l’arc, pour se diffuser vers les parties inférieures en passant des mains des apôtres à celles des premiers disciples, en direction des chapiteaux des ébrasements, pour y combattre le démon qui s’y trouve.

Remarque :L’archivolte de Nuaillé-sur-Boutonne est sans doute à mettre en étroite relation avec le tronçon de l’ancien portail de Mauzé-sur-le-Mignon (Cat. Fr. 59 :), aujourd’hui remployé dans le mur de l’église. La disposition des Mages et leur apparence tant physique que vestimentaire sont identiques.

___________________

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search